Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Chimiothérapie et automédication ne font pas bon ménage
Chimiothérapie et automédication ne font pas bon ménage
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
23 juillet 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
DR DELEPOULLE A-S, 16 articles (Pharmacien)

DR DELEPOULLE A-S

Pharmacien
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
1
nombre de votes
3

Chimiothérapie et automédication ne font pas bon ménage

Chimiothérapie et automédication ne font pas bon ménage

En règle générale, il est préférable de ne pas avoir recours à l’automédication en cas de traitement anticancéreux.

•En effet, certains médicaments en vente libre, même les plantes, même l’homéopathie peuvent interférer avec la chimiothérapie.
•De plus, l’automédication peut masquer certains symptômes qui sont utiles au clinicien dans le cadre du suivi du traitement.

 Aspirine et ou d'AINS : Il est important de ne pas abuser de médicaments à base de paracétamol, d'aspirine et ou d'AINS. En effet, ces médicaments peuvent masquer une fièvre qui est un élément de surveillance du traitement anticancéreux et doit faire suspecter une neutropénie par exemple et nécessite un contrôle par une prise de sang (numération formule sanguine).

L'aspirine et les AINS ajoutent en plus un risque d'hypocoagulabilité déjà augmenté par la chimiothérapie en raison du risque de thrombopénie induit par ces molécules.

 Anticoagulants  : Tout produit conseil à base d'anticoagulants coumariniques (plantes à action circulatoire), certaines pommades (baume aroma®, Inongan® crème), ou certaines huiles essentielles contenant du salicylate de méthyle (HE de gaulthérie), ainsi que toutes les HE à agrumes à forte dose, d'angélique ou de khella, peuvent avoir un effet fluidifiant sanguin non négligeable et son à éviter en cas de traitement anticancéreux (qui entraîne déjà un risque de thrombopénie).

 Millepertuis  : Eviter la phytothérapie à base de millepertuis, même en traitement homéopathique : Hypericum à des dilutions inférieures à 4CH en raison du risque d'induction enzymatique qui réduit au bout d'une dizaine de jours de traitement, l'efficacité des traitements anticancéreux !

 Médicaments contenant de l'alcool : Eviter tout traitement contenant de l'alcool sous quelque forme que ce soit , ainsi que l'association avec d'autres médicaments à effets secondaires sédatifs (Vogalène® Lyoc par exemple)

 Antiacides  : Les antiacides à base d'hydroxydes de magnésium ou de magnésium, ainsi que les médicaments conseils inhibiteurs de la pompe à proton (Pantozol® control, Mopral® pro) sont à éviter en raison du risque d'interaction médicamenteuse avec la chimiothérapie.

 Probiotiques  : Les levures ou ferments lactiques (Ultra-levure®) sont contre indiqués dans certains cancers. En raison de la bactériémie systémique post prandiale (par translocation digestive), les levures et ferments lactiques sont contre-indiqués en cas de pose d'un cathéter central ou en cas de cancers digestifs. De plus, en raison de l'affaiblissement général causé par certaines chimiothérapies, les levures et ferments lactiques sont à manipuler avec précaution car le risque de passage systémique est plus important.

Anne-Sophie Delepoulle Pharmacien

POST-SCRIPTUM

  • Si vous bénéficiez d’un traitement par chimiothérapie, il faut savoir consulter au moindre symptôme et ne pas attendre, ni supporter les troubles en silence afin que votre médecin puisse intervenir rapidement.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Risques
Commentaires
1 vote
par placebo (IP:xxx.xx0.84.114) le 23 juillet 2010 a 18H01
placebo (Visiteur)

merci pour votre article. C’est la 2e fois que j’entends le problème HOMEOPATHIE> Chimiothérapie ; la 1 fois une jeune femme est morte à 38 ans d’un cancer, malgré qu’elle c’est tenue aux recommandations de son professeur... pas d’homéopathie... ça pourrai fausser la chimio...bilan elle est morte. Votre article démontre pour la 2e fois quelques chose ! Pour la sacro sainte science...l’homéopathie n’a rien prouvé scientifiquement...alors cette histoire Homéo>Chiméo, ce n’est pas une preuve. C’est placebo...le patient prend de l’homéo c’est dans sa tête, il prend un médicament chimique.. c’est le médicament, la science...peut-être ça se passe dans la tête aussi. Pour moi en tout cas...si l’homéo, plantes etc...fausse la chiméo..c’est que c’est des thérapies puissantes !

1 vote
par Eric T (IP:xxx.xx8.133.189) le 19 octobre 2010 a 10H14
Eric, 24 articles (Magnétiseur)

Je suis d’accord avec cet avis. J’ai l’impression qu’on cherche souvent à diaboliser l’effet placébo alors qu’il fait partie intégrante de la nature humaine pour se guérir - sans doute parce qu’on comprend beaucoup mieux les effets indésirables d’une molécule, que ses effets désirables dans le temps.

Alors, qui est donc le plus médicamenteur ?