Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cancer : de nouvelles prises en charge pluridisciplinaires
Cancer : de nouvelles prises en charge pluridisciplinaires
note des lecteurs
date et réactions
2 juillet 2012
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Cancer : de nouvelles prises en charge pluridisciplinaires

Cancer : de nouvelles prises en charge pluridisciplinaires

Pour mieux adapter le traitement des patients atteints de cancers, les équipes travaillent à développer de nouveaux modes de prise en charge. Le Pr Goldwasser, responsable de l’unité fonctionnelle de cancérologie de l’hôpital Cochin décrit quatre formes de coopération pluridisciplinaire actuellement mises en œuvre dans son service.

La réussite du traitement d’un cancer dépend de son efficacité, mais aussi de la capacité du patient à le supporter. Or, un nombre croissant de malades sont très âgés ou atteints de comorbidités qui les fragilisent. Pour sécuriser le parcours de soins, l’unité fonctionnelle de cancérologie de l’hôpital Cochin réalise, depuis janvier 2012, des réunions de concertation pluridisciplinaire dédiées à l’analyse des risques.

Analyser les risques

Cette expérience unique en France s’adresse aux patients dont les situations sont jugées complexes par le médecin référent, soit actuellement 20 à 25 % des malades. Gériatre, cardiologue, anesthésiste, diabétologue et cancérologue voient le patient au cours d’une journée en hôpital de jour, avant de se réunir pour établir des recommandations. « Dans certains cas, la réunion a conduit à modifier un projet thérapeutique ou à associer des mesures de sécurisation, remarque le Pr François Goldwasser, responsable de l’unité. De plus, cette méthode évite de soumettre le patient à un parcours du combattant. Ce sont les différents spécialistes qui convergent vers lui. »

Surveiller les antiangiogéniques

Les nouveaux médicaments antiangiogéniques ont des effets indésirables parfois très graves sur le plan cardiovasculaire, qui peuvent apparaître de manière imprévisible après le traitement. Le Ceria (Centre d’étude et de recours sur les inhibiteurs de l’angiogenèse) a été mis en place, il y a cinq ans, pour permettre le suivi pluridisciplinaire par un cardiologue et un cancérologue de tous les patients traités par antiangiogénique. Un dosage systématique du médicament est associé. Les données recueillies au Ceria ont conduit à la publication d’une vingtaine d’articles par an. « Nous avons observé notamment que l’absence d’efficacité du traitement est souvent liée à un dosage insuffisant, plutôt qu’à une résistance de la tumeur », cite le Pr Goldwasser.

Veiller sur les métastases

La survie des patients atteints de cancers métastatiques étant de plus en plus longue, l’un des défis actuels est d’empêcher la défaillance des organes envahis par les métastases, ce qui justifie des réunions de concertation pluridisciplinaire par site métastatique, réunissant les spécialistes de l’organe atteint, le chirurgien et le cancérologue. De telles consultations existent sur plusieurs sites de l’AP-HP. Ainsi, l’hôpital Cochin est spécialisé dans les métastases osseuses, Lariboisière dans les carcinoses péritonéales, l’Hôtel-Dieu dans les métastases pulmonaires…

Suivi nutritionnel et activité physique

Enfin, autre initiative originale de l’Unité, une salle du service a été transformée en salle d’exercice et une équipe pluridisciplinaire associant psychologue, diététicienne et coach d’éducation physique propose aux patients en rémission ou en cours de traitement, mais en condition physique suffisante, un changement alimentaire et une activité physique soutenue, sous contrôle médical. En effet de plus en plus d’études indiquent que la nutrition et le maintien musculaire jouent un rôle essentiel pour lutter contre la croissance tumorale. « Cette problématique va devenir un axe central des traitements », assure le Pr Goldwasser.

 Chantal Guéniot

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer