Accueil du site
> Dossiers > Cancer de la prostate
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cancer de la prostate : les ultrasons focalisés, un traitement encore peu connu
Cancer de la prostate : les ultrasons focalisés, un traitement encore peu connu
note des lecteurs
date et réactions
16 septembre 2009 | 2 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 599 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
599
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Cancer de la prostate : les ultrasons focalisés, un traitement encore peu connu

Cancer de la prostate : les ultrasons focalisés, un traitement encore peu connu

Le traitement du cancer de la prostate est entré dans une nouvelle ère, celle des traitements focaux. Basé sur les traitements partiels d’autres tumeurs, sein, rein, vessie ou côlon, le traitement focal permet un traitement curatif limité à la seule tumeur. Fini la chirurgie et les effets secondaires invalidants, l’Ablathermie, traitement mini-invasif utilisant des ultrasons focalisés, bouleverse la prise en charge des cancers de la prostate.

JPEG - 12 ko
Le traitement par ultrasons focalisés de haute intensité pour le cancer de la prostate

Avec près de 65 000 nouveaux cas enregistrés en France en 2008, le cancer de la prostate est le cancer masculin le plus fréquent et le deuxième plus meurtrier avec près de 9 000 décès par an.

 
Lorsqu’il est dépisté à temps, les médecins disposent d’une panoplie de traitements efficaces pour en venir à bout. Revers de la médaille, ces traitements essentiellement radicaux ont des effets secondaires souvent “dégradants” à l’image de la chirurgie (prostatectomie totale) qui reste en France, le traitement de référence. Pourtant, d’autres traitements existent comme l’Ablathermie, traitement par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU), encore méconnu du grand public.
 
Cette thérapie a été mise au point à l’hôpital Edouard-Herriot de Lyon par le docteur Albert
Gelet, en collaboration avec l’équipe Inserm U556 et la société EDAP-TMS, conceptrice de l’Ablatherm®. Dispositif médical sans équivalent à ce jour, l’Ablatherm®, utilise les ultrasons focalisés de haute intensité pour détruire les tissus cancéreux de la prostate. Il permet de détruire les tumeurs localisées de la prostate sans chirurgie et est, actuellement, la meilleure réponse pour conserver la continence (98%) et l’érection (87%) avec le maximum de succès (85%)*.
 
A l’heure actuelle, la thérapie non invasive dure environ 2 heures et s’effectue sous anesthésie locale ou générale (dans un futur proche, l’approche focale devrait abaisser cette durée à 20 minutes). L’Ablatherm® permet une destruction des tissus tumoraux par des ultrasons de haute intensité produisant au point focal une chaleur intense (80 à 100°C) qui détruit instantanément et de façon définitive le tissu à l’intérieur de la zone ciblée. Le geste du chirurgien est guidé sur écran, grâce à un système d’imagerie couplé au générateur d’ultrasons.

Utilisé avec succès depuis 1993, le traitement par ultrasons focalisés de haute intensité s’adresse aux patients atteints d’un cancer localisé de la prostate (stade où le cancer est maintenu à l’intérieur
de la glande) qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas recevoir une chirurgie, une radiothérapie ou une hormonothérapie. Grâce à cette technique, on recense près de 80% de guérisons en cinq ans.
Les effets néfastes d’incontinence sont minimes et les problèmes d’impuissance dépendent de l’état sexuel antérieur du patient. Autres avantages : en cas de récidive, le traitement peut être répété ;
le temps d’hospitalisation est de courte durée (4 à 5 jours) et le retour à la vie normale rapide.
Une réduction des temps d’hospitalisation post-traitement qui répond aux exigences de maîtrise
des coûts de santé publique et renforce l’intérêt des centres hospitaliers pour cette nouvelle
approche thérapeutique.

Actuellement, en France 42 centres hospitaliers publics et privés parmi les plus prestigieux la proposent. Chaque année, ce sont donc près de 1 000 patients qui bénéficient de ce traitement
novateur. Dans le monde, on recense 224 centres et 20 000 patients traités. 
 
La rédaction CareVox

POST-SCRIPTUM

  • Pour en savoir plus :
    EDAP-TMS
    Tél. : 04 72 15 31 50
    www.edap-tms.com
    Le traitement par Ablathermie expliqué aux malades et à leurs familles
    www.ablathermie.com
    www.hifu-planet.com
    Association nationale des malades du cancer de la prostate (Anamacap)
    Tél. : 05 56 65 13 25
    Permanence téléphonique
    du lundi au vendredi de 9 à 12 heures
    Email : info@anamacap.fr
    www.anamacap.fr

SOURCES

  • Cet article est extrait du dossier de presse "Ablatherm " publié le 15 septembre 2009. Ablatherm est un dispositif médical développé par la société EDAP-TMS.

    * Chaussy and Thuroff Curr Orol Rep. 2003;4(3):248-52 ; Thuroff et al. J Endourol. 2003 Oct;17(8):673-7 ; Gelet et al, J Endourol. 2000;14(6):519-28; Gelet et al, Eur Urol. 2001;40(2):124-9; Poissonnier et al Prog Urol. 2003;13(1):60-72 ; Poissonnier et al Eur Urol. 2007;51(2):381-7 ; Thuroff et al J Endourol.2003;17(8):673-7 ; Chaussy et al Curr Urol Rep.2003;4(3):248-52 ; Urology. 2004;63(2):297-300 ; Ficarra et al BJU Int. 2006;98(6):1193-8 ; Prostate Cancer Prostatic Dis. 2006;9(4):439-43.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Traitement Prostate
Commentaires
1 vote
par Françoise (IP:xxx.xx5.208.141) le 26 octobre 2009 a 21H30
Françoise, 14 articles (Kinésithérapeute)

1 000 patients qui bénéficient de ce traitement par Ablathermie, c’est bien peu par rapport au nombre croissant de patients atteints de cancer de la prostate. Nous vivons dans une société oû l’argent est "le nerf de la guerre" aussi je ne doute pas de l’efficacité de cette méthode. Je déplore tout simplement, le manque de centres qui pratiquent cette Ablathermie. La question que je pose : faut-il être "privilégié" ou avoir "les moyens" pour se faire soigner. Je suppose que le dépassement d’honoraires comme la chirurgie par robotisation est quelque peu élévé ! Donc pas à la portée de tous !

0 vote
par gopan (IP:xxx.xx5.233.7) le 12 mai 2013 a 11H25
gopan (Visiteur)

J’ai été soigné d’un cancer de la prostate par curiethérapie en 2001. J’ai une récidive en 2013, localisée, gleason 4+3. Je voudrais savoir s’il est possible de me faire maintenant soigner par ablathermie hifu. Merci pour la réponse.