Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Brésil : Le "docteur de la mort" tuait ses patients pour libérer les lits
Brésil : Le "docteur de la mort" tuait ses patients pour libérer les lits
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
29 mars 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Brésil : Le "docteur de la mort" tuait ses patients pour libérer les lits

Brésil : Le "docteur de la mort" tuait ses patients pour libérer les lits

Série noire pour une femme médecin du nom de Virginia Soares de Souza. Directrice d’un hôpital à Curitiba, dans le sud du Brésil, ce docteur est accusé de la mort de 7 à 20 patients sous assistance respiratoire, et se trouve fortement soupçonné d’avoir occasionné le décès de 300 personnes au total. A la tête d’une équipe médicale, l’intéressée œuvrait au sein d’une unité de soins intensifs. Elle administrait aux patients des médicaments myorelaxants, avant de réduire l’assistance respiratoire au point de provoquer le décès par asphyxie. Motif ? Libérer les lits de l’hôpital.

Court-on plus de risques qu’ailleurs dans les hôpitaux du Brésil ? On se souvient qu’en 2011, un médecin brésilien avait envoyé une patiente vivante à la morgue. Elle avait miraculeusement survécu. Cette fois, c’est de façon délibérée que le docteur Virginia Soares de Souza -une veuve de 56 ans- et son équipe médicale de l’unité de soins intensifs auraient envoyé à la mort 300 patients à l’hôpital de Curitiba, dans le sud du Brésil. Selon les responsables de l’enquête, son équipe et elle-même auraient administré à des patients des médicaments myorelaxants, qui décontractent les muscles, avant de réduire l’assistance respiratoire au point de provoquer un décès par asphyxie.

Ce mode opératoire aurait été appliqué dans tous les meurtres. 1 700 dossiers médicaux de patients sont en cours de vérification chez les enquêteurs. Il y aurait entre 7 et 20 cas avérés, mais le total des décès attribués pourrait être de 300. Le docteur Mario Lobato, l’expert mandaté par le ministère brésilien de la Santé, a indiqué à la presse que « des enregistrements de conversations téléphoniques ont montré que Virginia Soares de Souza agissait ainsi pour libérer des lits pour d’autres patients ». Au total, trois autres médecins et un kinésithérapeute sont également inculpés.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Hôpital Médecin Brésil
Commentaires
0 vote
par COLLIN (IP:xxx.xx2.154.119) le 2 avril 2013 a 09H58
COLLIN (Visiteur)

Je crois pouvoir affirmer que cet article est ecrit par quelqu’un qui n’a pas souvent,voire jamais,travaillé dans une unité de soins intensifs...

En effet,les professionnels de ces unités connaissent bien ce problème.

Essayez,par exemple,d’enqueter sur le "pic" de décès en réanimation médicale les jeudis et les vendredis.....

L’euthanasie,qui consiste à interrompre les manouevres de réanimation,est un outil de gestion de lit très apprecié avant les WE et les grands départs.

Et je suis en dessous de la vérité.