Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Augmentation des déclarations d’effets indésirables des médicaments
Augmentation des déclarations d'effets indésirables des médicaments
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 novembre 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Camille, 333 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
333
nombre de commentaires
49
nombre de votes
288

Augmentation des déclarations d’effets indésirables des médicaments

Augmentation des déclarations d'effets indésirables des médicaments

Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm), qui est chargée de recevoir les déclarations d’effets indésirables des médicaments provenant des Centres régionaux de pharmacovigilance (Crpv), le nombre de dossiers est en hausse.

En 2012, 38 296 ont été reçus dont 1 222 provenant de patients. Depuis selon l’Ansm, une augmentation de 36 % a été notée en août 2013.

La matériovigilance qui a pour objet la surveillance des incidents pouvant survenir lors de l'utilisation du Dispositif médical (DM), la surveillance des incidents ou des risques d'incidents résultants de l'utilisation des dispositifs médicaux après leur mise sur le marché, c’est-à-dire une fois que ces dispositifs médicaux ont franchi la porte des établissements de santé, a également observé une augmentation de 70%. Les signalements ont augmenté de 70 % passant de 7 799 à 13 230 sur la même période.

Afin de faciliter la déclaration d’effets indésirables suspectés d’être liés à un produit de santé, l’Ansm vient de créer une nouvelle rubrique sur son site internet « Déclarer un effet indésirable », pour télétransmettre les déclarations.

Enfin, l’Ansm informe les internautes sur le système de vigilance et les professionnels à partir d’un bulletin des vigilances. 
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Médicaments & Soins
Commentaires
0 vote
par diane (IP:xxx.xx1.131.157) le 19 novembre 2013 a 10H09
diane (Visiteur)

Depuis trente ans je ne prends plus aucun médicament allopathique ! je me soigne quand besoin est à l’aide de l’homéopathie, phytothérapie, aromathérapie ou lithothérapie.

J’ai 80 ans, je me porte comme un charme et fais des travaux que ne renieraient pas des personnes beaucoup plus jeunes que moi, par exemple, tronçonner 16 stères de bois en 4 jours ! pourtant je ne suis pas vraiment une manuelle, plutôt intellectuelle...

J’ai abandonné l’allopathie et les allopathes surtout après que trois d’entre eux m’aient gravement handicapée, l’un me rendant paralysée d’un bras pendant trois ans suite à une infiltration ratée et de surcroît inutile ! j’ai récupéré deux des handicaps mais pas le troisième qui m’a rendue sourde d’une oreille.