Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Arrivée du premier générique du Viagra
Arrivée du premier générique du Viagra
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
18 avril 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Jean Lellouche, 21 articles (Rédacteur)

Jean Lellouche

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
21
nombre de commentaires
0
nombre de votes
49

Arrivée du premier générique du Viagra

Arrivée du premier générique du Viagra

Le 8 mai prochain, Pfizer perdra le brevet français du Viagra. Concrètement cela signifie que d’autres laboratoires seront autorisés à fabriquer leur version générique de ce médicament. Mais Pfizer a pris les devants et proposera un autogénérique, Verventi.

C’est en 1996 que l’histoire de ce traitement débute. A cette date, Pfizer dépose un brevet concernant le sildénafil, un agent actif qui inhibe l’enzyme phosphordiestérase (5PDE5). Les scientifiques cherchaient originellement un remède permettant de soigner les angines de poitrine.

15 ans d'exclusivité

Mais ils ont remarqué que cette molécule, qui ne donnait pas les résultats espérés, causait en revanche un effet secondaire inattendu puisqu’elle provoquait des érections chez les sujets de l’étude. Pfizer déposa alors un brevet pour son futur médicament Viagra, dont le but est de soigner les symptômes de l’impuissance. Le traitement est ainsi commercialisé en 1998, et c’est le premier de ce type.

Comme il est expliqué sur le site des Entreprises du Médicament (LEEM), un brevet a une durée limitée à 20 ans. Néanmoins, généralement, il existe un délai entre la date de dépôt et la mise en vente du produit. De cette façon, la durée effective du brevet est d’une quinzaine d’années environ. Quand les droits de propriété intellectuelle ont expiré, le médicament tombe ainsi dans le domaine public. Le traitement original peut donc être copié, on parle dès lors de médicament générique.

Des médicaments low-cost ?

Habituellement, les génériques sont vendus 30% moins chers que les traitements originaux. Concernant le Viagra, une dizaine de fabricants ont déjà demandé et reçu l’autorisation du Ministère de la Santé. C’est pourquoi Pfizer lancera au mois de juin son propre générique, le Verventi. Seule la couleur changera, puisque les pilules ne seront plus bleues, mais blanches. Pour le reste, ce sera le même produit.

Il faut ainsi savoir qu’il existe trois sortes de générique :

  • La vraie copie ou autogénérique : même dosage, même apparence et mêmes excipients que l'original ;
  • Les médicaments similaires : même principe actif, même dosage, mais des excipients différents ;
  • Les médicaments assimilables, dont le principe actif se présente sous une autre forme chimique.

Ce sont surtout ces derniers qui peuvent éventuellement poser des problèmes, en particulier pour les patients qui étaient habitués au médicament original. C’est pourquoi les personnes ne doivent pas hésiter à questionner leur médecin traitant ou leur pharmacien habituel avant toute prescription de générique.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par jacques (IP:xxx.xx2.251.156) le 18 avril 2013 a 19H40
jacques (Visiteur)

Le créateur de la molécule avait déclaré quelle ne coutait rien à produire . Si xavier Niels de Free en vends les français vont avoir la gaule !