Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Alcoolisme : Le baclofène est autorisé au cas par cas
Alcoolisme : Le baclofène est autorisé au cas par cas
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
25 avril 2012 | 5 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Alcoolisme : Le baclofène est autorisé au cas par cas

Alcoolisme : Le baclofène est autorisé au cas par cas

L’Agence du médicament (Afssaps) vient d’émettre un avis favorable à la prescription du baclofène dans le traitement de l’alcoolisme. Ce décontractant musculaire pourra donc être utilisé « au cas par cas » par des patients alcooliques. Le changement de cap est conséquent : Pour rappel, cette molécule avait fait l’objet d’une mise en garde contre son utilisation hors autorisation de mise sur le marché (AMM) il y a un an.

La dernière mise au point de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), relayée le 24 avril dernier, est loin d’être passée inaperçue : Le baclofène pourra désormais être utilisé ouvertement pour combattre l’alcoolisme dans certains cas. Pour l’agence, en effet, « bien que l’efficacité du baclofène dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance n’a pas encore été démontrée à ce jour, ses bénéfices cliniques chez certains patients ont été observés de manière incontestable ». Un feu vert a donc été donné à la molécule, mais le signal est timide tant l’Afssaps estime qu’il faut garder une extrême prudence vis-à-vis du produit : « Une meilleure connaissance du profil de sécurité d’emploi du baclofène dans le cadre du traitement de l’alcoolisme est absolument nécessaire et justifie de maintenir une surveillance très active ».

D’autant que ce médicament, comme l’a rappelé l’alcoologue Philippe Batel à 20 minutes, n’est pas dépourvu d’effets secondaires tels que somnolence, fatigue, ralentissement de l’organisme, chutes et relâchement musculaire. Ce revirement des autorités sanitaires, qui constitue un soulagement pour les quelque 500 médecins français qui prescrivent, à l’heure actuelle, le baclofène hors AMM, donne également un écho à Olivier Ameisen. Ce dernier, médecin malade alcoolique s’étant soigné lui-même avec le baclofène, avait publié un livre retentissant en 2008, Le dernier verre.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Alcoolisme Baclofène
Commentaires
4 votes
par Sylvie Imbert (IP:xxx.xx6.106.95) le 25 avril 2012 a 18H46
Sylvie Imbert, 5 articles (Rédacteur)

P. Batel n’est pas connu pour son intérêt pour le baclofène mais plutôt pour celui qu’il a concernant le Nalmefène qui a les mêmes effet secondaires que le baclofène sans que cela ne semble le déranger ..

Avancée positive et timide réservée aux spécialistes peu désireux de prescrire. 120 morts par jour, il y a non assistance à personne en danger.

Il faut que les choses bougent très vite et que l’on ne nous mène pas une fois de plus en bateau en nous demandant d’attendre les résultats d’un essai sans cesse repoussé.

1 vote
par camillec (IP:xxx.xx4.199.107) le 26 avril 2012 a 15H36
camillec (Visiteur)

Je trouve choquante cette autorisation qui s’appuie sur trop peu d’éléments. Aucune étude n’a testé l’effet de la molécule sur les patients alcooliques et dans la durée. Compte tenu du climat de confiance errodée dans le médicament, de l’image négative de l’AFSSAPS liée à certaines affaires très médiatisées, je suis surprise que l’Agence du Médicament ait pris ce risque. Quel lobby a fait pression sur elle pour obtenir cette autorisation ?

2 votes
par heyben (IP:xxx.xx0.202.152) le 27 avril 2012 a 03H25
heyben (Visiteur)

Le bactoflène étant généricable, ce n’est déjà pas le lobby de l’industrie pharma. Cela explique aussi l’absence d’étude, difficile de se remplir les fouilles avec une vieille molécule.

Pour une foisx que c’est la voix de patients guéris par une méthode non conventionnelle qui est écoutée, on ne va pas se plaindre.

3 votes
par Sylvie Imbert (IP:xxx.xx6.147.110) le 30 avril 2012 a 15H32
Sylvie Imbert, 5 articles (Rédacteur)

Ce qui est très choquant est que l’Afssaps n’ai rien fait plus tôt. L’alcoolisme tue 120 personnes par jour et il est faux de dire qu’il n’y a pas d’élément. Quant aux essais, ils sont réclamés depuis 2005 par Olivier Ameisen et sabordés depuis cette date par d’autres qui n’ont aucun intérêt à voir une découverte reconnue.

La crainte d’un procès pour non assistance à personne en danger a certainement fait réfléchir l’Afssaps. Lisez à ce sujet la saga du baclofène http://www.books.fr/blog/la-saga-du...

Et si vous voulez avoir une idée globale sur les 7 ans que durent le scandale du baclofène, je vous invite à consulter le site de notre association http://www.baclofene.org

3 votes
par Yves Brasey (IP:xxx.xx1.15.193) le 27 avril 2012 a 12H46
Yves Brasey, 5 articles (Informaticien)

« L’Afssaps rappelle que la prise en charge de l’alcoolo-dépendance implique une approche globale par des médecins expérimentés dans le suivi de ce type de patients dépendants. »

100 % d’accord : « par des médecins expérimentés ».

Et qui sont ces « médecins expérimentés » ?

Sûrement pas les alcoologues qui n’ont jamais prescrit de Baclofène !

Leur fond de commerce est foutu ! Il faut oser l’écrire. Je le fais.

La filière de l’alcoologie est devenue aussi inutile que la filière des sanatoriums après la découverte de la pénicilline pour soigner la tuberculose.

Actuellement un alcoologue garde son client " à vie " ! Cure, post-cure, rechute, cure, post-cure, rechute, etc... jusqu’à la mort du client ou à son abstinence forcée à vie...

Avec le Baclofène un alcoolique est guérit entre 2 et 4 semaines, par son médecin généraliste ou psy (n’oublions pas que l’alcoolo-dépendance peut être multifactorielle et que l’assistance de votre psy est peut-être indispensable).

Depuis 2008, généralistes et psy sont déjà des centaines à prescrire en France, nous sommes des milliers de guéris. Le mien m’a guérit en 18 jours en mars 2010 !

Des dizaines de milliers de vies vont être sauvées. Accessoirement mais non négligeable, nous économisons 20 milliards d’euros chaque année sur le budget de la Sécu.

Nous avons mis en ligne une pétition : "Le SCANDALE du Baclofène ! Obtenons au plus vite une extension de l’AMM" http://liencs.fr/040

Yves BRASEY Vice-Président de l’Association Baclofène www.baclofene.org et www.baclofene.com pour le forum d’entraide.