Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
A Bordeaux 3 infirmières détournent 1 million d’euros
A Bordeaux 3 infirmières détournent 1 million d'euros
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
6 août 2012 | 7 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

A Bordeaux 3 infirmières détournent 1 million d’euros

A Bordeaux 3 infirmières détournent 1 million d'euros

Trois infirmières de Gironde ont été mises en examen. Elles auraient profité de la méconnaissance de certains médecins en matière de prescription pour faire des fausses déclarations d’achat de matériel pour des patients en fin de vie. Le montant du préjudice pour la Sécurité sociale atteindrait un million d’euros.

On ne sait pas encore si Cécile F., Bénédicte F. et Anne T., âgées de 32 ans, 39 ans et 40 ans ont été inspirées par les "Drôles de dames", cette série américaine narrant les aventures, dans la fin des années 70, de « trois jeunes femmes, belles, intelligentes et indépendantes qui se font engager par une agence de détectives privés » (sic). Toujours est-il que dans le cas présent, les trois infirmières, qui étaient à la tête d’une société du nom de ABC Perfusions implantée à Gradignan, dans la banlieue de Bordeaux, ont décidé d’œuvrer pour le mal plutôt que pour le bien. Le trio, comme l’indique le quotidien Le Parisien, est poursuivi pour abus de biens sociaux, escroqueries, fausse comptabilité et recel. Et ce, au préjudice de la Sécurité sociale et du Fisc.
 
Elles pensaient avoir trouvé la combine idéale par l’intermédiaire de leur société spécialisée dans la fourniture de produits de perfusion, créée en 2008. Mal leur en a pris. Une source policière indique en effet que « la cellule Tracfin, qui lutte notamment contre le blanchiment d’argent, a repéré des virements suspects sur les comptes personnels des trois dirigeantes de cette entreprise ». Les services de police de la ville de Bordeaux, qui commencent alors à s’intéresser à ces trois dirigeantes au train de vie très luxueux, découvrent rapidement que leur chiffre d’affaires réalisé est bien supérieur à celui déclaré.
 
L’entourloupe était la suivante : Les médecins de la région auraient établi, "de toute bonne foi", aux trois infirmières des ordonnances pour une quantité de produits bien supérieure aux besoins des patients. Elles n’achetaient que ce dont elles avaient strictement besoin et obtenaient le remboursement de la totalité des prescriptions des produits (dont la quantité était largement supérieure aux besoin des patients) auprès des Caisses primaires d’assurance maladie. Les crédits de TVA frauduleux sont ainsi estimés à un montant dépassant les 80 000 euros, et le détournement au préjudice de l’administration fiscale est quant à lui estimé à un montant de plus de 950 000 euros.
 



Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
8 votes
par SamAgora (IP:xxx.xx2.208.179) le 7 août 2012 a 12H16
SamAgora (Visiteur)

C’est la conséquence directe de l’exemple de nos politiques et de nos élites en général, sans foi ni lois, la fin justifiant les moyens, magouille à tous les étages. Comment voulez-vous que les personnes qui se lèvent tous les matin pour travailler toute la journée et au final gagner une misère ne soit pas démotivés, car la grande partie du fruit de son travail va dans les impôts divers et pour les petits patrons dans les charges et l’IS ? Tout ça pour engraisser des politiques qui se fichent royalement de la morale et qui ne pensent qu’à s’en foutre plein les poches ! ou à renflouer des banques privées avec les caisses de l’état !

Conclusion, dans le monde dans le quel nous vivons je leur donnerais presque raison d’avoir essayé.

6 votes
par Hardt (IP:xxx.xx0.177.66) le 7 août 2012 a 12H59
Hardt (Visiteur)

Elles sont bien à l’aise dans l’ingénierie financière. Il y a encore un peu de marge avant d’atteindre le niveau Goldman-Sachs mais... Leur avenir dans le secteur bancaire est assuré. Leur expérience vaut tous les CV. A faire pâlir de jalousie les jeunes loups sortis d’une école de commerce.

8 votes
par desabuse (IP:xxx.xx8.211.62) le 7 août 2012 a 13H59
desabuse (Visiteur)

Et Bachelot, combien ?

2 votes
par plexus (IP:xxx.xx0.227.17) le 7 août 2012 a 18H25
plexus (Visiteur)

That is the bonne question !!! Ces trois "croix rouges" sont de très petites joueuses, elles ne sont pas près d’arriver à la tête d’un ministère et d’y inscrire ensuite toute la famille. Faut être positif, pour une fois que la "sécu" contrôle qqchose, je ne vais pas râler !!

1 vote
par desabuse (IP:xxx.xx8.211.62) le 7 août 2012 a 20H21
desabuse (Visiteur)

Vous avez raison. Elles ne méritent pas d’être à la commission de déontologie présidée par Jospin. Elles méritent d’être condamnées. Pour voler impunément, il faut faire de la politique.

1 vote
par patricia16 (IP:xxx.xx7.83.5) le 8 août 2012 a 00H51
patricia16 (Visiteur)

Le milieu médical recèle de voleuses et de voleurs mais aucun gouvernement ne fait le ménage dans cette catégorie professionnelle considérée comme "notables".

A part ça le trou de la sécu est affolant et ne fait qu’augmenter de jour en jour, mais à part ça on vous dira que la population consulte trop facilement les médecins pour un oui et pour un non. La "population" a bon dos, c’est "indéfini" et "global" ça permet de ne pas s’attaquer au problème dans le fond.

1 vote
par Fred (IP:xxx.xx0.20.41) le 8 août 2012 a 07H22
Fred (Visiteur)

comme c est mignon tracfin qui traque 3infirmieres en mal d’enrichissement... C’est vraiment delicieux,pendant ce temps les paradis fiscaux soutenus par les etats prosperent et la finance et les banksters menent le monde........