Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
15 psychotropes sont sous surveillance
15 psychotropes sont sous surveillance
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 février 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Pr. Antoine Pelissolo, 41 articles (Psychiatre)

Pr. Antoine Pelissolo

Psychiatre
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
41
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

15 psychotropes sont sous surveillance

15 psychotropes sont sous surveillance

La fameuse "liste des 77 médicaments sous surveillance" publiée récemment a fait beaucoup de bruit, dans les suites de l’affaire du Mediator. Dans cette liste, on trouve 15 médicaments psychotropes.

Les motifs de ces mises sous surveillance sont très divers d'un produit à l'autre, et relèvent globalement de l'application légitime du principe de précaution par les autorités de santé.

Cette publication vise à informer le public et les patients sur les procédures mises en oeuvre, mais ne reflètent pas d'éléments réellement nouveaux sur la dangerosité potentielle des produits cités. Les risques d'usages détournés (abus, addictions) sont très présents dans cette liste, notamment pour les produits prescrits dans le traitement des addictions ou pour les somnifères. Quelques effets secondaires suspectés chez des prosuits récents font l'objet d'une surveillance attentive dans les premières années de commercialisation. Enfin, le rapport "bénéfice/risque" de certains médicaments anciens pourrait être remis en cause prochainement, notamment parmi les hypnotiques.

Voici en quelques mots la situation des psychotropes concernés.

1. Antidépresseurs

- Stablon (tianeptine) : surveillance depuis 2004 d'un risque potentiel de dépendance. Des mesures préventives ont été prises en 2005 et seront évaluées en 2011.

- Valdoxan (agomélatine) : signalement depuis 2010 (début de la commercialisation) d'un risque d'hépatite, impliquant des surveillances régulières du bilan hépatique. Les effets observés seront analysés en 2011.

- Cymbalta (duloxétine) : surveillance des risques d'hépatite et de conduites suicidaires.

2. Hypnotiques (somnifères)

- Stilnox (zolpidem) : risques connus de dépendance et d'usages addictifs. Possibles décisions en mars 2011.

- Noctran (acépromazine + acéprométazine + clorazépate) : remise en cause de l'intérêt de cette combinaison de 3 molécules différentes, avec risques chez la personne âgée. Usage trop prolongé en général. Retrait possible en 2011.

Mépronizine (méprobamateacéprométazine) : toxicité connue en cas de surdosage. 

Rohypnol (flunitrazépam) : surveillance depuis 2000 des risques d'usage abusif et d'addiction. 

3. Traitements des addictions

Champix (varénicline) traitement de la dépendance au tabac : surveillance des risques de problèmes psychiatriques et de conduites suicidaires.

- Equanil (méprobamate) traitement du sevrage alcoolique : remise en cause de l'intérêt de cette molécule dangereuse en cas de surdosage.

- Méthadone gélules (traitement de la dépendance aux opiacés) : surveillance des risques de dépendance et de toxicité en cas de surdosage.

Subutex (buprénorphine) traitement de la dépendance aux opiacés : surveillance depuis 2000 des risques d'usage abusif et d'addiction.

4. Autres familles

Ritaline, Concerta, Quasym (méthylphénidate), traitement de l'hyperactivité avec déficit de l'attention : surveillance depuis 1995 des risques potentiels de dépendance et d'usage addictif.

Rivotril (clonazépam) traitement de l'épilepsie mais aussi utilisé dans l'anxiété : surveillance des risques d'usage abusif et d'addiction.

Lyrica (prégabaline) traitement de l'épilepsie mais aussi de certaines douleurs et de l'anxiété : surveillance des risques d'effets secondaires (cutanés, hématologiques et ophtalmologiques).

Zypadhera (olanzapine) traitement injectable de certaines psychoses : surveillance des risques de toxicité après l'injection.

Pr Antoine PELISSOLO, psychiatre
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx3.154.123) le 29 avril 2011 a 19H29
 (Visiteur)

Comme vous êtes psychiatre, je voulais vous conseiller les travaux d’alice miller sur l’enfance, très éclairants sur l’histoires personnelle des patients et comme elle influence la vie adulte :

http://www.alice-miller.com/

Au sujet des anti dépresseurs : http://alice-miller.blogspot.com/20...

Extrait d’un article d’alice miller qui résume bien le sujet (http://www.alice-miller.com/article...) :

"Beaucoup de gens on réussi à se protéger de ses souvenirs d’enfant maltraité en utilisant des médicaments comme par exemple les antidépresseurs. Mais ces derniers nous volent nos vraies émotions, et les réactions logiques à la maltraitance de l’enfant ne peuvent pas être exprimées. Or, c’est exactement ce fait qui a créé la maladie.

En entrant dans la thérapie tout devrait changer. Il y a un témoin de notre souffrance, il veut savoir ce qu’il nous est arrivé et il veut nous aider à l’apprendre, à se libérer de la peur d’être à nouveau humilié, battu, maltraité. Il veut nous aider à sortir de la vie chaotique de notre enfance, à trouver nos émotions et vivre enfin avec notre vérité. C’est avec l’aide de ce témoin que nous pouvons quitter le déni et obtenir notre honnêteté émotionnelle."

Je conseille aussi les documentaires suivants qui sont intéressants sur les anti dépresseurs : http://ccdh.asso.fr/DVD-documentair...

1 vote
par ED (IP:xxx.xx0.206.230) le 30 avril 2011 a 10H27
ED (Visiteur)

Pourquoi vous cachez-vous derrière ces si beaux sentiments ? un peu de courage, assumez vos objectifs sectaires et de manipulation :

http://www.agoravox.fr/actualites/s...

un seul point d’argument :

"Mais ces derniers nous volent nos vraies émotions, et les réactions logiques à la maltraitance de l’enfant ne peuvent pas être exprimées."

cette affirmation ne repose sur rien. les prises en charge psychiatriques, qui comportent les psychothérapies mais parfois aussi des médicaments quand ils sont nécessaires, soulagent les douleurs morales et rendent ainsi leur liberté de penser et de vivre aux patients. et évitent bien souvent que certaines personnes fassent du mal aux autres parce qu’elles vont mal elles-mêmes, notamment à leurs enfants : maltraitance et aussi... embrigadement dans des sectes, avec à la clé des manipulations mentales parmi les plus insupportables car visant de jeunes esprits purs et confiants.