Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Vers un carnet électronique pour la vaccination ?
Vers un carnet électronique pour la vaccination ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 avril 2008 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Luc Martin-Lagardette, 33 articles (Journaliste)

Jean-Luc Martin-Lagardette

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Vers un carnet électronique pour la vaccination ?

Vers un carnet électronique pour la vaccination ?

La Mutuelle Générale et France Télécom (via Orange Business Services) viennent d’annoncer le lancement du 1er carnet électronique de vaccination. Un moyen fiable de systématiser les inoculations et leurs rappels. Mais aussi un moyen de repérer aisément, s’il est généralisé, tous les réfractaires qui sont passibles depuis ce printemps 2007 de 6 mois de prison et de 3 750 € d’amende.

La Mutuelle Générale (MG), deuxième mutuelle française, et Orange Business Services (France Télécom), opérateur mondial de services de communication pour les entreprises, lancent monpass.santé, le 1er carnet électronique de vaccination. Grâce à sa carte à puce sécurisée, l’utilisateur du service accède en ligne à son carnet de vaccination. Il est informé en temps réel des prochaines échéances de vaccination.

Monpass.santé est développé par Orange Business Services. La Mutuelle Générale, de son côté, veut apporter « une réponse concrète à la problématique du suivi vaccinal en France. En effet, la vaccination constitue un enjeu de santé publique car les vaccins et en particulier les rappels font l’objet de disparités dans leur suivi ».

Dans un premier temps, monpass.santé est proposé aux salariés du groupe France Télécom, soit 245 000 personnes, en commençant par 60 000 adhérents, dans 31 départements du Nord, Ouest et Sud de la France. L’un des services proposé aujourd’hui par monpass.santé est un carnet électronique de vaccination.

Les partenaires présentent cette carte à puce comme « un outil de prévention basé sur le calendrier vaccinal, prenant en compte tous les vaccins, obligatoires ou recommandés. Outre sa carte à puce sécurisée et un code PIN personnel, l’adhérent dispose d’un lecteur pour se connecter à son espace personnel sur le site de la Mutuelle Générale. Il peut ainsi suivre en ligne son calendrier vaccinal et celui de ses ayants droit. Pour pouvoir être averti des prochaines dates de rappels, l’adhérent définit lui-même le mode d’alerte par lequel il souhaite être joint : SMS ou mail ».

La carte à puce Cleyris, qui intègre les services monpass.santé, est également compatible avec les lecteurs de carte vitale des médecins. Les médecins pourront donc suivre au jour près le suivi des vaccinations de leurs patients.

S’il prenait l’envie aux députés, pour des raisons sanitaires ou de lutte contre les réfractaires, de rendre ce service obligatoire, la surveillance généralisée de la population et la condamnation des contrevenants pourraient être automatiques. Un grand bien pour les inconditionnels de la vaccination ; un grand risque pour les partisans de la liberté thérapeutique et pour ceux qui contestent les bienfaits de la vaccination.

Je rappelle que je ne suis nullement opposé aux vaccinations. En revanche, j’ai pu me rendre compte, dans mon enquête, que les autorités responsables ne tiennent pas suffisamment compte des accidents vaccinaux, très insuffisamment recensés, que la vaccination n’empêche pas toujours la survenue de la maladie et que les autres méthodes préventives sont trop facilement abandonnées suite à la fausse sécurité qu’apportent les vaccins.

Le 5 mars dernier, la loi n° 2007-293 réformant la protection de l’enfance a été promulguée au Journal Officiel du 6 mars 2007. Ce texte élargit la peine de six mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende à tous les refus de vaccination (pour les vaccins obligatoires). Jusqu’ici, suivant la vaccination, les pénalités ne sont pas les mêmes. Désormais, la peine la plus lourde est appliquée à tous les refus de vaccination.

JL ML jlml.fr / ouvertures.net
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :
Commentaires
1 vote
par MJo (IP:xxx.xx3.184.91) le 11 août 2008 a 18H53
MJo (Visiteur)

Je n’ai pas suivi les débats sur cette loi concernant les vaccinations obligatoires mais mon choix va plutôt à la liberté thérapeutique de chacun en connaissance de cause. De nombreuses publications actuelles signalent les risques générés par les vaccinations (vraies ou fausses, sans doute pas toutes objectives...mais qui explique les risques encourus par les maladies infectieuses telles que tétanos, poliomyélite et même hépatite B ? ces risques là sont oubliés... Les laboratoires ont tout de même intérêt à indiquer les contre-indications, ne serait-ce que pour se mettre à l’abri des procédures intentées contre eux. Le recensement des accidents vaccinaux n’est sans doute pas évident sur du long terme et reposerait encore sur les professionnels de santé pour lesquels la charge de travail administratif est de plus en plus lourde. Merci pour cet article et bon courage.