Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Enfin un rapport sur le commerce du médicament
Enfin un rapport sur le commerce du médicament
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
24 avril 2008
Auteur de l'article
JF Marchand, 2 articles (Ostéopathe)

JF Marchand

Ostéopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Enfin un rapport sur le commerce du médicament

Enfin un rapport sur le commerce du médicament

Les pouvoirs publics ne se sont pas précipités pour rendre public le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) sur « L’information des médecins généralistes sur le médicament ». Achevé début septembre 2007, ledit rapport est resté tapi des semaines dans un placard. Avant que quelques mains aimables ne le mettent sur Internet.

Une prudence qui peut se comprendre, tant ce rapport est décapant. Il décortique les pratiques commerciales de l’industrie pharmaceutique. Et en particulier le rôle des fameux « visiteurs médicaux », ces responsables commerciaux qui traînent dans les cabinets des médecins, cherchant à s’engouffrer entre deux consultations pour convaincre les généralistes de prescrire « leur molécule ». Au final, l’Igas suggère des mesures chocs, appelant à « un désarmement commercial » de l’industrie pharmaceutique. Un désarmement rendu nécessaire par les dérives actuelles.

Le point de départ est connu. Et les labos n’y sont pour rien. Il y a en France une absence dramatique de dispositif cohérent de formation médicale continue. Devant l’afflux de nouveaux médicaments et les progrès réguliers de la médecine, les médecins de ville n’ont souvent pas d’autres informations que celles fournies par l’industrie. « L’information des médecins généralistes se caractérise alors par un recours très large à la visite médicale… Un tiers des médecins reçoit plus de sept visiteurs médicaux par semaine, et seulement entre 3 et 5 % des médecins ne reçoivent aucun visiteur médical », note l’Igas.

Un rapport de l’inspection générale des Affaires sociales (Igas) propose de réduire de moitié les dépenses de promotion des laboratoires pharmaceutiques, souligne Le Monde daté de samedi (page 13). L’industrie pharmaceutique consacre "au moins 3 milliards d’euros" par an à cette promotion, dont les trois-quarts pour les visiteurs médicaux, précise le quotidien Les Echos (page 4).
Cette "visite médicale", "financée en fait par la collectivité à travers les prix administrés du médicament, s’avère un moyen très coûteux", avec "plus de 25.000 euros par médecin généraliste et par an", estime l’Igas. De surcroît, l’action des visiteurs médicaux "favorise l’expansion globale des prescriptions", souligne le rapport.
Estimant que le rôle central de la Haute Autorité de santé (HAS) "doit être conforté", l’Igas propose qu’elle devienne "l’émetteur unique d’information sur le bon usage du médicament", note Le Monde. L’Igas souhaite aussi la création d’"un observatoire de la prescription" et d’un réseau de "médecins sentinelles" en liaison avec l’assurance maladie, expliquent Les Echos.
Enfin, cette inspection préconise "une action plus vigoureuse des pouvoirs publics". Elle préconise, entre autres, l’instauration d’une "taxe sur la promotion" ou l’application d’"objectifs quantitatifs de vente" pour les classes de médicaments "où la promotion est manifestement excessive".

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :