Accueil du site
> Je gère ma santé > Les troubles du sommeil > Traitements des trouble
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Traitements des troubles

 Réseau Morphée, 84 articles (Association)

Réseau Morphée

Association

Traitements des troubles

Traitements des troubles

Le traitement d’un trouble du sommeil se fait au cas par cas, en fonction de la détection d’une pathologie diagnostiquée, de sa sévérité et des causes identifiées du problème. Dans tous les cas, il passe en premier lieu par l’établissement d’une bonne hygiène de sommeil que le patient doit strictement respecter afin de créer les conditions optimales favorisant l’endormissement, et conserver à long terme les bénéfices du traitement. Ensuite, en fonction de la pathologie identifiée, des traitements plus spécifiques peuvent être mis en place.

Traitement de l’insomnie

 
La majorité des insomnies ont une origine psychologique. Si aucune maladie associée n’est identifiée (comme un syndrome des jambes sans repos, asthme, etc.), traiter l’insomnie revient donc à aider le patient à résoudre ses problèmes d’anxiété mais aussi à travailler sur toutes le mauvaise habitudes prises avec le temps et qu’il va falloir détecter et modifier. Dans ce cadre c’est toute la place de ce qu’on appelle les thérapies comportementales et cognitives de l’insomnie (TCC de l’insomnie). Ce sont les techniques de choix des traitements de l’insomnie, malheureusement il n’y a pas encore suffisamment de thérapeutes formés sur l’ensemble du territoire.
 
Des alternatives existent avec un bon effet des techniques de relaxation comme la relaxation de Schulz ou de Jacobson ou encore comme la sophrologie qui est également une technique préconisée par les centres du sommeil, afin de lutter contre le stress et favoriser l’endormissement sans avoir recours à des médicaments.
 
Des antidépresseurs peuvent également être prescrits si une dépression sous-jacente est diagnostiquée ou dans certaines formes d’insomnie qui touchent le milieu et la fin de la nuit. Les hypnotiques sont des produits dont les effets objectifs s’épuisent très rapidement et qui provoquent un état d’accoutumance à long terme, c’est pourquoi la tendance actuelle est de diminuer leur prescription, car malheureusement, il n’y a pas de produits miracles.
 

Avis de l’expert : dans quels cas utilise-t-on les hypnotiques pour traiter une insomnie ?

Docteur Sylvie Royan-Parola  : « Les hypnotiques sont justifiés en cas d’insomnie récente, pour une courte durée de quelques jours, parfois quelques semaines. Si l’anxiété associée est importante, ils sont parfois indispensables durant de plus longues périodes. »
 
 

Traitement de l’apnée du sommeil

 
La Pression Positive Continue est le traitement de référence de l’Apnée du Sommeil. Il s’agit d’un appareil de respiration avec un masque nasal qui va rétablir une bonne respiration du patient pendant la nuit. L’avantage de ce traitement est qu’il ne nécessite aucun médicaments, son effet est très rapide sur la fatigue et la récupération d’une bonne qualité de sommeil. La principale difficulté du traitement pour le patient est la période d’adaptation pendant laquelle il faut s’habituer à dormir avec un masque.
 
L’Orthèse d’Avancée Mandibulaire est une alternative proposée aux patients souffrant d’apnées du sommeil modérées ou lorsque la PPC est mal tolérée. Il s’agit d’une gouttière réalisée sur-mesure par un dentiste, permettant de maintenir la mâchoire inférieure et la langue vers l’avant, favorisant ainsi le passage de l’air.
 

 

Traitement du syndrome des jambes sans repos

 
Une carence en fer peut être à l’origine d’un syndrome des jambes sans repos. Dans ce cas, le traitement aura pour but de reconstituer les réserves féeriques, tout en cherchant à connaître l’origine de ce manque.
 
Dans la majorité des cas, en l’absence de cause connue, le traitement du syndrome des jambes sans repos, est symptomatique afin d’aider les malades à mieux dormir. Les agents dopaminergiques, utilisés également pour la maladie de Parkinsoniens, sont les principaux médicaments prescrits. Ils facilitent la transmission de l’influx nerveux entre les neurones utilisant la dopamine comme neurotransmetteur. La principale difficulté du traitement est de trouver la dose optimale permettant de soulager les symptômes, et d’avoir le moins d’effets secondaires possibles – nausées principalement-. Des analgésiques de type narcotique – codéine- peuvent également accompagner cette prise en charge en cas de douleur.

 

Traitement de la narcolepsie

 
Le traitement de la narcolepsie a pour objectif d’aider le malade à mieux gérer ses accès de sommeil. Des siestes sont planifiées dans la journée afin de rétablir la vigilance. Des psychostimulants peuvent être prescrits afin de combattre la somnolence dans la journée. Le Modafinil (Modiodal®) est actuellement le médicament ayant le plus d’efficacité et permet de soulager 75% des patients[1], mais en cas d’échec, des amphétamines peuvent être une alternative. Pour combattre les attaques de cataplexie, des antidépresseurs tricycliques sont utilisés.
 

 

Traitement du déphasage

 
Dans le cadre d’un retard de phase, l’objectif du traitement va être de resynchroniser l’horloge biologique du patient à des horaires plus conventionnels. Le patient doit respecter des règles d’hygiène de sommeil strictes. La chronothérapie consiste à avancer progressivement l’heure du coucher du patient jusqu’à obtenir un recalage à des horaire normaux. On y associe souvent la luminothérapie qui permet de bloquer la sécrétion de mélatonine par l’intermédiaire des voies rétino-hypothalamiques. Pendant une cure de 3 semaines, le patient s’expose tous les matins pendant au moins 45 minutes à une lampe de forte intensité lumineuse et évite de s’exposer à la lumière du soleil en fin de journée. Progressivement, la sécrétion de mélatonine est décalée, le patient aura sommeil plus tôt. Ce traitement a pour avantage d’avoir un effet positif sur la dépression, trouble souvent associé au retard de phase. Le traitement de l’avance de phase, repose sur le même principe, mais dans l’objectif inverse.
 
Les hypnotiques sont déconseillés dans le traitement du déphasage, car leur efficacité est de courte durée, et ils présentent des risques d’addiction en particulier chez les adolescents.

Commentaires
0 vote
par Emeline (IP:xxx.xx0.39.126) le 19 février 2014 a 20H28
Emeline, 22 articles (Rédacteur)

Que recommandez-vous pour les troubles du sommeil de la femme enceinte en fin de grossesse ?