Accueil du site
> Je gère ma santé > Les autres maladies de l’allergie > Les allergies alimentai
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Les allergies alimentaires

Asthme & Allergies, 23 articles (Association)

Asthme & Allergies

Association

Les allergies alimentaires

Les allergies alimentaires
L’allergie alimentaire est le nom donné à toutes les manifestations cliniques qui surviennent après la consommation d’un aliment (parfois après un contact sur la peau ou simplement en respirant son odeur) et dans lesquelles il existe un mécanisme immunologique particulier (production d’anticorps spécifiques, les IgE).

L’allergie alimentaire peut inaugurer la carrière de l’allergique
Elle peut survenir tôt dès les premiers mois de la vie chez le nourrisson (0 – 6 mois) mais aussi à tout âge.
 

Attention, une allergie alimentaire peut en cacher une autre et provoquer une autre allergie.

L’allergie alimentaire est en constante augmentation.

On estime qu’elle a doublé en 5 ans . Par comparaison, la fréquence de l’asthme a elle aussi doublé… mais en 15 à 20 ans ! Référence L’allergie alimentaire touche 3,4% de la population (adultes et enfants) en France, soit 2 108 000 personnes. Les enfants sont 3 fois plus touchés que les adultes. L’allergie alimentaire concerne 5 à 7% des enfants âgés de moins de 15 ans.

Quels sont les aliments le plus souvent en cause ?


Tous les aliments sont capables de provoquer une allergie alimentaire chez les individus hypersensibles. Néanmoins, certains aliments sont plus souvent que d’autres à l’origine d’allergie alimentaire.


Les principaux aliments responsables chez l’enfant


N°1 : le blanc d’œuf
N°2 : l’arachide
N°3 : le lait de vache

Puis viennent

  • Les légumineuses : Soja, pois, haricot, lentille, fève
  • Le poisson
  • Les aliments du « groupe noix » : Amande, noisette, noix, noix du Brésil, noix de cajou, noix de pécan, pignon, pistache
  • Les aliments du « groupe latex » : Avocat, banane, châtaigne, kiwi
  • Les céréales
  • Les ombellifères : Aneth, carotte, céleri, coriandre, fenouil, graines d’anis, persil
 

Les principaux aliments responsables chez l’adulte :


N°1 : groupe « rosacées »
N°2 : groupe « latex »
N°3 : groupe « ombellifères »

Puis viennent

  • Les aliments du « groupe noix » : Amande, noisette, noix, noix du Brésil, noix de cajou, noix de pécan, pignon, pistache
  • Les céréales
  • L’arachide
  • L’œuf
  • Les légumineuses : Soja, pois, haricot, lentille, fève
  • Le poisson
  • Le lait

Quels sont les signes ?


L’apparition des signes est en général très rapide, de quelques minutes à 4 heures après l’absorption de l’aliment. Mais, en cas d ‘eczéma et de signes digestifs, les signes sont permanents ou apparaissent dans des délais pouvant aller jusqu’à quelques jours après la consommation de l’aliment.

Les signes suivent le plus souvent la consommation, apparaissent parfois à l’odeur (inhalation de vapeur d’aliment), ou par contact sur la peau avec l’aliment ou des cosmétiques contenant des protéines alimentaires.

Reconnaître les signes d’une allergie alimentaire peut être très délicat, car ils sont divers et toutes les parties du corps peuvent être touchées. Les signes sont souvent associés et les signes cutanés (sur la peau) sont les plus fréquents chez l’enfant.
Schématiquement, on distingue deux grands groupes de signes cliniques : d'une part les réactions essentiellement au niveau de la bouche lors de l'ingestion d'aliments à type de gonflement, de démangeaisons, réactions en général peu sévères. D'autre par des réactions générales pouvant aller jusqu'à mettre en jeu la vie du malade. IL s'agit alors du choc anaphylactique avec le plus souvent manifestations cutanées, respiratoires, digestives et effondrement tensionnel.
 
 
 
 Les réactions croisées
 

Le diagnostic


L’importance de l’allergologue :

Seul un allergologue peut effectuer un diagnostic précis. Ce diagnostic est basé sur l’interrogatoire clinique, complété par des tests cutanés et si nécessaire des examens sanguins.

L’histoire clinique de la maladie (avec reproduction de signes en un lieu précis, à un moment donné, et en faisant une chose spécifique) et les antécédents, permettront à votre médecin d’évoquer l’origine allergique de vos symptômes.


Comment fait-on le diagnostic ?


  • 1ère étape : Un interrogatoire minutieux
Il permet de rechercher :

Les antécédents familiaux d’allergie alimentaire Référence
Les antécédents personnels d’allergie (alimentaire ou non)
Les conditions de survenue Référence

  • 2ème étape : Préciser la symptomatologie

Au bout de combien de temps se sont déclenchés les symptômes ?
Quels symptômes ?

  • 3ème étape : L’enquête alimentaire catégorielle

C’est une vue d’ensemble de tous les aliments ingérés pendant 1 semaine

  • 4ème étape : les tests cutanés d’allergie : Prick-test, Patch test

  • 5ème étape : Le test de provocation orale (TPO) :
Simple sensibilisation ou authentique réaction allergique ? C’est le TPO qui tranche


Les traitements


Le régime d’éviction

Pour l’instant, le seul traitement de l’allergie alimentaire est le régime d’éviction de l’aliment identifié par les tests d’allergie. Il consiste à éliminer de l’alimentation toute forme de l’aliment. C’est un long processus d’éducation car il faut apprendre à reconnaître les allergènes même masqués (dans les préparations industrielles par exemple), à décrypter les étiquettes, à savoir à quoi correspondent certains codes ou appellations et à éviter aussi les médicaments ou cosmétiques qui pourraient en contenir.

Demandez conseil à un spécialiste (diététicien, nutritionniste) car une éviction abusive peut engendrer des carences et déséquilibres.

Pour les enfants ayant une allergie alimentaire, il existe dans les écoles ce qu’on appelle un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) qui permet, en associant les parents, le médecin et l’école d’assurer l’accueil de l’enfant allergique en lui proposant des repas adaptés.

 
Mots-clés :