Accueil du site
> Je gère ma santé > Le tabac > Le tabac est un facteur
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Le tabac est un facteur de risque cardiovasculaire que l’on peut éviter !

Le tabac est un facteur de risque cardiovasculaire que l’on peut éviter !

Le tabac est un facteur de risque cardiovasculaire que l'on peut éviter !
Tabac : du plaisir au risque

Les premières années d’un fumeur sont heureuses : fumer procure du plaisir et rend « aveugle » et « sourd » aux méfaits du tabac. Puis les inconvénients prennent le pas sur le plaisir : souffle altéré, dépendance à la nicotine, peur des maladies, responsabilité face à l’arrivée d’un enfant…
Le tabac est une drogue, doublée d’un poison. Il renferme plus de 4 000 substances, dont des métaux lourds, à l’origine de nombreuses maladies. C’est le seul produit en vente libre qui tue directement.

Coeur : le premier touché !

On connaît bien les nombreux cancers causés par le tabac, on connaît moins les dégâts de la cigarette pour le coeur et les vaisseaux, qui arrivent souvent plus vite et chez les plus jeunes.
>La plupart des victimes d’infarctus de moins de 45 ans sont des fumeurs et le tabac est souvent leur seul facteur de risque.
>Le risque cardiovasculaire existe même si on fume peu ou depuis peu de temps : chaque cigarette fumée est un risque pour les artères !

Comment le tabac met votre cœur en danger

Le tabac est, avec le cholestérol, l’hypertension artérielle et le diabète, un des grands facteurs de risque cardiovasculaire. Ce risque résulte :

>d’une action à court terme : le tabac favorise la survenue de spasmes des artères (rétrécissement brutal), la formation de caillots et l’apparition de troubles du rythme cardiaque. Ces mécanismes expliquent la brutalité des accidents cardiovasculaires : infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, mort subite.
> d’une action à long terme : le tabac abîme progressivement vos artères et de façon d’autant plus rapide et importante que vous présentez d’autres facteurs de risque. Associés à un excès de cholestérol, une hypertension artérielle ou un diabète, les méfaits du tabac pour le coeur vont se multiplier.
> de l’effet du monoxyde de carbone (CO) : issu de la combustion de la cigarette, il pénètre dans le sang prenant ainsi la place de l’oxygène nécessaire au coeur et aux autres organes, et contribue à les « asphyxier ».

Les bénéfices de l’arrêt sont immédiats :

Après…
20 minutes, la pression artérielle et la fréquence cardiaque se normalisent.
24 heures, le monoxyde de carbone (CO) est éliminé du sang, le risque d’infarctus du myocarde diminue.
48 heures, l’odorat, le goût des aliments et la qualité du sommeil s’améliorent.
2 semaines à 3 mois, la toux et la fatigue diminuent, le souffle s’améliore.
1 an, le risque d’accident vasculaire cérébral est équivalent à celui d’un non-fumeur.
5 ans, le risque d’infarctus du myocarde est équivalent à celui d’un non-fumeur.
Fédération Française de Cardiologie

SOURCES

  • www.fedecardio.fr
Mots-clés :
Tabac