Accueil du site
> Je gère ma santé > Le rhumatisme psoriasique > Quels sont les traiteme
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Quels sont les traitements du rhumatisme psoriasique ?

France Psoriasis, 16 articles (Association)

France Psoriasis

Association

Quels sont les traitements du rhumatisme psoriasique ?

Quels sont les traitements du rhumatisme psoriasique ?

Le traitement médical symptomatique
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés en première intention pour réduire les manifestations rhumatologiques (douleurs, gonflements articulaires). Les AINS sont inefficaces sur le psoriasis.
Les antalgiques tels que le paracétamol peuvent être utilisé en supplément des AINS.
Les infiltrations de dérivés cortisoniques dans les articulations périphériques douloureuses et/ou gonflées comme dans le genou par exemple sont parfois très utiles.

Les traitements de fond
Afin de diminuer l’activité du rhumatisme on utilise des traitements dits de fond. Le plus utilisé dans le RP est le méthotrexate car il agit à la fois sur le rhumatisme (sur les manifestations périphériques mais pas sur les manifestations axiales) et à la fois sur le psoriasis. Le méthotrexate est prescrit à raison de 15 à 25 mg par semaine, en une prise par semaine, en comprimés ou en injection sous-cutanée. Il doit être associé à la prise d’acide folique pour limiter les effets indésirables du méthotrexate. Le méthotrexate est un traitement globalement bien toléré mais il nécessite une surveillance biologique régulière du bilan hépatique et de l’hémogramme. Une contraception est requise pendant toute la durée du traitement chez la femme et chez l’homme le méthotrexate doit être arrêté 3 mois au minimum avant toute procréation.
Les autres traitements de fond tels que la sulfasalazine ou le léflunomide sont moins utilisés dans le RP car sont peu ou pas efficace sur le psoriasis.
En cas de RP actif malgré les AINS et le méthotrexate, un traitement par biothérapie est alors prescrit. Ce traitement peut s’administrer en injection sous-cutanée ou en perfusion à l’hôpital. Ce traitement agit sur les manifestations rhumatologiques (périphériques et axiales) et sur le psoriasis. Ces biothérapies anti-TNF sont de plus en plus utilisées en rhumatologie dans les spondylarthropathies et dans la polyarthrite rhumatoïde avec un recul de plus de 10 ans. Ces traitements sont bien tolérés avec une efficacité souvent spectaculaire.

Le traitement paramédical
Des séances de kinésithérapie sont souvent prescrites pour travailler l’amplitude et la souplesse articulaire et l’amplitude respiratoire.
Le port d’orthèses, du poignet par exemple, peut permettre de limiter les douleurs articulaires.

Les méthodes complémentaires
Des thérapies complémentaires, comme l'acupuncture, l'hypnose ou la sophrologie peuvent permettre d'atténuer les sensations douloureuses et de ressentir un mieux-être psychologique.

Les cures thermales
Les cures thermales spécialisées dans le traitement du psoriasis cutané et du rhumatisme psoriasique : leur coût peut être pris en charge par la Sécurité sociale. L'effet conjugué des propriétés de l'eau, des massages décontractants, des cataplasmes, de la kiné et de la gymnastique en piscine est intéressant. Les malades consomment souvent moins de médicaments antidouleur pendant les semaines qui suivent une cure.

Le RP grave nécessitant notamment un traitement par biothérapie relève de l’ALD 27 « spondylarthrite grave ».


La pratique de certains sports peut-elle permettre d'apaiser les douleurs et améliorer la flexibilité des articulations ?
La poursuite d’activités physiques telles que la marche est importante dans le RP et les spondylarthropathies en général pour maintenir les amplitudes et la souplesse des articulations et du rachis.

Y a-t-il un régime alimentaire particulier à adopter ?
Il n’y a pas de régime alimentaire particulier à avoir au cours du RP. Il convient d’avoir une alimentation équilibrée sans carence. Il faut également éviter le surpoids qui peut aggraver les douleurs rachidiennes et des articulations périphériques notamment des membres inférieurs.