Accueil du site
> Je gère ma santé > Le rhumatisme psoriasique > Comment le diagnostic
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Comment le diagnostic de RP est-il porté ?

France Psoriasis, 17 articles (Association)

France Psoriasis

Association

Comment le diagnostic de RP est-il porté ?

Comment le diagnostic de RP est-il porté ?
Le rhumatisme psoriasique (RP) associe un psoriasis et des manifestations rhumatologiques.
 
Les signes cliniques peuvent être de deux types :
 
Le psoriasis  : l’aspect habituel est le psoriasis en plaque fréquemment retrouvé sur les coudes ou les genoux, parfois plus discret dans l’ombilic, le pli interfessier, le conduit auditif externe ou le cuir chevelu. L’atteinte des ongles est très fréquente dans le RP. La plupart du temps, la survenue du psoriasis précède la survenue des manifestations articulaires (75% des cas) ou l’accompagne (15% des cas), plus rarement le psoriasis apparaît après les premières manifestations rhumatologiques (10% des cas) rendant le diagnostic du RP plus compliqué. Un antécédent de psoriasis chez un parent du premier ou du second degré est très important à prendre en considération dans ce cas-là pour le diagnostic.
 
Les manifestations rhumatologiques : elles sont communes à l’ensemble des maladies de la famille des spondylarthropathies. Ces manifestations sont responsables de douleurs « inflammatoires » entraînant des réveils nocturnes, un enraidissement matinal plus ou moins prolongé et sont améliorées par l’activité physique. Elles associent une atteinte des articulations périphériques et une atteinte axiale (vertèbres et articulations sacro-iliaques) à des degrés divers :
 
• les enthésites sont caractéristiques des spondylarthropathies et correspondent à une inflammation de la zone d’insertion des tendons et des ligaments sur l’os.
• des arthrites c’est-à-dire un gonflement douloureux des articulations. Toutes les articulations peuvent être atteintes mais il y a dans le RP une atteinte très fréquente des articulations des orteils et des doigts.
• une atteinte axiale des vertèbres et des sacro-iliaques par arthrite ou enthésite. L’atteinte des vertèbres donne des douleurs lombaires, dorsales ou cervicales inflammatoires avec une raideur importante le matin au réveil améliorée par l’activité physique. L’inflammation des articulations sacro-iliaques est responsable de douleurs fessières unies ou bilatérales. Ces douleurs de fesse irradient parfois derrière les cuisses et font penser à tort à une sciatique.
 
Le diagnostic du RP repose avant tout sur les éléments cliniques décrits ci-dessus. Chaque patient a une présentation particulière du psoriasis, floride ou discret et des manifestations rhumatologiques qui lui sont propres et qui peuvent évoluer dans le temps. Certains patients ont surtout des douleurs rachidiennes, d’autres plutôt des douleurs articulaires.
Les radiographies des vertèbres, des sacro-iliaques ou des articulations douloureuses aident au diagnostic car peuvent montrer des éléments en faveur du diagnostic ou au contraire être normales au début des symptômes. Dans ce cas-là une IRM du rachis et des sacro-iliaques ou une échographie des articulations et des enthèses périphériques peuvent aider à porter le diagnostic de RP.
Il n’y a pas d’élément biologique spécifique du RP. Il existe parfois un syndrome inflammatoire. Le RP comme les autres spondylarthropathies se développent chez des patients ayant un terrain génétique prédisposant, chez 20 à 50% des patients porteurs d’un RP on retrouve un antigène de susceptibilité appelé HLA-B27.