Accueil du site
> Je gère ma santé > Le diabète > Prévention des complicat
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Prévention des complications du diabète

Prévention des complications du diabète

Prévention des complications du diabète

Il existe des solutions pour prévenir les complications du diabète

Il existe des solutions pour prévenir les complications du diabète : des règles de vigilance et d'attention à soi qui permettent d'éviter leur apparition ou de freiner leur développement. Des recommandations spécifiques et des règles générales qui permettent d'agir efficacement contre elles.

Alimentation et complications

Les complications évoluent dans le temps, souvent silencieusement. Mais rien n’est inéluctable en la matière. A l’avancée des complications, on peut opposer l’accumulation des petits gestes qui protègent. C’est donc aussi une attention régulière qui est nécessaire. Car chaque action, chaque mesure, chaque bon réflexe dans la vie de tous les jours, compte. Il n’y a pas de petite victoire sur les complications…

L’itinéraire le plus sûr pour ne pas se diriger vers des ennuis de santé passe par :
· manger selon ses besoins et à heure régulière,
· équilibrer ses menus avec des aliments variés,
· commencer la journée par un vrai petit déjeuner,
· équilibrer ses repas au cours de la journée sans en sauter un.
En chemin, aucun aliment n’est nocif ni interdit. Le danger vient des excès, qu’ils soient excès de trop ou bien excès de pas assez. À chacun de trouver son équilibre alimentaire, en fonction de son mode de vie, de sa dépense physique et de ses goûts.

L'activité physique contre les complications

La pratique d’une activité physique quotidienne permet de maintenir le diabète de type 2 à prudente distance. Elle conduit à améliorer les performances de l’insuline, à faire travailler l’appareil cardiovasculaire, à réduire la tension artérielle et le taux de lipides, etc. Un exercice quotidien, même modique, est déjà une excellente prévention. 30 minutes de marche rapide par jour procurent un bon équilibre entre dépenses énergétiques et apports caloriques. Il suffit de se remuer un minimum et c’est parti pour la forme !
 
Le rôle de l'autosurveillance dans la lutte contre les complications
Dans le cas du diabète, maladie évolutive sensible à de nombreux facteurs (temps, environnement extérieur et intérieur du corps humain, âge et profil du patient, etc.), tout est affaire d'équilibre et de dosage. Pour éviter les hypoglycémies et les hyperglycémies ou toute forme de complications du diabète, le médecin a besoin de votre implication et des données que vous lui fournirez.
L'autosurveillance peut jouer un rôle déterminant dans la prescription et le succès du traitement.

Les facteurs de risque

Un autre moyen de lutter contre les complications du diabète est d'éviter ce que la médecine appelle "les facteurs de risque", c'est à dire un terrain qui favorise l'apparition et le développement d'une pathologie. Dans le cas des complications du diabète, le tabac, l'excès d'alcool et de cholestérol sont clairement montrés du doigt.

·   Tabac
Il faut dire que la consommation de tabac, même faible, expose tout individu à de graves problèmes de santé. Pour les personnes diabétiques, le tabac constitue un facteur de risque important de complications. Rien que sur le plan cardiovasculaire, le tabac favorise la formation de caillots, de thromboses et de spasme. Il fait diminuer le bon cholestérol et agit sur l'équilibre glycémique.
Les statistiques parlent d'eux-mêmes : une personne diabétique fumeur a 2 fois plus de risques de faire un AVC (accident vasculaire cérébral) ou une crise cardiaque qu'une personne diabétique non fumeur ; 3 fois plus de risques d'avoir des complications rénale et d’être atteint d’une artérite aux jambes qu'un diabétique non fumeur. L'arrêt du tabac est donc une arme de plus pour lutter contre les complications.

· Alcool
On sait que l'excès d'alcool est néfaste pour la santé. Chez les personnes diabétiques, le risque est accru car il expose aux complications, aux hyperglycémies et aux hypoglycémies sévères (surtout pendant le sommeil, le patient pouvant ne pas se réveiller). On estime qu'une consommation modérée d'alcool représente deux verres de vin par jour pour l'homme et un verre pour la femme (à ne prendre jamais à jeun mais toujours au moment des repas).
Par ailleurs, les personnes diabétiques doivent prendre en compte la part que représente la consommation d'alcool dans l'apport calorique et glucidique global. Cet apport diffère d'un alcool à l'autre. En cas de complication déclarée (neuropathie, complication cardiovasculaire ou hépatique...) l'arrêt de l'alcool est souvent conseillé.
 
·   Cholestérol
Le cholestérol est une graisse naturelle indispensable à l'organisme. Un tiers est présent dans l'alimentation, les deux autres tiers sont fabriqués par le foie, à partir des graisses que nous consommons. Il existe deux catégories : le bon cholestérol (HDL) et le mauvais (LDL). Là aussi, ce que nous mangeons, les bonnes et les mauvaises graisses ont une influence sur le bon et le mauvais cholestérol, et par voie de conséquence, sur le diabète et les maladies cardiovasculaires.
Fédération Française des diabétiques

SOURCES

  • http://www.contrelediabete.fr/
Mots-clés :
Diabète