Accueil du site
> Je gère ma santé > Le cancer de la prostate > Les stades du cancer
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

5. Les stades du cancer de la prostate :

ANAMACaP, 10 articles (Rédacteur)

ANAMACaP

Rédacteur

5. Les stades du cancer de la prostate :

5. Les stades du cancer de la prostate :
Le (ou les) traitement(s) que l’on peut proposer à un patient pour traiter un cancer de la prostate dépend de la place qu’il occupe dans la classification TNM
 
Tumeurs cliniquement localisées (T1-T2, N0, M0)
 
Le cancer est à priori encore localisé à la glande prostatique car il a été découvert tôt dans son évolution.
Les recommandations thérapeutiques dans ces stades dépendent de l’espérance de vie du patient et des facteurs de co-morbidité (présence de maladies cardiaques, respiratoires, d’hypertension artérielle, de diabète, …) :
Un seuil d’espérance de vie de 10 années est retenu pour proposer un traitement à visée curative
 
Tumeurs localement avancées (T3-T4, N0-1, M0)
 
Absence de standard thérapeutique recommandé dans les cancers de la prostate localement avancés.

Les différentes options sont : Traitement combiné par radiothérapie et hormonothérapie, une surveillance avec traitement différé, une prostatectomie suivie d’hormonothérapie dans des cas sélectionnés et un traitement hormonal isolé.
 
Tumeurs Métastatiques (M1)
 
On met dans ce cas de figure en place un traitement hormonal d’emblée. Le cancer de la prostate est un cancer dit hormono-dépendant : sa croissance se fait en grande partie et au moins au début de son évolution grâce à la présence d’une hormone, la testostérone, qui est synthétisée par les deux testicules. Il faut donc empêcher cette hormone d’agir et c’est là le but du traitement hormonal. On peut soit bloquer la synthèse (= fabrique) de la testostérone, soit l’empêcher d’agir une fois qu’elle arrive au contact des cellules prostatiques.
 
Cancer Hormono-Résistant
 
L’urologue et l’oncologue qui prennent en charge un patient ayant un cancer de la prostate hormono-résistant savent qu’ils ne gagneront pas la bataille et que la survie médiane de ce patient sera de 11 mois. La prise en charge sera donc axée sur la qualité de vie.


ANAMACaP

SOURCES

  • www.anamacap.fr