Accueil du site
> Je gère ma santé > La maladie de Parkinson > Les symptômes
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

2. Les symptômes

France Parkinson, 12 articles (Association)

France Parkinson

Association

2. Les symptômes

2. Les symptômes

Contrairement à une idée reçue, la maladie de Parkinson ne s'identifie pas au tremblement : il existe des affections provoquant un tremblement qui ne sont pas une maladie de Parkinson. Et tous les Parkinsoniens ne tremblent pas.

Trois signes principaux permettent cependant de vous alerter et de vous pousser à consulter : la lenteur, la raideur et le tremblement. Ces symptômes, qui permettent en général le diagnostic, ne se confondent pas avec les signes avant-coureurs de la maladie (en savoir plus).

Vous trouverez ici une description de la lenteur, de la rigidité et du tremblement pouvant vous alerter. Pour un catalogue plus complet de toutes les affections pouvant être liées à la maladie de Parkinson, consultez respectivement les rubriques Troubles moteurs, Troubles végétatifs et Troubles psychiques.

La lenteur ou akinésie :

C'est le signe le plus répandu. Son nom médical est l'akinésie. Il consiste en une difficulté à initier les mouvements. Cette difficulté se repère surtout dans les mouvements complexes : séquences de mouvements différents, mouvements réclamant la coordination de plusieurs membres. Du point de vue de la personne atteinte, ce qui est ressenti peut être de la fatigue, de l'engourdissement, ou la sensation d'être bloqué, jusqu'à l'incapacité d'effectuer le mouvement.

Tous les types de mouvements ne sont pas concernés au même degré. Aussi, on notera en particulier les mouvements réclamant de la précision et les mouvements semi-automatiques, comme la marche ou l'écriture. L'exemple de l'écriture est emblématique dans la maladie de Parkinson : la micrographie est un symptôme souvent constaté et utilisé en complément du diagnostic de la maladie. Il s'agit du fait d'écrire de plus en plus petit si l'écriture n'est pas interrompue. Pour la marche, la perte du ballant d'un bras est aussi un symptôme fréquent.

L'akinésie peut être bien traitée ; en général, elle devient un phénomène fluctuantau cours de la journée du fait des traitements. La rééducation par la kinésithérapie joue un grand rôle dans sa prise en charge.

La rigidité ou hypertonie

Il s'agit d'une tension excessive des muscles, créant des douleurs musculaires ou tendineuses et une sensation de raideur. Elle contribue à la difficulté et à la rareté des mouvements, mais ne doit pas être confondue avec l'akinésie, qui est une difficulté à initier/coordonner les mouvements. Elle s'observe aussi au repos dans la posture : crispée, voutée en avant, la tête baissée.
La rigidité peut concerner l'ensemble des muscles du corps, mais se concentre généralement le long de la colonne vertébrale (d'où la posture voûtée) et aux articulations (nuque, membres). Elle peut aussi concerner les mains et les pieds. Parfois, elle mène à pencher d'un côté, notamment en position assise, mais ce n'est pas le cas le plus général.

Des problèmes de rigidités musculaires et des déformations de la posture surviennent souvent à un âge avancé. Ils sont clairement distincts de la rigidité parkinsonienne, et des tests précis existent pour le déterminer. La personne la plus indiquée pour les pratiquer est le neurologue et non le rhumatologue.

Le tremblement :

Il ne s'agit pas du signe prédominant de la maladie et il s'agit d'un tremblement au repos, c'est-à-dire lorsque la partie du corps concernée ne participe à aucun mouvement. De même, si la personne initie un mouvement, le tremblement cesse.
En cas de tremblement prononcé, le tremblement persiste au mouvement, mais légèrement. Il est le plus souvent restreint à un des côtés du corps, ou du moins prédominant. Le plus souvent il s'agit d'un membre supérieur, plus rarement d'un membre inférieur. Il s'agit d'un tremblement lent et peu ample en général.
Il ne doit pas être confondu avec le tremblement essentiel, qui n'est pas une maladie de Parkinson. Par ailleurs, le hochement de la tête, fréquemment observé avec le vieillissement, n'est pas un tremblement parkinsonien.
Le tremblement est efficacement corrigé par les traitements, mais peut réapparaître en situation d'émotion.

France Parkinson

SOURCES

  • www.franceparkinson.fr
Mots-clés :
Parkinson Tremblements