Accueil du site
> Je gère ma santé > L’insuffisance rénale > Dépister l’insuffisance
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Dépister l’insuffisance rénale

Ligue Rein & Santé, 16 articles (Association)

Ligue Rein & Santé

Association

Dépister l’insuffisance rénale

Dépister l'insuffisance rénale

Si l’insuffisance rénale chronique progresse silencieusement pendant des années, il est cependant possible de la diagnostiquer grâce à des méthodes simples. Les personnes à risques sont les premières qui sont concernées par le dépistage précoce qui se fait principalement par simple prise de sang, mais aussi grâce à des tests urinaires, auxquels il faut associer la mesure de la pression artérielle.

 

Le dosage de la créatinine

Le diagnostic de l’insuffisance rénale chronique se fait grâce au calcul de la clairance de la créatinine effectué à partir du dosage de la créatinine dans le sang. .
 

Qu’est-ce que la créatinine ?

La créatinine est un déchet métabolique normalement éliminé par les reins. La créatinine est issue de la dégradation lors d’un effort physique de la créatine, constituant essentiel des muscles. En l'absence d'insuffisance rénale, son taux dans le sang ne dépend que de la masse musculaire. La créatinine constitue un bon indicateur de la fonction rénale car si elle s’accumule dans le sang, cela signifie que la filtration du sang par les reins n'est plus réalisée correctement.
 
Les valeurs « normales » pour un adulte :
- Homme : 65 à 120 µmol/l soit 7 à 13 mg/l
- Femme : 50 à 100 µmol/l soit 6 à 11 mg/l.
 
 

Qu’est ce que la clairance de créatinine et le Débit de Filtration Glomérulaire (DFG) ?

La clairance de créatinine est le volume de sang que le rein peut complètement débarrasser de cette substance par unité de temps (la minute). C'est l'indicateur qui permet d’évaluer le degré d’insuffisance rénale.
 
On estime la vitesse de filtration des reins en comparant la concentration de créatinine dans le sang, et sa concentration dans les urines. La formule de Cockcroft et Gault qui prend en compte le dosage de la créatinine sanguine, le poids, l'âge et le sexe permet d'estimer la clairance de créatinine sans recueil d'urines.
 
Comme la créatinine filtrée par les glomérules (ce sont les unités de filtration des néphrons) est totalement éliminée dans l'urine, la clairance de la créatinine est un bon indicateur du débit de filtration glomérulaire (DFG). Il peut être évalué grâce à la formule de l'étude MDRD simplifiée (Modification of Diet in Renal Disease), à partir du dosage de la créatinine sanguine, de l'âge, du sexe et de l'origine caucasienne ou africaine. La clairance de la créatinine et DFG sont assimilables en pratique courante.
Le DFG normal est compris entre 90 et 120 ml/mn/1,73m2 (car le résultat est rapporté à la surface corporelle). En dessous, il existe une insuffisance rénale, chronique si la diminution est observée plus de trois mois.
 
 

Les autres tests de dépistage

Les analyses d’urine ou tests par bandelette urinaire

Ces examens permettent de détecter d'éventuelles traces d’albumine ou des traces de sang dans les urines. L’albumine est une protéine qui entre dans la composition du sang et dont la présence doit être quasiment nulle dans les urines car le filtre glomérulaire ne la laisse pas passer.
L'albuminurie constitue un marqueur des risques cardio-vasculaires, car la présence d’albumine dans les urines démontre des lésions au niveau des vaisseaux (glomérules) des reins. Le contrôle de l’albuminurie est donc à la fois un bon indicateur de la santé cardio-vasculaire et de la santé des reins. Son contrôle régulier est nécessaire en présence de facteur de risque comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’hypercholestérolémie, ou le tabagisme, etc. Pour le diabète, le dosage de la microalbuminurie permet de dépister très précocement son retentissement rénal.
 

La pression artérielle

La mesure de la pression artérielle permet de repérer une éventuelle hypertension. Une tension trop importante provoque une hyperpression dans les artères et capillaires du rein, responsable d'une accélération du vieillissement physiologique. L'hypertension artérielle entraîne également une sclérose précoce des vaisseaux sanguins du rein, et donc à terme l’insuffisance rénale. La rétention de sel qui en résulte augmente à son tour l’hypertension.
 
 

Les examens complémentaires

En cas de détection d’une insuffisance rénale, des examens complémentaires pourront être ensuite prescrits au cas par cas pour identifier d’autres déséquilibres  : numération de la formule sanguine, électrolytes (sodium, potassium, chlore, calcium, phosphore), bicarbonates, protides, glycémie.
 
De façon plus espacée, en fonction du degré de la maladie et de son origine, l’acide urique, le cholestérol et les triglycérides, la protéine C réactive, la sidérémie, la ferritine, la parathormone et la vitamine D, etc.
 
 

Avis de l’expert : Comment peut-on bénéficier d’un dépistage précoce ?

 
Professeur Francis DIDELOT, Néphrologue : « Le dépistage peut s'envisager dans différentes circonstances et de différentes manières.
Un dépistage systématique a lieu lors de visites du travail : il est basé sur la mesure de la pression artérielle et la recherche par immersion de bandelette dans les urines, d'anomalies urinaires, en particulier de protéines, de globules rouges et blancs, de sucre.
Un dépistage est proposé gratuitement au cours de campagnes régionales ou nationales comme la Semaine Nationale du Rein ou la Journée Mondiale du Rein, organisées à l'initiative de réseaux de santé en néphrologie, d'associations de malades ou d'organismes publics ou privés. Un questionnaire orienté est souvent associé au test par bandelette urinaire avec ou sans mesure de la pression artérielle.
Un dépistage peut être effectué par le médecin généraliste référent ou un spécialiste cardiologue ou diabétologue, en raison d'un facteur de risque de maladie rénale qui doit faire mesurer la pression artérielle, doser la créatinine plasmatique et rechercher la présence de protéines et de sang dans les urines.
Enfin, la prise en charge par l’assurance maladie d’un dépistage chez le pharmacien en liaison avec le médecin référent, pourrait être une voie d'avenir à explorer. »
________________________________________
 
NB : Pour rappel les facteurs de risque de maladie rénale :
Diabète
Hypertension
Obésité > 30 kg/m²
Maladie cardiovasculaire
Personnes âgées > 60 ans
Antécédents familiaux d’insuffisance rénale chronique
Uropathies obstructives
Maladies de système
Médicaments néphrotoxiques
Bas poids de naissance (<2,5 kg)
Épisodes d’insuffisance rénale aiguë