Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

Alzheimer : luttez contre les troubles cognitifs

Suivant >>

La maladie d’Alzheimer est tristement connue du fait des troubles cognitifs qu’elle implique. Mais sait-on vraiment quels sont ces troubles cognitifs ? En tant qu’ergothérapeute, je m’aperçois que la plupart des personnes ayant la maladie d’Alzheimer chez qui j’interviens connaissent bien les troubles de la mémoire, mais beaucoup moins les autres troubles.

Je vous propose donc de voir quelles sont les fonctions cognitives qui peuvent être atteintes dans la maladie d’Alzheimer car les connaître permet de mieux les dépister et donc de mieux les traiter.

Alzheimer et les troubles de la mémoire

Il s’agit du trouble cognitif le plus connu. Le trouble de la mémoire peut aller du simple oubli de rendez-vous, à l’oubli des prénoms des enfants et même à l’incapacité de reconnaître son épouse. Ce trouble est facilement repéré par la personne atteinte, par ses proches et par son médecin.

Les troubles praxiques : mais qu’est-ce que c’est une praxie ?!

Il s’agit de la capacité de coordonner ses mouvements afin d’effectuer un geste. Avec un trouble praxique, la personne peut avoir des difficultés à porter la fourchette à sa bouche alors qu’elle n’a pas de problème moteur. Son cerveau ne sait plus bien comment faire ce geste. Les troubles praxiques concernent tous les gestes volontaires : il n’est plus possible de danser, de dessiner, de s’habiller et parfois même de marcher !

Attention aux troubles de l’attention

Les personnes qui ont la maladie d’Alzheimer peuvent également avoir des troubles de l’attention et donc avoir du mal à se concentrer. Et si cela peut être bénin lorsqu’il s’agit de ne pas porter les chaussettes d’une même paire, cela peut être plus dangereux lorsqu’on ne parvient pas à se concentrer sur sa cuisine et son appel téléphonique et que l’on finit par oublier d’éteindre le four pendant que l’on discute ! Les troubles de l’attention se manifestent dans toutes les activités de la vie de tous les jours : il faut se concentrer pour cuisiner, pour se raser sans se blesser, pour vérifier qu’il n’y a pas de voiture qui approche avant de traverser la route ou tout simplement pour ne pas claquer la porte sans avoir emporté ses clefs … Et surtout, il faut être concentré pour avoir une bonne mémoire !

Parlons un peu des troubles du langage

Votre proche qui a Alzheimer ne trouve plus toujours ses mots ? Il dit un mot au lieu d’un autre ? Ce sont les signes d’un trouble du langage qui sont malheureusement souvent pris pour des symptômes bénins liés à une éventuelle fatigue. Il faut y faire attention car la personne peut avoir de moins en moins de mots pour s’exprimer et donc finir par entrer dans un mutisme, désespérée de ne plus savoir comment se faire comprendre. D’où l’intérêt de repérer tôt les troubles du langage et les mettre en lien ou non avec une maladie d’Alzheimer.

Et enfin, les troubles de l’orientation temporo-spatiale

L’orientation temporelle est la capacité de savoir à quel moment de la journée on se situe. Et donc de savoir s’il est l’heure de dormir, de manger, d’écouter la musique. Les personnes qui ont la maladie d’Alzheimer peuvent avoir un rythme de vie complètement chamboulé et chambouler celle de leur voisinage et de leurs proches par des agitations la nuit ou par des refus de manger à midi.
L’orientation spatiale est la capacité à savoir où l’on se trouve. Sans elle, il est impossible de se repérer sur une carte, et même sur un chemin connu. La personne peut être perdue chez elle, ne plus savoir comment aller aux toilettes. Et donc aller uriner dans la baignoire !

Connaitre les troubles c’est bien, mais comment les soigner ?

Dans le cas d’une maladie d’Alzheimer, il n’est pas possible de supprimer les troubles et de revenir à l’état d’avant la maladie. Mais il est tout à fait possible de limiter l’évolution de la maladie ! Et pour stabiliser les troubles, il existe une méthode efficace et naturelle : la stimulation cognitive ! En effet, il est prouvé que faire travailler son cerveau permet aux personnes de lutter contre la maladie d’Alzheimer en stabilisant leurs fonctions cognitives pour leur permettre d’être autonome à domicile aussi longtemps que possible. Si vous ou l’un de vos proche est concerné, et que vous souhaitez mettre des bâtons dans les roues de cette maladie, je vous invite à découvrir sans plus tarder cette méthode efficace contre les troubles cognitifs.

 

 

Article invité proposé par Amélie WALLYN ergothérapeute et auteur du blog autonome-a-domicile.com

 

A voir également :

Thématiques
A ne pas manquer