Accueil du site
> Forme & Beauté > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un cosmétique Bio et efficace : c’est possible ?
Un cosmétique Bio et efficace : c'est possible ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
4 novembre 2011
Auteur de l'article
So, 24 articles (Marketeuse dans l'industrie cosmétique)

So

Marketeuse dans l'industrie cosmétique
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un cosmétique Bio et efficace : c’est possible ?

Un cosmétique Bio et efficace : c'est possible ?

C’est une question qui revient souvent : est-ce que les produits de soin certifiés Bio peuvent être aussi efficaces que les produits conventionnels ?

En général, on nous répond que non, "parce qu’en Bio, on n’a pas accès à un certain nombre d’actifs synthétiques ultra-pointus".

Et moi, ben je vous dis le contraire. Enfin pas tout à fait. Je vous dis que comme dans la cosmétique classique, il y a de tout. De l’efficace, du moyennement efficace et du non efficace.

Pour schématiser, il y a 2 courants dans la cosmétique Bio (j’ai bien dit "schématiser", je ne vais pas écrire une thèse ultra-exhaustive sur le sujet ;)).

 

1. La cosmétique Bio "traditionnelle"


Les marques  : souvent crées dans les années 70-90 (et souvent d'origine germanique, d'ailleurs - mais pas que), elles ont pour philosophie d'entretenir la peau et les cheveux, de les protéger, de les sublimer un petit peu, mais c'est à peu près tout, on se limite à l'essentiel. Pas de promesses chiffrée sur telle ou telle efficacité ("-23% de rides", "+152% de régénération de l'ADN"...). On est dans une vraie démarche Bio, dans le less is more.

Leur cible  : les Bio-Addicts, qui consomment globalement Bio voire décroissant, qui ont une véritable éco-conscience dans tous les aspects de leur consommation (alimentation, chauffage, habillement...). Qui prônent le développement durable.
Des femmes et des hommes qui sont plutôt bien dans leur peau même si celle-ci est imparfaite, qui s'acceptent à peu près telles qu'ils sont, qui acceptent le temps qui passe, leurs rides, leurs petits boutons qui "font partie de la vie". Des personnes qui sont plus dans une optique de se soigner un peu comme le faisaient nos grand-mère, avec une envie d'être telles qu'elles sont mais de manière optimale.

Les formules : en général, on trouve dans ces formules Bio "traditionnelles" des huiles et beurre végétaux, des huiles essentielles, des extraits de plantes classiques (camomille, marron d'Inde...), et c'est à peu près tout. Les caractéristiques sensorielles de ces produits sont assez "brutes", si vous voyez ce que je veux dire : des parfums de type aromathérapie, des textures pas forcément ultra-glamour, des packs minimalistes voire "à l'ancienne"... Même si aujourd'hui, avec les énormes progrès qui ont été fait dans les matières premières naturelles et la pression de la concurrence de marques Bio émergentes plus sexy, les textures, parfums et packagings des produits de ces marques se "cosmétisent" de plus en plus.

L'efficacité : de "minimum syndical" à assez bonne. Ce qui ne veut pas dire que ça ne marche pas. Disons plutôt que ce n'est pas dans la philosophie de ces marques d'être dans la surenchère de promesses, elles sont plus dans l'acceptation des lois de la Nature et l'entretien / la sublimation discrète de la peau et des cheveux. Ça marche très bien sur des problématiques "simples" (hydratation, apaisement...) et moins sur des problématiques complexes (cellulite, rides...).
 

 

2. La cosmétique Bio "technique"


Les marques  : ce sont en général des marques émergentes, apparues plutôt dans les années 2000 (ou plus anciennes et reprises par des grands groupes dans les années 2000), qui souhaitent associer la naturalité du Bio à l'efficacité de la cosmétique conventionnelle.

Leur cible : des personnes qui habituellement achètent leurs produits de beauté dans les circuits classiques, mais qui commencent à être sensibilisées à l'écologie, au Bio. Des bobos, par exemple. Elles veulent bien passer au Bio mais à condition de retrouver l'efficacité, la sensorialité et le glamour qu'elles apprécient dans le conventionnel. Si elles ne sont pas satisfaites, elles retournent à leurs anciens produits.

Les formules  : au niveau sensorialité (aspect, texture, parfum), on s'approche à grands pas de la cosmétique conventionnelle. Mais on ne peut pas encore offrir de textures aussi subtiles ni de parfums aussi variés.

L'efficacité : alors là, si on utilise les bons actifs aux bonnes doses, on est au moins aussi efficace que la cosmétique conventionnelle. Pour 3 raisons.
 
1. D'une part, il n'y a pas dans ces formules d'ingrédients synthétiques cache-misère, biologiquement neutres, que la peau ne reconnait pas et qui vont traiter les symptômes mais pas les causes : par ex, pas d'huile minérale, qui est très efficace pour faire un "imperméable" qui empêche les peaux sèches de se déshydrater mais qui ne traite pas le problème biologique de la sécheresse (cf. cold creams, crème Nivéa, Labello...) - à la place, on utilise des beurres et des huiles végétales qui contiennent des acides gras, des vitamines et autres éléments biomimétiques dont la peau se sert vraiment pour se réparer biologiquement. Ce point est valable pour le Bio "traditionnel", d'ailleurs.
2. D'autre part (et surtout), parce qu'aujourd'hui, les actifs d'origine végétale ou biotechnologique (donc certifiables Cosmétique Bio) sont vraiment efficaces. Pas moins que les actifs synthétiques / chimiques. La preuve : même les marques conventionnelles les utilisent, voire les privilégient, dans leurs formules de pointe. Il y a également des vecteurs d'origine naturelle qui permettent aux actifs d'aller en profondeur de la peau pour atteindre leur cible. Rien à envier au synthétique sur ce point là.
3. Et puis, en général, les marques émergentes ont tellement du mal à recruter de nouveaux clients (notamment car elles n'ont pas encore d'image de marque forte ni les budgets publicitaires des gros groupes), qu'elles ont tout intérêt à les fidéliser, donc à les satisfaire, donc à mettre le % optimum d'actifs pour qu'il y ait une réelle efficacité et que les clients rachètent.
 

Donc, 3 fois oui, les produits Bio peuvent être aussi voire plus efficaces que les plus efficaces des produits de la cosmétiques traditionnelle !


Tiens, et pendant qu'on y est... quid du maquillage Bio ?

Pour le maquillage, c'est un peu différent : on est encore loin en Bio d'avoir les textures, couleurs et tenues "dernière génération" que l'on peut trouver en cosmétique conventionnelle... tout simplement parce que celles-ci s'obtiennent principalement (à ce jour) à l'aide de matières premières synthétiques (pigments synthétiques, silicones et compagnie). Mais de gros progrès ont été fait récemment. Ça avance, ça avance...


Et le parfum Bio ?

Je ne me souviens plus exactement de la quantité de matières premières odorantes autorisées en Bio, mais ça doit tourner autour de 300-400 ingrédients... contre 10 fois plus pour le parfum conventionnel !!
Donc forcément, la palette étant limitée, on ne peut se permettre en Bio d'avoir autant de diversité qu'en conventionnel. Cela dit, des parfums Bio très travaillés, très subtils, existent déjà. C'est très récent, mais on y est ! Mais pas sur tous les types de fragrances...

 
[N'OUBLIEZ PAS DE DEVENIR FAN DE (DE)MAQUILLAGES SUR FACEBOOK ICI]

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté