Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Trois carences d’importance majeure à mieux considérer
Trois carences d'importance majeure à mieux considérer
note des lecteurs
date et réactions
16 octobre 2015
Auteur de l'article
Pleine santé naturelle, 21 articles (Rédacteur)

Pleine santé naturelle

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
21
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Trois carences d’importance majeure à mieux considérer

Trois carences d'importance majeure à mieux considérer

Depuis quelques années maintenant, on peut lire ou entendre parler du caractère crucial des carences en vitamine C et D ainsi qu’en magnésium. Il est facile de trouver de nombreuses ressources à ce sujet et on peut constater en effet que ces trois nutriments admettent une importance majeure pour l’organisme et la pleine santé. De plus, ces carences sont extrêmement répandues et toucheraient la grande majorité de la population.

Cependant, existe-t-il d’autres carences là aussi d’importance majeure parfois insoupçonnées ou plus simplement insuffisamment considérées ? Si oui, les personnes carencées sont-elles des cas isolés ou bien représente-t-elle une part bien plus conséquente de la population ?

 

La carence en zinc

Il est somme toute assez rare qu’en Occident des personnes développent une carence sévère en zinc. Ceci dit, compte tenu de l’agriculture intensive et de la surexploitation des sols, le zinc vient à manquer dans notre alimentation. Or, cette carence est plus fréquente chez les chez les personnes adoptant pourtant un régime alimentaire sain, comme les végétariens par exemple.

Bénéfices apportés par le zinc

Le zinc est un oligo-élément essentiel à l’organisme et intervient dans les fonctions suivantes :

-Participe au bon fonctionnement du système immunitaire.
-Contribue à la bonne santé du squelette et des dents.
-Contribue à la bonne santé de la peau, des cheveux et des ongles.
-Joue un rôle majeur dans la cicatrisation des plaies.
-Essentiel à la croissance et au développement normal au cours de la grossesse, de l’enfance et de l’adolescence.
-Intervient dans la synthèse de l’ADN et la division cellulaire.
-Participe à de nombreuses fonctions métaboliques.
-Participe à la synthèse et à la régulation hormonales (testostérone en particulier).

Symptômes d’une carence en zinc

-Affaiblissement du système immunitaire.
-Complications au cours de la grossesse.
-Dégénérescence maculaire liée à l’âge.
-Diabète.
-Troubles ORL plus fréquents.

Sources alimentaires de zinc

Les autorités de santé européennes suggèrent un apport, pour les adultes, de 9,5 mg de zinc par jour pour les hommes et de 7 mg pour les femmes. Ces recommandations sont insuffisantes il conviendrait plutôt de les doubler afin qu’elles reflètent mieux les réels besoins de l’organisme.

On trouve du zinc dans :

-Les huîtres qui sont la meilleure source.
-La viande rouge.
-La volaille.
-Les crustacés et les mollusques.
-Les légumineuses.
-Les céréales complètes.
-Les légumes verts.
-Légumes de la famille des courges.

À noter que l’absorption du zinc est facilitée par les protéines.

 

La carence en sélénium

Alors qu’on devrait le trouver dans bon nombre d’aliments, le niveau de sélénium dans les sources alimentaires communes à régressé ces dernières décennies. Les causes de cette baisse de concentration sont à chercher du côté, là encore, de l’agriculture intensive et de la surexploitation des sols. Les œufs de nos grands-mères contenaient du sélénium en quantité conséquente. Les conditions d’élevage des poules étaient encore respectueuses à cette époque et permettaient d’obtenir au final des produits alimentaires de qualité.

Bénéfices apportés par le sélénium

Le sélénium est un minéral dit trace essentiel, absolument indispensable à la vitalité et à la pleine santé et intervient dans les fonctions suivantes de l’organisme :

-Puissant antioxydant agissant de concert avec la vitamine E.
-Essentiel à la bonne production des hormones thyroïdiennes.
-Cofacteur de l’enzyme gluthation peroxydase qui participe au métabolisme des acides gras polyinsaturés.
-Participe à la bonne santé du système immunitaire.
-Agit comme détoxifiant majeur et soutient le foie dans ce rôle.
-Intervient dans la synthèse des hormones (testostérone en particulier).
-Essentiel à une bonne fertilité.
-Fort utile en prévention des troubles dégénératifs (Alzheimer, Parkinson).

Symptômes d’une carence en sélénium

-Troubles de la fertilité voire stérilité.
-Fonte musculaire et perte de poids soudaine dû à la baisse de production des hormones anabolisantes dont la testostérone.
-Insuffisance thyroïdienne (hypothyroïdie).
-Sensibilité accrue aux virus et aux infections.
-Augmentation du taux de cholestérol.

Sources alimentaires de sélénium

Les autorités européennes de santé recommandent un apport d’environ 50 µg par jour pour un adulte. Cependant, compte tenu de la présence dans notre environnement de nombreuses substances toxiques, il convient de favoriser le sélénium pour son rôle détoxifiant et antioxydant mais aussi pour sa propension à réguler la production du cholestérol sanguin. Vous pouvez envisager un apport accru de 50 % soit 70 à 80 µg. Attention toutefois à l’excès de sélénium qui se révèle toxique à dose exagérée (> 500 µg).

On trouve du sélénium dans :

-En premier lieu dans les noix du Brésil qui en contiennent une très grande quantité.
-Les graines de chia.
-Les graines de tournesols.
-Les graines de sésame.
-Les œufs de poule bio élevées en plein air.
-Les noix de cajou.
-Les graines de lin.
-Les graines de courge.

 

La carence en iode

On considère qu’il y aurait plus de 700 millions de personnes carencées en iode dans le monde. Certaines sources avancent que la carence en iode concernerait 95 % de la population nord-américaine. En France, les troubles de la glande thyroïde sont somme toute très répandus. La faute à une alimentation dont la teneur en iode est insuffisante et là encore, dûe à l’agriculture intensive et à la surexploitation des sols en ce qui concerne les végétaux mais également à cause de situations, de périodes de la vie ou d’hygiène de vie entraînant une carence : grossesse, sport intensif, tabagisme.
À noter que, là encore, les personnes ayant pourtant adopté une alimentation saine, comme les végétariens, sont plus touchés par une carence en iode. À noter également que la supplémentation obligatoire en iode du sel de table n’a pas permis d’éviter les carences dans la mesure où l’iode qu’il contient est sous forme inorganique et donc difficilement assimilable et exploitable par l’organisme.

Bénéfices apportés par l’iode

L’iode est un oligo-élément vital pour le bon fonctionnement de l’organisme et intervient dans les fonctions suivantes :

-Joue un rôle majeur dans la production des hormones thyroïdiennes.
-Participe au bon fonctionnement du système nerveux et au maintien de la fonction intellectuelle.
-Essentiel à la pleine santé de la peau et à la pousse des cheveux et des ongles.
-Intervient dans le métabolisme des lipides, des glucides et des protéines.
-Joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement et la bonne santé du cœur.
-Participe au maintien d’une bonne fertilité.

Symptômes d’une carence en iode

-Fatigue chronique voire épuisement.
-Prise de poids soudaine.
-Baisse de la fertilité et troubles menstruels.
-Crampes et douleurs diverses.
-Troubles de la mémoire, de l’attention et de l’humeur.
-Augmentation du taux de cholestérol sanguin.

Sources alimentaires d’iode

Les autorités de santé européennes recommandent un apport de 150 µg d’iode par jour. Compte tenu de la carence généralisée, il convient de réévaluer cet apport à la hausse durant plusieurs semaines au cours desquelles on envisage de combler cette carence. Comptez dans ces cas-là 200 à 250 µg par jour. Il n’y a pas véritablement de risque de toxicité à l’iode, on remarque d’ailleurs que les Japonais, grands consommateurs de produits de la mer, consomment plusieurs milligrammes par jour (soit plusieurs dizaines de fois l’apport journalier recommandé) sans entraîner de troubles majeurs.

On trouve de l’iode dans :

-L’algue Kelp qui en est extrêmement riche.
-L’algue Dulse qui en contient aussi une très forte proportion mais moindre.
– L’algue Wakamé dont les niveaux sont sensiblement égaux à l’algue Dulse.
-La morue cuite.
-Le fromage dit cottage.
-Le pain de blé complet bio.
-Les haricots secs cuits.
-Œuf bio cuit.

 

La carence en bore

Aviez-vous déjà entendu parler du bore en tant que minéral trace ? Si vous faites une recherche au sujet du bore et de la santé, vous tomberez facilement sur des ressources ayant trait aux végétaux. Cependant, la carence en bore chez l’être humain est bien réelle de nos jours, toujours à cause de l’agriculture intensive et de la surexploitation des sols. Compte tenu du rôle du bore dans le maintien d’une densité osseuse élevée, on considère que sa carence intervient dans des troubles assez répandus de nos jours que sont l’ostéoporose et l’arthrite.

Bénéfices apportés par le bore

Le bore est un minéral trace essentiel à la pleine santé et au bon fonctionnement de l’organisme. Ses bienfaits sont :

-Prévention de l’arthrite et de l’ostéoporose de par la capacité du bore a augmenter l’absorption du calcium au sein du cartilage et des os.
-Réduction des symptômes sévères de la polyarthrite rhumatoïde en réduisant les conditions allergiques et inflammatoires typiques de cette maladie.
-Participe à la synthèse des hormones anabolisantes et à la synthèse de la testostérone en particulier.
-Essentiel au bon développement et la bonne santé du squelette et des dents.
-Réduit les symptômes et les inconforts de la ménopause.
-Essentiel à la reproduction et au bon développement du fœtus.
-Améliore la production d’oestrogènes chez la femme ménopausée.
-Prévient la survenue d’accidents cardiaques.
-Prévient la formation de caillots sanguins.
-Améliore les fonctions cérébrales et cognitives.
-Inhibe des enzymes délétères pour l’organisme.
-Aide à combattre les infections fongiques (Candida Albicans en particulier).

Symptômes d’une carence en bore

Tous les symptômes d’une carence en borne ne sont actuellement pas encore bien compris mais on sait que celle-ci entraîne un métabolisme anormal du calcium et du magnésium. Les autres symptômes sont :

-Hyperthyroïdie.
-Déséquilibre des hormones sexuelles.
-Ostéoporose.
-Arthrite.
-Troubles et dérèglements neuronaux.

Sources alimentaires de bore

il n’existe pas de réelles recommandations de l’apport en bore. Il est seulement question d’un apport thérapeutique allant de 3 mg à 20 mg et d’une dose maximum tolérable de 20 mg. On trouve du bore dans :

 

-Les pommes.
-Les oranges.
-Le raisin noir.
-Les pêches.
-Les kiwis.
-Les raisins secs Sultanas.
-Les avocats.
-Les diverses noix.
-Les tomates.
-L’olive.
-Les oignons.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté