Accueil du site
> Forme & Beauté
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Techniques d’injection de graisse autologue : Lipofilling en Questions
Techniques d'injection de graisse autologue : Lipofilling en Questions
note des lecteurs
date et réactions
13 août 2015
Auteur de l'article
Docteur Walid Balti, 1 article (Rédacteur)

Docteur Walid Balti

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Techniques d’injection de graisse autologue : Lipofilling en Questions

Techniques d'injection de graisse autologue : Lipofilling en Questions

Les techniques d’injection de graisse autologue (celle du patient) rencontrent un franc succès, tant auprès des chirurgiens plasticiens qui les pratiquent qu’auprès des patients qui en bénéficient.


Récemment introduit en chirurgie esthétique, le lipofilling, terme les désignant, a connu une avancée remarquable en la matière. Le tour du sujet en quelques questions.

Quand cette technique a-t-elle vu le jour ?

La technique moderne du lipofilling a été affinée par le Dr Sydney Coleman à New York en 1991. Elle a été tout d’abord utilisée et développée dans le domaine de la reconstruction mammaire, puis son usage s’est étendu, au fil des années, à d’autres interventions de chirurgie plastique comme le rajeunissement du visage.

Quelles différences entre le lipofilling et la méthode classique de rajeunissement ?

Permettant de corriger l’affaissement du cou, de l’ovale du visage ou de la tempe, la graisse autologue restaure, en outre, naturellement les volumes perdus avec l’âge dans la région des pommettes, des cernes, du contour des yeux, sur l’ovale, les lèvres et l’ensemble du visage. Un lipofilling peut être pratiqué seul ou en complément d’un lifting léger ou d’une chirurgie des paupières.

En quoi le lipofilling diffère-t-il des techniques classiques de comblement ?

La graisse autologue injectée est, en quelque sorte, une greffe et ses cellules adipeuses, une fois vascularisées par le système lymphatique avoisinant, sont vivantes avec un caractère stable et définitif.

Parmi elles se trouvent des cellules souches et des hormones de croissance qui favorisent une meilleure qualité de peau, plus lumineuse, plus élastique, et le renouvellement du collagène. En d’autres termes, le lipofilling équivaut à l’injection d’un cocktail biologique revitalisant.

Par contre, les produits de comblement comme l’acide hyaluronique, bien que présentant l’avantage d’être administrés en cabinet sans prélèvement et sans anesthésie, ont un impact biologique moindre et une durée de vie limitée et se situant autour 12 à 18 mois, impliquant des injections régulières d’entretien.

Qu’en est-il du lipofilling dans la chirurgie mammaire ?

Fiable et reproductible, l’injection de graisse autologue dans les seins présente toutefois la particularité de résorption de 20 à 40 % du volume injecté et dont il faut tenir compte durant l’intervention par rapport au volume final souhaité.

De plus, la patiente doit présenter des excès graisseux suffisants pour permettre le prélèvement de la quantité d’adipocytes nécessaire à la réinjection. Il faut savoir que, pour un sein, un prélèvement de 600 centimètres cubes de graisse est nécessaire, sachant qu’après épuration il ne reste que 300 à 400 centimètres cubes de graisse pure ré-injectable.

Raison pour laquelle il n’est possible, avec cette technique, de gagner qu’un demi-bonnet à un bonnet sur un sein petit ou moyen (bonnet A ou B).

Peut-il remplacer les prothèses mammaires ?

Lorsque la patiente dispose suffisamment de zones donneuses, le lipofilling des seins peut représenter une alternative à la pose de prothèses pour une augmentation mammaire naturelle et de volume moyen ou pour restaurer un volume perdu après les grossesses. Le résultat peut être jugé entre 3 à 6 mois après l’intervention et est d’une excellente stabilité, donc définitif.

Quel profil de patiente pour une augmentation mammaire par lipofilling ?

Le lipofilling des seins est indiqué pour celles qui souhaitent une augmentation légère sans prothèses, celles qui présentent une ptôse conséquente à une perte de volume après grossesses, celles qui ont des seins asymétriques.

Il peut également être pratiqué pour une reconstruction après ablation partielle ou totale du sein, pour améliorer le résultat d’une augmentation mammaire par prothèse au niveau des contours et sur le décolleté.

Existe-t-il d’autres indications pour le lipofilling ?

Avec le lipofilling, il est possible de remodeler et augmenter les fesses, d’harmoniser la silhouette et de combler les zones creuses ou relâchées, d’augmenter la taille des mollets… 

 

 

 

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Mots-clés :
Chirurgie esthétique