Accueil du site
> Forme & Beauté > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Ski, attention aux genoux !
Ski, attention aux genoux !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 février 2014 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Ski, attention aux genoux !

Ski, attention aux genoux !

Nombreux sont ceux qui s’éclatent sur les pistes. Entorses, déchirures musculaires, ruptures du ligament croisé antérieur… À qui la faute  ? À la sédentarité  ? Aux fixations  ? Explications

Pour le docteur Jean-Baptiste Delay, président des Médecins de montagne, passer d’une vie sédentaire et citadine à une semaine de ski intensif peut laisser des traces. « Le ski est un sport. Les sports d’hiver, ce sont huit heures d’exercice physique par jour. Il faut arriver préparé  ! » D’après les données recueillies par l’association, sur 7 millions de passionnés, 140 000 se blessent, dont plus de la moitié au genou. Sur un tiers des accidents, l’entorse du genou reste la pathologie la plus fréquente, et sa forme la plus douloureuse et grave la rupture du ligament croisé antérieur (LCA). Les femmes de plus de 15 ans y sont trois fois et demie plus exposées que les hommes. Le genou féminin est valgum, on dit aussi en X, et les hormones sexuelles rendent les ligaments plus laxes.
 

Chutes et torsions

Les torsions, rotations, flexions et autres balancements qu’impose le ski ne sont pas des mouvements habituels. Ce n’est certainement pas au volant d’une voiture, dans les transports en commun ou assis derrière un bureau… que nous travaillons ces muscles, ces tendons et ces articulations sollicités par cette pratique sportive. Il suffit alors d’une chute pour que le genou subisse une torsion anormale, endommageant cette charnière. « En tombant, le ski part en rotation interne. Pour tenter de nous relever, nous contractons le quadriceps. Le fémur est alors tiré vers l’arrière. La chaussure, quant à elle, essaie de maintenir le tibia vers l’avant. Résultat, toute cette tension se retrouve sur le LCA… »
 

Trop c’est trop  ! 

Si la fonction première du genou est la flexion et l’extension, il a aussi la faculté d’effectuer de petits mouvements latéraux de rotation vers l’intérieur ou l’extérieur, ou encore vers l’avant et l’arrière. Ce « jeu » permet au corps de s’adapter aux différentes distorsions. Au-delà de cinq degrés, d’un côté comme de l’autre, ou dans une torsion supérieure à une dizaine de degrés, les ligaments se rompent. Sachant qu’il suffit d’une bosse, d’une plaque de verglas ou encore d’un virage mal négocié pour la perte d’équilibre… mieux vaut préserver le genou  ! D’autant plus qu’il est l’une des articulations la plus sollicitée et la plus exposée. Lorsque l’on marche, c’est près de quatre fois et demie le poids du corps qui écrase le cartilage du genou et de la hanche. Et sept quand on court.
 

Renforcez vos genoux 

Contrairement à ce que l’on peut penser, le quadriceps n’est pas le seul muscle qui verrouille le genou. C’est un savant mélange entre celui du devant (extenseur) et de l’arrière de la cuisse, l’isiochio-jambier (fléchisseur). En tonifiant ces muscles situés sur les parties antérieure et postérieure des cuisses, non seulement cela permettra que les genoux résistent mieux aux torsions et aux flexions, mais de plus les jambes joueront encore mieux leur rôle d’amortisseurs. Ne faites pas l’impasse sur les adducteurs qui permettent les mouvements de la cuisse vers l’intérieur. « En travaillant tous les muscles de la cuisse, vous vous fabriquez une sorte de gaine autour de l’articulation. » Sur les pistes, dès que vous commencez à avoir une sensation de brûlure dans les cuisses, cela signifie que vous n’avez plus de protection musculaire. Attention  ! Il y a danger. Arrêtez-vous.
 

Mieux, assouplissez-les

 
La souplesse est une qualité indispensable pour prévenir les entorses, bien avant la force et la résistance musculaires des jambes. C’est elle qui donne aux mouvements leur amplitude plus ou moins grande et leur fluidité. Lorsque nous sommes souples, nous sommes forcément plus légers et rapides dans l’exécution des mouvements… Ainsi, en cas de sollicitations inattendues, brutales ou à la limite du jeu articulaire, les blessures seront amoindries. Et une chute sera mieux amortie. Pensez aussi à vous échauffer correctement avant de dévaler les pistes. Les muscles et les tendons n’apprécient pas le froid.
 

N’oubliez pas la proprioception 

Sorte de sixième sens, cette sensibilité permet à tout moment de connaître notre position dans l’espace. Situés à l’intérieur des muscles, des tendons et des capsules articulaires, les capteurs proprioceptifs transmettent au cerveau central les informations nécessaires à l’ajustement des contractions musculaires pour équilibrer, rééquilibrer et stabiliser le maintien des postures actuelles ou futures…
 
À lire : LE SKI DE FOND, SKATING, CLASSIQUE
Ce guide pratique donne les clés à ceux qui s’intéressent de près ou de loin au ski de fond. 
Renaud Charignon et Wilfrid Valette, éditions Glénat, 15,50€.
 
Clarisse Nénard
Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés

SOURCES

  • bienetre-et-sante.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sport Hiver Entorse
Commentaires
0 vote
par Marchaux (IP:xxx.xx1.212.138) le 17 février 2014 a 14H45
Marchaux, 94 articles (Rédacteur)

Merci pour cet article, on ne fait jamais assez attention !!!!