Accueil du site
> Forme & Beauté > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Mythe 8 : le lactate, c’est le démon !
Mythe 8 : le lactate, c'est le démon !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 novembre 2011
Auteur de l'article
Daniel Riou, 12 articles (Kinésiologue)

Daniel Riou

Kinésiologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
12
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Mythe 8 : le lactate, c’est le démon !

Mythe 8 : le lactate, c'est le démon !

Lors de mes débuts dans le sport, et surtout dans la course à pied, j’ai tout de suite entendu parler du lactate. Dans les légendes de vestiaires, le lactate fait qu’on se sent fatigué, c’est lui qui cause les courbatures, qui cause les crampes, etc, etc, etc...

Ce qui est vrai, c’est que plus on augmente l’intensité de l’effort, plus la quantité de lactate dans le sang augmente. Le lactate est une molécule organique produite par les muscles humains lorsqu’ils doivent fournir un effort et qu’il n’y a pas assez d’oxygène pour produire l’énergie de façon "normale". Le lactate est produit à partir du glycogène, en absence d’oxygène, c’est pourquoi on nomme ce processus : glycolyse anaérobie (dégradation du glucose sans oxygène). Voici un petit schéma qui décrit ce processus :

Glycolyse anaérobie

(dans le schéma je changerais acide pyruvique pour pyruvate et acide lactique pour lactate)

Dans plusieurs études, l’effort et parfois la fatigue musculaire sont corrélés avec la présence de lactate. Par contre, ce n’est pas parce que 2 facteurs sont corrélés qu’il y a un lien de cause à effet entre eux.

La perturbation de l’équilibre acido-basique du muscle squelettique n’est pas un facteur aussi crucial de la fatigue qu’on le suggère souvent, (R.A. Robergs et al).

Lactate et fatigue

Il peut y avoir une très grande fatigue musculaire, sans qu’il y ait présence d’une concentration élevée de lactate. En plus, les personnes atteintes de la maladie de McArdle ne sont pas capables de produire du lactate. Pourtant, ils réussissent à être fatigués. Ce n’est donc pas le lactate qui est la principale cause de la fatigue. En fait, pour bien performer, il est bon d’être capable de produire plus de lactate. Plus un athlète en course à pied a une grande capacité anaérobie, plus il sera capable de produire du lactate en grande quantité (et de l’évacuer rapidement généralement) et plus il sera rapide.

Lactate et courbatures

Le lactate ne cause pas de courbatures. Les courbatures sont causées par des micro-déchirures qui se produisent dans les muscles. Voici 2 preuves :

  1. Après quelle course êtes-vous le plus courbaturé ? Un marathon ou une course de 5km ? Pour moi, c’est sans aucun doute le marathon. Pourtant lors d’un marathon, la lactatémie est beaucoup moins élevée que lors d’une course de 5km.
  2. Le lendemain d’une course, vous êtes courbaturé. Pourtant, 2h après votre course, la lactatémie est généralement revenue à son niveau normal. Comment expliquer qu’il ne reste plus de lactate et que vous soyez courbaturé ?
Lactate et crampes
Oui, il arrive qu’on ait des crampes alors qu’on a un haut taux de lactate dans le sang. Par contre, il est aussi possible de ne pas avoir de crampes avec un haut taux de lactate. Souvent, les crampes musculaires surviennent lors d’épreuves de longue durée, alors qu’il n’y a pas beaucoup plus de lactate dans les muscles qu’au repos.
En résumé, le lactate n’a pas tous les tords qu’on lui donne. Ce n’est pas parce que 2 facteurs sont corrélés qu’il y a un lien de cause à effet entre eux. Par contre, puisque le lactate est corrélé avec d’autres produits métaboliques, l’étude de son accumulation et l’entraînement à différentes vitesses de production de lactate peuvent être bénéfiques, c’est ce que nous verrons dans un prochain billet.
D’ici là, joignez-vous à nous sur FacebookTwitter et Daily Mile, il nous fera plaisir de discuter avec vous !
Daniel Riou, kinésiologue, couseapied.ca
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté