Accueil du site
> Forme & Beauté > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Mincir intelligemment
Mincir intelligemment
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 mai 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Mincir intelligemment

Mincir intelligemment

C’est toute l’année que les médias annoncent la meilleure façon de maigrir, mais à l’approche des beaux jours, les offres de régimes ou de formules miracles se multiplient… Ne vous laissez pas prendre à ces pièges dangereux !

Le 24 mai se tiendra la quatrième édition de la Journée européenne de l'obésité. À cette occasion, une trentaine d'établissements hospitaliers ont décidé d'offrir des consultations gratuites de dépistage, avec recherche du diabète et de l'hypertension par la même occasion. Thème de 2013  : «  Stop aux diktats  !  ». Il serait temps.
Les médecins, endocrinologues et nutritionnistes, constatent les dégâts causés par les régimes restrictifs et aberrants… Car si ceux-ci font le plus souvent maigrir, dans la grande majorité des cas ils sont suivis d'une reprise de poids et, très souvent, d'une reprise de poids plus importante.

Fonte musculaire, attention

Explication du Dr Jean-Michel Lecerf, responsable du service de nutrition de l'Institut Pasteur de Lille  : «  L'organisme étant bien fait, il se protège d'un amaigrissement, quel que soit le poids initial, avec comme consigne de retrouver le poids antérieur  : on appelle cela le pondérostat  ». En jeu, plusieurs mécanismes un peu complexes, mais la réaction est toujours la même. Avec ces régimes à risque, pauvres en calories et surtout en glucides, sucres et féculents, ça marche dans un premier temps, mais la masse maigre, les muscles, diminue. De plus, dès que le régime est élargi, la faim, masquée jusque-là par la production de corps cétoniques (acétone) qui ont un effet coupe-faim, réapparaît et les kilos reviennent très vite…
 
Régimes Yo-yo
 
En clair, avec ce genre de régimes, dès qu'on remange un petit peu plus, à cause de la faim ou du stress par exemple, on regrossit… tout en mangeant moins qu'avant le régime, mais plus qu'au début du régime d'attaque. Or, à la reprise de poids, les cellules adipeuses se gorgent de graisse et les muscles ne récupèrent pas. Faute de comprendre ce mécanisme, la personne recommence un régime, remaigrit, puis regrossit, bref fait du Yo-yo. (suite p. 28)

Maigrir sans regrossir

Tout le monde ne maigrit pas de la même façon, ni avec les mêmes moyens, ni avec la même facilité. Mais l'important n'est pas tant de perdre du poids que de ne pas en reprendre…
 
Les femmes, plus souvent candidates à l'amaigrissement que les hommes, deviennent-elles plus raisonnables  ? Commencent-elles à comprendre les méfaits des régimes drastiques et à répétition  ? Oui, si l'on en croit un récent sondage Ipsos-Contrex auprès de mille femmes de
18 à 65 ans. Si près de trois sur quatre disent avoir été «  un jour préoccupées par leur poids  » et si plus de huit sur dix déclarent «  faire attention à leur ligne  », la notion de régime stricto sensu est de moins en moins répandue. Bien que toujours plébiscités, les régimes ont maintenant mauvaise réputation  : 48 % les associent à des émotions fortement négatives, fatigue (19 %), irritabilité (14 %), culpabilité (10 %)  ; 70 % les trouvent ennuyeux et 63 % ont constaté leur effet Yo-yo. Les femmes ont aussi conscience, à 94 %, que le sport est une méthode efficace… mais 41 % admettent ne pas réussir à tenir cette résolution.
 
Enfin raisonnables  ?
 
Aujourd'hui, les médecins nutritionnistes dignes de ce nom insistent sur la nécessité d'une prise en charge complète, avec de l'activité physique, prenant en compte le couple et la famille et, selon le Dr Pierre Azam, endocrinologue-nutritionniste à Paris, les messages commencent à passer. «  La notion de régime miracle, c'est fini et les patients ont des objectifs un peu plus sensées. Nous sommes passés au stade adulte de la nutrition.  » On aimerait le croire… Il est vrai que, selon le Centre d'information de la diététique minceur, le nombre de Français suivant un régime déséquilibré, Dukan en tête, a diminué, 30 % contre 36 % en 2011. Bonne nouvelle  ! Par ailleurs, le deuxième Baromètre TNS-Sofrès sur les aliments diététiques minceur indique que ceux-ci sont consommés davantage occasionnellement et associés à des aliments courants, pour contrôler plus facilement le nombre de calories et/ou éviter des carences nutritionnelles, que comme seul moyen de faire un régime. C'est ce que conseille le pharmacien.
 
Maintenir son poids
 
Le plus difficile est de ne pas reprendre du poids. Le Dr Lecerf donne quelques conseils.
• Avoir un apport élevé de produits laitiers, donc en calcium.
• Un apport suffisant de protéines pour un bon rassasiement, 80 à 100 g/jour.
• Un apport élevé en fibres alimentaires variées pour ralentir la vidange gastrique, favoriser
une microflore intestinale adéquate, accroître la satiété.
Boire beaucoup d'eau pour la santé, le rassasiement et pour éliminer.
Consommer du poisson, riche en oméga 3, pour diminuer le risque cardiovasculaire inhérent aux personnes en surpoids ou obèses.
Reprendre une activité physique pour augmenter les dépenses énergétiques et refaire des muscles.
 
Evelyne Gogien
 
CONSEILS DE PHARMACIEN
- Médicament délivré sans ordonnance, l'orlistat (gélules de 60 mg), réservé aux personnes en réel surpoids.
- Substituts de repas, entre 200 et 400 calories, spécifiquement formulés pour garantir un apport adéquat de nutriments essentiels. En-cas protéinés pour remplacer une partie de repas (soupes, boissons, poudre à préparer) ou en collation (barres, biscuits).
- Phytothérapie. Modérateurs d'appétit naturels, draineurs naturels et brûle-graisse en capsules, sticks, boissons ou tisanes.
- Homéopathie. Au cas par cas selon le profil.
- Oligothérapie. Modificateur de terrain zinc-nickel-cobalt.
- Compléments alimentaires pour éviter les carences.
- Crèmes, gels ou huiles essentielles de massage minceur à base de caféine, d'algues ou de plantes…
- Probiotiques en gélules pour rééquilibrer la flore intestinale et aider ainsi à prévenir les kilos en trop.
 
AVIS D’EXPERT
Dr Jean-Michel Lecerf
Endocrinologue au CHRU de Lille et à l'Institut Pasteur de Lille.*
 
« Le poids souhaitable correspond au niveau naturel d'équilibre que le corps peut maintenir raisonnablement. »
 
À partir de quand peut-on dire qu'on est obèse  ?
 
Dans mon livre, je m'attaque aux standards comme l'IMC ou indice de masse corporelle. On devrait parler d'obésités au pluriel, tant est grand le nombre de situations pathologiques. On devrait même plutôt parler de personnes obèses, car ce sont des personnes qui souffrent, pas des maladies. Il faut tenir compte de l'histoire personnelle et familiale, de l'âge, de la morphologie… chacun nécessite une prise en charge différente, où l'alimentation a bien sûr sa place, mais pas la seule place. Toute réponse standard est inappropriée. Les conséquences du surpoids ne sont pas non plus les mêmes selon les personnes. L'excès de poids au ventre chez un homme obèse, sédentaire, peu musclé, ancien fumeur entraîne un risque élevé pour la santé et est plus difficile à corriger que l'obésité d'un homme jeune, hypertendu, gros mangeur, musclé, dont le risque cardiovasculaire est élevé. L'obésité n'est pas une situation homogène…
 
Quelles sont les principales erreurs  ?
 
Entrer dans le piège des régimes ou des formules miracles, vouloir aller trop vite et trop loin, sans chercher à comprendre les tenants et les aboutissants de son problème de poids et en se passant d'une aide médicale. Se comparer à d’autres personnes car tous les cas sont différents. Sur le plan diététique, ne pas prendre en compte l'aspect quantitatif, or la notion de rassasiement est importante. Enfin, oublier l'activité physique, car c'est la clé pour ne pas regrossir.

* Auteur de À chacun son vrai poids. La santé avant tout, éd. Odile Jacob, 2013, 17,90 €.
 
À faire
 
THERMALISME
- Vichy, cure conventionnée de 18 jours pour surcharge pondérale et obésité + programme Spécial Maigrir à Vichy, non pris en charge.
Numéro vert (appel gratuit)  :
0 800 30 00 63 ou contactez le
04 70 97 39 59. www.destination-vichy.com
- Brides-les-Bains, 5 cures conventionnées différentes de 18 jours, dont deux avec programme d'éducation thérapeutique, non remboursé. Et cures courtes de 6 ou 9 jours.
Appelez le 04 79 55 23 44. ou cliquez sur www.thermes-brideslesbains.fr

THALASSOTHÉRAPIE
- Thermes marins de Saint-Malo, forfaits Mer et Silhouette Minceur ou Mer et Poids Forme, avec ateliers culinaires.
Appelez le 02 99 40 75 00, ou www.thalasso-therapie.com

- Thalassa sea & spa de Dinard, séjours forme et bien-être avec musculation aquatique, bilan nutritionnel…
Appelez le 02 99 16 78 10, [www.thalassa.com]

Sondage à l'officine

La minceur concerne autant le pharmacien que ses patients/clients. Un récent sondage nous éclaire sur certaines idées reçues qui persistent dans ce domaine.
 
Inédit. Un sondage exclusif BIEN-ÊTRE & Santé/Le Quotidien du Pharmacien/Pharmagest* a permis de recueillir une information croisée pharmacien/client sur la minceur. Premier enseignement à tirer de ce sondage  : le conseil du pharmacien est plus que jamais utile et nécessaire.
 
Côté pharmaciens
 
Tout d’abord, 75 % des pharmaciens estiment que les Français s’intéressent un peu à la minceur tandis que 21 % en font leur priorité. 71 % des pharmaciens pensent que la phytothérapie fait l’unanimité auprès de leurs clients. Quand on leur demande quelles sont les principales marques de phytothérapie appréciées dans leur officine, 65 % citent Arkopharma, 51 % Menophytea et 37 % Forte Pharma. En matière d’homéopathie, 71 % plébiscitent Boiron, 29 % Arkopharma et 26 % Lehning. Quant à l’aromathérapie, c’est Puressentiel qui arrive à la première place avec 70 % de citations, suivi par Phytosun à 34 % et Weleda à 32 %. Dans une société caractérisée par le règne de l’apparence, les produits minceur recèlent un potentiel de croissance avéré. Mais ce marché souffre néanmoins des effets négatifs d’une offre pléthorique et axée souvent sur la surpromesse. Si les laboratoires multiplient leurs efforts pour convaincre de l’efficacité de leurs produits, les nombreuses innovations dans ce domaine contribuent à parfois désorienter les consommateurs. Aussi, le conseil du pharmacien sera de plus en plus utile.
 
Côté patients
 
Quand il s’agit de définir ce qu’ils font pour perdre quelques kilos, 63 % des Français surveillent leur alimentation, 22 % pratiquent l’exercice physique tandis que 9 % suivent un régime. En matière d’homéopathie, 60 % citent en priorité Boiron, 10 % Naturactive et 5 % Lehning et Arkopharma. Pour la phytothérapie, ils sont 19 % à plébisciter Forte pharma, 17 % Arkopharma et 14 % Phytopharma. Pour l’aromathérapie, 24 % avouent leur préférence pour Weleda, 22 % Puressentiel et 16 % Nutrisanté. L’entrée en vigueur des recommandations de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) sur les produits cosmétiques ainsi que la mise en place d’un système de vigilance sur les compléments alimentaires par l’Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) vont apporter des éléments de réponses aux consommateurs, aujourd’hui en manque de repères, s’ils ne sont pas guidés par le pharmacien.
 
Didier Galibert

Sondage MINCEUR (questionnaire à choix multiples) réalisé en février et mars 2013 par Pharmagest Inter@ctive à la demande de BIEN-ÊTRE & santé et du Quotidien du Pharmacien sur www.carevox.fr auprès de 8 400 pharmacies clientes Pharmagest inter@ctive équipées du logiciel LGPI Global Services  :
115 questionnaires validés sur CAREVOX (grand public) et 691 questionnaires validés sur le logiciel LGPI (professionnel).

 
REGARDS CROISÉS
 
L'OBJECTIF RECHERCHÉ EN PRIORITÉ
- Selon les pharmaciens  :
36 % éliminer les graisses,
30 % garder la ligne, 16 % être en bonne santé.
- Selon les Français  :
32% garder la ligne, 25% avoir un poids de forme, 22% être en bonne santé.
 
LES PRODUITS SOLLICITÉS L'APPROCHE DE L'ÉTÉ
- Selon les pharmaciens  :
65 % produits drainants, 60 % produits amincissants, 40 % compléments alimentaires.
- Selon les Français  :
20% produits drainants,15% crèmes ou gels minceur, 12 % compléments alimentaires.
 
Vous éprouvez le besoin de perdre quelques kilos. Vers qui allez-vous vous tourner  ? 30 % Internet, 19 % le médecin, 15 % le nutritionniste, 11 % le pharmacien
Sondage BIEN-ÊTRE & santé/Quotidien du Pharmacien/Pharmagest.

 

Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

 

 
Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Éric G. Delfosse (IP:xxx.xx7.100.147) le 9 mai 2013 a 03H36
Éric G. Delfosse (Visiteur)

Dommage que la phrase "apport élevé de produits laitiers" retire le crédit de tout l’article...