Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Marre de l’anxiogénisme anti-cosmétique
Marre de l'anxiogénisme anti-cosmétique
note des lecteurs
date et réactions
27 janvier 2012
Auteur de l'article
So, 24 articles (Marketeuse dans l'industrie cosmétique)

So

Marketeuse dans l'industrie cosmétique
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Marre de l’anxiogénisme anti-cosmétique

Marre de l'anxiogénisme anti-cosmétique
DocNews* un article qui m'a TROP énervée. Au sujet d'une campagne de communication anti-cosmétiques hyper anxiogène, faussement informative, avec des raccourcis totalement bidons.

Ce n'est pas la première fois que l'on voit ce genre de campagne écologique approximative et agressive chez nos amis nord-américains : il y a eu par exemple le film "The Story of Cosmetics", qui ne disait pas que des bêtises, mais beaucoup quand même - et que les non initiés ont cru les yeux fermés. Tout cela parce que la cosmétique est considérée comme "futile" par certains écologistes régressistes et que d'autres veulent vendre leur came "naturo-safe" en surfant sur la peur des gens.

Je vous laisse lire ici cet article, regarder cette vidéo d'une association canadienne qui dit en gros qu'il n'existe pas de cosmétiques sans produits toxiques ("Tous les cosmétiques contiennent des substances chimiques qui provoquent le cancer" (! !!), ou, à la femme qui met du rouge à lèvres : "Vous êtes en train de vous empoisonner" (! !!)) - par extension : on va tous mourir jeunes dans d'atroces souffrances parce qu'on a la futilité de mettre du rouge à lèvres, d’apaiser notre peau avec des crèmes, de se protéger des méfaits du soleil avec un SPF, et de se laver tous les jours avec du savon et du shampooing.
(bon ok, j'exagère un peu mais ce sont eux qui ont commencé à entrer dans ce jeu-là, hein ! ;)).

J'en ai marre de ces lobbies qui font croire au Monde que la cosmétique est le Mal incarné en s'appuyant sur des études hyper controversées voire totalement démantelées par les "vrais" scientifiques. "Bouh, c'est pas bien les parabènes, attention, les sels d'aluminium c'est cancérigène !!" Alors que ces 2 ingrédients (ce n'est pas un hasard si je les ai choisis ici) sont mis hors de cause par les plus hautes autorités de santé et il a été prouvé que les études qui les ont pointés du doigt ont été mal menées (pas de témoins, etc, cf ici par ex). Il paraît même que l'équipe qui a fait la "fameuse" étude comme quoi les parabènes avaient une activité "cancérigène" aurait admis que ses conclusions n'étaient finalement pas scientifiquement recevables !!!!

Alors, je ne dis pas qu'il n'y a pas de molécules douteuses voire vraiment toxiques en cosmétique, attention (je pense notamment à certains produits de coloration capillaire, au formaldéhyde, à l'hydroquinone éclaircissante interdite en France mais pas partout dans le monde...). Ce que je dénonce, ce sont les raccourcis et la dénonciation systématique et exagérée des produits cosmétiques alors qu'il y a bien pire ailleurs.

Le législation cosmétique française (européenne) est plutôt stricte, en tous cas bien plus que la législation alimentaire par exemple - ce qui est très étonnant vu que c'est plus facile de s'intoxiquer en avalant des choses que par voie topique parce que la peau constitue une barrière naturelle entre les méchantes molécules et le "fragile" organisme. Il n'y a d'ailleurs jamais eu de scandale sanitaire lié aux cosmétiques** contrairement aux multiples histoires dans l’alimentaire de maladies graves voire mortelles (vache folle, dioxine, listeria, etc), dans le complément alimentaire (plantes toxiques, ver solitaire pour faire maigrir...), ou autres (amiante, adjuvants dans la peinture ou les meubles...), sans parler de l'industrie pharmaceutique (Mediator ou médicaments plus "sérieux") mais bon ces derniers ont de toutes façons "droit" à des effets secondaires - c'est ce qu'on appelle la balance bénéfice-risque.

Pour info, quand une molécule cosmétique est identifiée comme potentiellement dangereuse (et c'est arrivé : formol, hydroquinone...), elle est soit limitée à une très faible quantité et à des conditions d'usage très particulières, soit carrément interdite.

Et ces molécules "suspectes" pour le grand public (il a le droit de douter, on est dans un pays libre), pourquoi s'en offusque t-il quand il s'agit de cosmétiques et pas pour d'autre types de produits ?

Si je reprends l'exemple-roi des parabènes : il y en a dans les médicaments (pommades comme la Biafine, produits à ingérercomme l'Ibuprofène, Drill, Humex..., vaccins qui s'injectent directement dans le système sanguin...) et dans les aliments industriels (sous les dénomination E214 à 219 - là aussi on les avale tout crus, tiens, et personne ne dit rien). Souvenez-vous, la peau est une barrière naturelle, certes pas parfaitement hermétique, mais une barrière quand même : on ne vous injecte pas les parabènes des cosmétiques dans l'estomac ou dans les veines ! La quantité de parabènes que votre organisme reçoit via les cosmétiques est infime par rapport à celle venue des médicaments et aliments.

J'en profite pour faire une petite parenthèse parabènes - parce que avec tout ce que j'entends ou vois sur la toile, je pense que c'est bien de préciser 2-3 choses, et puis ça fait une bonne illustration de mon propos anti-confusion/raccourcis :
  • Les conservateurs sont par définition des molécules qui vont empêcher les bactéries de se développer, voire qui vont les tuer, pour protéger le produit - et notre santé par la même occasion. Ils ne peuvent donc pas être 100% inoffensifs - parabènes ou n'importe quel autre conservateur.
  • Tous les parabènes ne se valent pas : ils n'ont ni la même efficacité (des spectres d'action différents, sur différents types de microorganismes), ni la même toxicité. Ily a des doutes sur ceux à longue chaîne, même si à ma connaissance rien n'est prouvé à ce jour (et ils seront interdits si leur activité œstrogénique à long terme est avérée ou trop douteuses d'ici quelques mois). Quoiqu'il en soit, le risque zéro n'existe pas, pour les parabènes comme pour n'importe quelle molécule naturelle ou chimique, et en particulier sur les conservateurs comme vu plus haut. Les conservateurs sont cependant indispensables pour éviter toute contamination bactérienne, sauf si le produit est anhydre (ne contient pas d'eau dont les bactéries ont besoin pour survivre : cf. huiles, baumes, poudres, certains rouges à lèvres...) ou est contenu dans un pack airless conditionné en salle blanche, ce qui est extrêmement rare et pas adapté à tous les types de produits.
  • Comme je le disais plus haut, l'étude "scientifique" qui les a mis en cause n'était pas sérieuse - c'est la communauté scientifique internationale qui a démontré cela (et pas des lobbies pro-cosmétiques comme certains essayent de faire croire).
  • Les parabènes sont ultra-efficaces à faible dose, sans effet secondaire (quelques allergies, mais certains sont aussi allergiques aux fraises ou aux fruits à coque...) et on a des dizaines d'années de recul à leur sujet - y compris dans les industries pharmaceutique et alimentaire, y compris quand ils sont ingérés ou injectés.
  • Même s'il y a de très gros progrès en la matière, les alternatives aux parabènes ne sont pas toujours heureuses : moindre efficacité et formules contaminées par des bactéries (ça arrive plus souvent que l'on pense, voici ici à la fin du billet par ex), ajout d'alcool pas très bon pour la peau, diminution du pH de la formule pas très bon non plus pour la peau, utilisation d'huiles essentielles dont certaines sont potentiellement allergisantes voire pire (naturel ≠ sans danger, contrairement à ce que certains croient), manque de recul sur la toxicité à long terme de nouveaux conservateurs...
  • Les parabènes existent aussi à l’état naturel dans certains aliments (mûre, orge, fraise, cassis, vanille, carotte, vinaigre de vin, certains fromages...). On les trouve dans les produits fabriqués par les abeilles (propolis, gelée royale...) et ils sont naturellement présents dans le corps humain (j'ai lu sur Wikipedia qu'ils seraient précurseur du coenzyme Q10, la fameuse molécule miracle anti-âge !). J'ai même entendu dire, sans pouvoir vous le confirmer formellement, que les femmes enceintes en synthétiseraient pour protéger le fœtus.
  • L'effet oestrogénique (= par extension la possibilité d'accélérer l'apparition d'un cancer du sein) des parabènes est en moyenne10 000 fois moindre que celui de la pilule contraceptive. Vous allez arrêter de prendre la pilule ?
  • Les professionnels de la beauté, ceux du secteur BIO inclus, sont à 95% pour les parabènes. Je suis bien placée pour le savoir, je les fréquente au quotidien et on parle "honnêtement" entre nous. Pourquoi beaucoup de marque enlèvent-elles les parabènes de leurs produits ? Parce que cette fameuse étude, relayée par des lobbies qu'elle arrangeaient bien pour vendre leurs produits sans parabènes, a fait tellement de désinformation que beaucoup d'entre vous êtes convaincus de la nocivité de ces substances et refusez d'acheter des cosmétiques avec parabènes. Donc les services commerciaux et marketing des marques demandent aux labos de les retirer... pour ne pas rater de ventes, pas parce qu'ils pensent qu'ils sont en train d'empoisonner leurs consommateurs.
Cette parenthèse parabènes fermée, je voudrais aussi revenir sur un détail : contrairement à ce qui est dit dans l'article de DocNews, il est obligatoire au Canada comme en Europe et probablement dans la quasi totalité des pays du monde de préciser la composition des produits (liste d'ingrédients INCI ou CTFA). Avec deux limites cependant, pour préserver la propriété industrielle des formules - et c'est bien normal à mon avis : les ingrédients sont indiqués par ordre décroissant mais on ne connait pas leur % exact, et la formule du parfum n'est pas précisée (sauf substances considérées comme "allergènes").
Alors voilà. J'espère que vous comprenez mieux maintenant mon agacement face à ce genre de désinformations. Relativisons ! Franchement, vous avez bien plus de risques de mourir d'autre chose que de l'exposition aux cosmétiques.Je dis ça en toute objectivité, pas parce que je travaille dans cette industrie - vous me connaissez suffisamment aujourd'hui pour me faire confiance. Même si le risque zéro n'existe pas et que peut-être un jour, on s'apercevra qu'un ingrédient communément utilisé en cosmétique est nocif, vous êtes exposés à tellement d'autres choses beaucoup plus graves (pollution automobile, pesticides, amiante, médicaments utilisés de manière chronique, divers toxiques de l'alimentation ou des produits de maison...), arrêtez d'avoir peur des produits cosmétiques ! Et puis même du reste. On est quand même dans une société moderne où le risque est globalement beaucoup mieux maîtrisé qu'il y a 20, 50, 100 ou 300 ans.

La vie est belle, profitons-en, positivons, soyons prudents ok, mais pas paranos. Ne nous laissons pas avoir par toutes ces discours anxiogènes - surtout quand derrière, leurs auteurs ont comme par hasard quelque chose à nous vendre. Nous sommes confrontés à tellement d'angoisse et de stress au quotidien qu'il n'est pas nécessaire de se pourrir la vie encore plus avec des histoires de "cosmétiques toxiques" qui n'en valent vraiment pas la peine.


A LIRE AUSSI :
TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR LA TOXICO DES COSMÉTOS
> parties 1
et 2
PS : pardon pour ce billet très spontané et un peu fouillis, mais voilà, fallait que ça sorte.

SOURCES

  • * DocNews n'y étant pour rien, je vous conseille d'ailleurs ce site très intéressant pour les marketeurs, ils ne font que reprendre un communiqué de presse de Environnemental Defence, une association canadienne hyper virulente.

    ** En tous cas pas depuis la Directive Cosmétique de 1976 - on m'a dit qu'il y avait eu dans les années 70 une histoire de talc pour bébé dans lequel s'était retrouvée une substance hyper toxique parce que la cuve de fabrication avait été mal nettoyée, je ne sais pas si c'est véridique, je n'ai pas vérifié, mais cet évènement serait à l'origine de la Législation Cosmétique. En tous cas, depuis : rien de grave.
    EDIT "merci aux lecteurs pour la recherche Internet" : la fameuse histoire du talc a bien existé > http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_talc_Morhange


    EDIT 2 "encore merci aux lecteurs" :
    des études toutes récentes apparemment un peu plus sérieuses que les précédentes relancent le doute sur l'implication des sels d'aluminium dans la "favorisation" du cancer du sein, sans toutefois les impliquer de manière définitive : http://www.observatoiredescosmetiques.com/actualite/actualite-cosmetiques/aluminium--cancer-du-sein-le-debat-relance-989.html
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté