Accueil du site
> Forme & Beauté > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les cosmétiques bios sont-ils meilleurs pour la santé ?
Les cosmétiques bios sont-ils meilleurs pour la santé ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 avril 2010 | 4 commentaires
Auteur de l'article
A.C., 22 articles (Journaliste)

A.C.

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
22
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les cosmétiques bios sont-ils meilleurs pour la santé ?

Les cosmétiques bios sont-ils meilleurs pour la santé ?

La grande tendance dans les cosmétiques est de diaboliser les conservateurs dont le paraben et de faire croire que le salut passe par le bio et le naturel... Pourtant, rien n’est moins sûr car si les sirènes du marketing fonctionnent à merveille, la réalité scientifique vient calmer les ardeurs du 100% naturel.

Pour savoir si les cosmétiques bios sont en effet meilleurs pour la santé, rien de tel que l'avis d'une experte sur le sujet, en la personne d'Hélène Le Heno, de l'Observatoire des Cosmétiques. 

1. Pouvez-vous nous rappeler la définition de "cosmétique bio" ?

Hélène Le Heno : " Un cosmétique bio se définit par le fait que ses matières premières d'origine sont issues, pour partie, de l'agriculture biologique et qu'elles ne subissent que des transformations relevant de la chimie douce.

Pour qu'il soit "étiqueté" bio, il doit satisfaire à une des chartes des labels biologiques et écologiques existants actuellement. En France, Cosmebio, est le label le plus répandu. Une harmonisation européenne des différents labels nationaux au sein de la Communauté est actuellement en cours. Et face aux différences exigences de chacun, elle tarde d'ailleurs à venir, au risque de voir le consommateur confronté à l'éclosion de plusieurs labels bio européens... "

2. Certaines marques entretiennent la confusion dans l'esprit des consommateurs, quelle est la différence entre l'appelation "naturelle" et " bio" ?

Hélène Le Heno : "Comme c'est actuellement un créneau porteur, certaines marques, il est vrai, ont tendance à jouer avec "le naturel", au moins sur leurs packagings et dans leur communication. Le label bio, on vient de le voir, est réglementé par des chartes.

Pour l'appelation "naturel", cela peut paraître étonnant au moment où elle envahit les rayons de nos magasins, mais il n’existe toujours pas de définition officielle de la cosmétique naturelle. Seul un texte élaboré en 2000 par un Comité d'experts européens en trace les grandes lignes, mais sans entrer réellement dans les détails, et les principes qu’il énonce n’ont pas force de loi.

Ce sont les différents organismes qui gèrent les labels « naturels et bio » ou les fabricants eux-mêmes à titre individuel qui se sont donc chargés d’ élaborer des critères pouvant servir de référence. La mention " Naturel" n’est donc pas réellement réglementée, et peut ainsi recouvrir des réalités assez diverses pour le consommateur. "

3. L'inscription "sans conservateur" fleurit sur les packagings de produits bios. En quoi les conservateurs sont-ils nocifs ? Un produit sans conservateur est-il efficace aussi longtemps et plus sain ?

Hélène Le Heno : "Les conservateurs sont mis en œuvre pour protéger la sécurité sanitaire des produits cosmétiques. Assurer la conservation d' un produit est indispensable et nécessaire, il en va de la responsabilité de son fabricant et de la sécurité de son utilisateur. Les conservateurs sont donc destinés à détruire des organismes vivants. Il s'agit de bactéries et de champignons nuisibles, certes, mais tout de même porteurs de vie. Et il n' est pas faux de dire que les conservateurs sont des "tueurs". Or, un tueur n' agit pas toujours dans la plus extrême douceur. Dans la guerre qu' ils mènent pour sécuriser les cosmétiques, certains d'entre eux peuvent même se révéler responsables d' effets indésirables (des « dommages collatéraux » !) non négligeables (irritations, allergies, voire toxicité suspectée ou avérée à hautes doses)."

D'un autre côté, il faut noter que certains cosmétiques n' ont pas besoin de conservateurs : les formules sèches (poudres, fards à paupières...), les mélanges d' huiles (sérums, huiles hydratantes...),ne contenant pas d'eau et ne nécessitant que des anti-oxydants pour éviter le rancissement.
 
D'autre part, certains cosmétiques ne contiennent pas de conservateurs répertoriés en tant que tels dans la nomenclature officielle des ingrédients cosmétiques comme l' alcool ou les huiles essentielles, tous deux très utilisés dans les cosmétiques bio notamment ceux issus de"l'école allemande". D' autres solutions aussi apparaissent (crèmes en kit, produits conservés par la technologie U.H.T, gélification de l' eau...) pour proposer des  cosmétiques sans conservateur tout en restant efficaces et sains.

Mais il arrive aussi qu' on trouve sur le marché des produits estampillés "sans conservateur » qui ne contiennent effectivement pas du tout de conservateur, ni aucun autre système de conservation. Dans ce cas, la mention n' est pas trompeuse, mais le produit n' est pas protégé des contaminations extérieures ou des éventuelles proliférations microbiologiques et il peut s' avérer instable, voire dangereux pour la santé.

4. L'absence de substance chimique "non naturelle" garantit-elle une plus grande sécurité pour le consommateur ?

Hélène Le Heno : "Pas forcément. Tout dépend des actifs concernés et de leur dosage. Et la liste est longue : filtres UV d'origine synthétique agissant comme des perturbateurs endocriniens (Benzophenone, Benzyl salicylate, Ethyl cinnamate...), conservateurs chimiques très allergisants et largement employés dans la formulation de cosmétiques (Chloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone...) ou actifs connus pour leurs propriétés antiseptiques et antibactériennes (comme l'acide borique utilisé principalement dans les produits assainissants ou anti-acné) ayant un potentiel toxique très fort. "

5. Est-il vrai que les produits bios provoquent plus de réactions allergiques que les autres ?

Hélène le Heno : "Les produits bio sont de grands utilisateurs d'huiles essentielles par exemple, employées dans le système conservateur ou utilisées comme parfum.

Les composés aromatiques des huiles essentielles peuvent être allergisants. C'est pour cela d'ailleurs qu' actuellement, une mention légale destinée à avertir et protéger les personnes sensibilisées à ces molécules indique (le plus souvent en fin de liste des ingrédients) si un ou plusieurs de ces 26 composés aromatiques sont présents dans le produit à des dosages jugés allergisants."

6. Les cosmétique bio/naturels impliquent-ils un réel bienfait pour l'environnement ?

Hélène le Heno : "A première vue, oui, dans la mesure où ils sont issus d' une agriculture plus respectueuse de l'environnement. Mais rien n'est simple et un produit bio n'est pas forcément écolo ! Si les actifs viennent des antipodes, si l' emballage est réalisé en Chine par exemple, quid du bilan carbone du produit même bio pour la planète ? C' est pour cela que l’affichage environnemental des biens de consommation (bio et non bio) est très attendu par les consommateurs. Et risque de créer quelques surprises..."

7. Quels conseils donneriez-vous pour consommer des cosmétiques bios sans se faire arnaquer ?

Hélène le Heno : "Savoir décrypter les étiquettes (étudier de près la liste des ingrédients mais aussi le pourcentage d'ingrédients bio mentionné). Ce qui n'est pas toujours facile. C'est bien pour aider les consommateurs à mieux s' y retrouver qu' a été mis en ligne le site de L'Observatoire des Cosmétiques où produits (bio ou non bio) et ingrédients cosmétiques sont évalués par un jury d'experts indépendants (cosmétologues, dermatologues, pharmaciennes, esthéticiennes, coiffeur...) : www.observatoiredescosmetiques.com "

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
par Lola (IP:xxx.xx2.172.130) le 15 avril 2010 a 19H10
Lola (Visiteur)

Donc si on s’en réfère à votre article, il faut se méfier du bio mais continuer à se "tartiner" le corps avec des produits chimiques !!!. C’est vrai que les produits cosmebio ne sont pas parfaits, mais que dire des produits cosmétiques qui sont chimiques ? sont-ils parfaits, eux ? bien sûr que non, et les études abondent pour démontrer qu’ils sont nocifs pour notre organisme mais également pour l’environnement. Personnellement, je préfère utiliser des produits cosmébio (je parle bien de cosmébio avec le label, pas de "soi-disant" produits naturels) - même s’ils ne sont pas encore parfaits, mais ça viendra, avec un peu de moyens et de recherche - qu’utiliser des produits qui sont eux, carrément nocifs. Et c’est valable également pour les écoproduits pour le nettoyage de la maison. Si on ne soutient pas les progrès -même si ça n’est pas parfait - comment pouvons-nous avancer ? En sommes-nous encore à nous demander si le bio est mieux que le chimique pour notre usage courant ? consternant ! quels grands visionnaires nous sommes ... Réservons le chimique pour les cas où nous ne pouvons pas faire autrement ; nous serons en meilleurs santé et la planète aussi. On voit aujourd’hui, après plusieurs décennies d’usage intensif de la chimie, ce que ça donne ! Est-ce qu’on va se poser la question encore longtemps ??

1 vote
par zelectron (IP:xxx.xx3.8.117) le 16 avril 2010 a 14H10
zelectron (Visiteur)

La cigüe, le chèvrefeuille, la belladone, la digitale, le laurier-rose ... ça aussi c’est bio ?

1 vote
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 27 avril 2010 a 13H07
Pierrot (Visiteur)

et l’ammanite phaloïde c’est aussi naturel et bio, donc bon pour ma belle mère ?

0 vote
par annabelle (IP:xxx.xx4.87.163) le 17 novembre 2014 a 14H16
annabelle (Visiteur)

Les cosmetiques 100% bio fabriqués de facon artisanale sont les meilleurs avec tous les labels qui vont avec ; j ai entendu parler d un site formidable qui vend des produits hors du commun le top du top du bio son nom AU COEUR DES RACINES je vais donc me laisser tenter il est super il parait