Accueil du site
> Forme & Beauté > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les compléments alimentaires solaires : ça marche ?
Les compléments alimentaires solaires : ça marche ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 juillet 2013
Auteur de l'article
So, 24 articles (Marketeuse dans l'industrie cosmétique)

So

Marketeuse dans l'industrie cosmétique
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les compléments alimentaires solaires : ça marche ?

Les compléments alimentaires solaires : ça marche ?

J’aurais dû vous écrire ce post début juin, car une cure de compléments alimentaires se démarre 2-3 semaines avant l’exposition prolongée au soleil, celle des vacances, celle que l’on prend en pleine face, et sur tout le corps, parfois même toute la journée (mauvais élèves !!). En même temps, le soleil n’ayant pointé son nez que très récemment sur la majeure partie du territoire (je parle comme Alain Gillot-Pétré ^^), vous ne m’en voudrez pas trop de ne pas en avoir fait une priorité.

Un complément alimentaire solaire : à quoi ça sert, est-ce que ça marche ou est-ce encore une sorte de placebo que les labos essayent de nous refourguer pour se faire des sous ?
 
J'ai bossé 4 ans 1/2 chez Oenobiol il y a quelques années, je peux donc vos répondre en toute connaissance de cause : oui, ça marche, mais ça dépend un peu de ce que vous en attendez.
 
Ca marche HYPER-BIEN pour prévenir la lucite estivale, cette "allergie au soleil" qui se traduit par des petits boutons rouge qui apparaissent les premiers jours de l'exposition dans le décoletté, et parfois ailleurs sur le corps, qui démangent, et disparaissent assez rapidement. Ca marche très bien, je peux moi-même en attester, ayant été victime à la vingtaine de cette satanée lucite, qui n'a plus réapparu à partir du moment où j'anticipais son arrivée avec de l'Oenobiol Solaire. Depuis, je ne fais plus d'allergie, même quand je n'ai pas fait de prévention avec des compléments solaires.
 
Je crois que le mécanisme de l'apparition de la lucite n'est pas très clair aujourd'hui. Les UVA en seraient principalement responsables, et les caroténoïdes contenus dans les compléments alimentaires solaires, fortement antioxydants, permettraient de contrer les méfaits de ces méchants UV.
 
Les compléments alimentaires solaires, toujours essentiellement pas le biais de ces caroténoïdes (bêta-carotène, lutéine, astaxanthine...), permettent de stimuler et prolonger le bronzage en activant la synthèse de mélanine, le fameux pigment brun que la plupart d'entre vous attend avec impatience dès les premiers beaux jours.
 
La stimulation existe, mais pas de miracle, elle est quand même peu visible au niveau de l'intensité du bronzage. Disons que ça vous aidera à avoir un bronzage un peu plus "harmonieux", qui durera plus longtemps, mais ne vous attendez pas à un effet autobronzant ou (ouf !) "orangiseant" comme ce fût le cas dans les années 80 quand les carotènes étaient tellement dosés que la peau, et notamment la paume des mains, m'a t-on dit, virait carotte ! Aujourd'hui, les dosages sont maîtrisés.
 
Les compléments solaires, enfin, sont surtout de forts antioxydants, comme je le disais plus haut, et donc parfaitement indiqués pour lutter contre le "stress oxydatif", ce phénomène d'accélération du vieillissement dû aux radicaux libres, eux-mêmes générés par un excès d'UV, le tabac, la pollution, la malbouffe... 
 
Bref, s'ils n'ont pas d'effet miraculeux, les compléments alimentaires solaires ne sont là que pour vous faire du bien. A condition de respecter les doses, de faire attention aux associations de compléments solaires et anti-âge pour ne pas risquer de surdosage (eux aussi fortement antioxydants, la plupart du temps avec les mêmes molécules, d'ailleurs, c'est pour cela d'ailleurs que certains compléments solaires peuvent être utilisés en compléments anti-âge le reste de l'année // surdosage possible avec le sélénium, par exemple), et de limiter leur usage, si vous êtes fumeuse, aux 2 mois d'été (il y aurait des études qui montreraient qu'ils accélèreraient certains risques chez les fumeuses, je ne suis pas assez calée sur le sujet pour vous donner mon avis là-dessus, je préfère prévenir quand même).
 
Idéalement, on commence sa cure 2-3 semaines avant l'exposition prolongée au soleil, donc, pour "recharger le stock" de sa peau en antioxydants et attendre que la mélanine, cette grande paresseuse, monte jusqu'en surface de l'épiderme.

Pour finir, je vous dirais que la nature est bien faite, et s'il y a tant de fruits et légumes riches en caroténoïdes et antioxydants divers et variés en été, ce n'est peut-être pas un hasard... Vous n'aurez pas besoin de complément solaire si vous pensez à mettre dans votre panier de courses des aliments rouges-orangés ou verts (riches en carotènes) comme les tomates, carottes, abricots, poivrons, épinards, mâche..., et plus foncés encore, tirant sur le violet (riches en polyphénols) comme toutes les baies (cassis, framboise, mûre, canneberge...). Petite astuce : le bêta-carotène est mieux assimilé par la peau quand il est cuit en présence de gras  : les sauces tomates, et même le Ketchup, sont donc plus "efficaces" que la tomate-mozza, sachez-le !
 
Ah, et si vous comptez abuser du soleil cet été, c'est une mauvaise idée, je vous invite notamment à (re)lire, et surtout (re)voir ça (âmes sensibles s'abstenir).
 
Bon, allez, je vous remets quand même la pire des photos ici (pardon, c'est trop tentant, mais vous remarquerez que je l'ai mise au plus petit format pour ne pas trop vous effrayer) :
 
 

Et puis pour votre culture cosméto, ce billet vous explique pourquoi je milite pour l'utilisation des écrans solaires IP20 ou 30 maximum, la plupart du temps beaucoup mieux indiqués qu'un indice 50, pour des raisons à la fois de santé (de plus en plus d'études montre du doigt l'effet "perturbateur endocrinien" de certaines molécules utilisées dans les cosmétiques, dont les filtres chimiques, qui sont utilisés à de forts pourcentages dans les formules - les doses de parabènes, à côté, c'est du pipi de chat), d'écologie, et pourquoi il faut oublier le bronzage en cabine qui ne prépare pas la peau au soleil comme certains essayent de vous faire croire mais l'aident juste à vieillir plus vite, voire déclencher un cancer...
 
PS : de bons compléments alimentaires chez Oenobiol, Inneov, Yves Rocher, D-Lab (je recommande leur Bain de Soleil sur TheTops), mais globalement, ils se valent à peu près tous, vous pouvez taper dans les moins chers, chez Juvamine par exemple. Et si vous n'aimez pas "avaler" les gélules, Anne Sémonin a intégré du bêta-carotène dans son Phytarosa Sérum.
 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté