Accueil du site
> Forme & Beauté > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les actes de chirurgie génitale esthétique à la mode
Les actes de chirurgie génitale esthétique à la mode
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 novembre 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Les actes de chirurgie génitale esthétique à la mode

Les actes de chirurgie génitale esthétique à la mode

Selon le service de santé britannique (NHS), les chirurgies génitales esthétiques sur les lèvres des adolescentes sont en hausse. Cette intervention pratiquée parfois avant leurs 14 ans, inquiète le NHS.

En effet, selon les statistiques officielles, 266 réductions des lèvres ont été effectuées entre 2008 et 2012 chez des jeunes filles de moins de 14 ans. Cette tranche d’âge n’est pas la seule à pratiquer la chirurgie génitale esthétique. Au cours de la dernière décennie, le nombre de réductions labiales relevées par le NHS a quintuplé. En 2010, quelque 2000 actes ont été officiellement recensés. Sachant que les cliniques privées ne sont pas incluses dans ces statistiques, le chiffre est certainement plus conséquent.

De multiples raisons sont évoquées par les femmes qui se font faire une réduction labiale. Les chirurgiens interviennent pour résoudre des problèmes d’hygiène, lors de relations sexuelles ou au cours d’une activité physique mais également pour des motivations esthétiques. Pourtant, les risques de saignements et infections vaginales sont présents à court terme, après une opération.

Selon le Royal College of Obstetricians and Gynaecologists, ces interventions sont à mettre en relation avec la pop culture et la pornographie qui offrent une image distordue du corps de la femme. L’aspect naturel et unique de chacune se trouve gommés par ces représentations.

Parmi les praticiens plastiques dont la vénalité de certains encourage les femmes à se faire opérer pour des motifs esthétiques, un vent de protestation se lève pour pointer du doigt le manque de réglementation.

D’ailleurs, l’Association des chirurgiens plastiques, reconstructeurs et esthétiques réclame une régulation centrale plus stricte et plus ferme des opérations esthétiques pour aider à freiner quiconque pratique ces opérations sans nécessité et sans considération pour la patiente, notamment « les publicités qui pourraient être considérées comme persuasives et qui devraient être interdites ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté