Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le stress, je le dé-stresse !
Le stress, je le dé-stresse !
note des lecteurs
date et réactions
24 février 2010
Auteur de l'article
LC, 33 articles (Equipe de Rédaction)

LC

Equipe de Rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le stress, je le dé-stresse !

Le stress, je le dé-stresse !

S.O.S. de terriens en stress. Qui ne connaît pas le stress qui agresse et qui met en détresse ?
Le stress correspond à l’agression subie par l’organisme et à la réaction de ce dernier. Le stress exprime un état de tension, de gêne, de peur voire d’angoisse pouvant profondément perturber la santé et la vie de la personne, si cette dernière n’arrive pas à le gérer.

Et ça me stresse !

Différentes situations peuvent générer du stress. Les plus connues sont les transports et le travail.

  • Le stress Métro

Une semaine déjà que les médias nous ont parlé de l'étude réalisée par le cabinet d'expertise Technologia pour tester le stress dans les transports. Et depuis...le temps passé dans les transports : toujours le même, les conditions de promiscuité, d'odeurs et de bruits (grâce à la révolution du numérique) : toujours les mêmes et la fatigue, la peur de ne pas arriver à l'heure : toujours au rendez-vous !

  • Le stress Boulot

Cet automne, le ministère du travail a lancé une enquête sur le stress au travail. Et depuis une semaine, il est question de listes rouges circulant sur le net. Le stress au travail est l’un des principaux problèmes de santé au travail. Il est question de stress lorsque l’on n'a pas de travail ou un travail précaire. Une étude de l'Institut de veille sanitaire publiée mardi 23 février 2010 dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire met en évidence le lien entre des symptômes dépressifs et un travail à temps partiel subi plutôt que choisi. Mais le stress apparaît aussi lorsqu’il y a trop de travail, avec des résultats à atteindre et des délais à respecter et des objectifs à tenir et.... L’INRS, l’Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles parle de stress au travail «  quand une personne ressent un déséquilibre entre ce qu’on lui demande de faire dans le cadre professionnel et les ressources dont elle dispose pour y répondre. ».

Le visage du stress

Cette pression sans relâche est la cause de nombreux maux. Le stress a de nombreuses victimes : la première c'est vous, mais également votre entourage.

  • Jean qui rit, Jean qui pleure

On devient une boule de nerfs. Bien ou mal, tout est amplifié, ce qui explique que l’on passe facilement d’un état d’excitation à un état de grande tristesse.

  • Stress : Métro, Boulot, mais pas Dodo

Les troubles du sommeil se répètent de plus en plus, altérant bonne humeur et énergie.

  • Grippe du cerveau

Sous pression, les neurones se fatiguent. Le manque de sommeil n’arrange pas la situation. On a du mal à se concentrer, on oublie et on peut faire des erreurs.

  • Rébellion du corps

Le corps se révolte. On parle de spasmophilie. On ressent des palpitations, on a des sueurs inhabituelles, des troubles de la respiration, de la digestion, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des maux de tête, des coliques. L’appétit s’en va ou au contraire s’accroît.

  • "J'me sens pas belle " / "J'me sens pas beau"

Autre conséquence du stress, et non des moindres ! On se lève le matin avec une mine de papier mâché, parce qu'on n'a pas dormi de la nuit. Par ailleurs le stress augmente le niveau de cortisol favorisant la libération de l'huile par la peau. La peau est fragilisée, elle ne joue plus son rôle de barrière, c'est pourquoi des problèmes d'acné vont apparaître. Les ongles vont devenir cassants de même que vos cheveux. Selon l'American Academy of Dermatology (AAD) le stress peut aggraver le psoriasis et la rosacée. 

  • Le stress, c'est contagieux

Et votre entourage dans tout ce stress ? Dans le Daily Mail du 21 janvier 2010, il est question du stress que les parents amènent à la maison, et qui va contaminer leurs enfants. Les parents déçus, stressés peuvent engendrer la désillusion chez leurs enfants et être responsables au final de leur désintérêt pour les études. Par empathie les enfants ressentent la fatigue, la tension des adultes. Et surtout ils sont victimes de l'épuisement de leurs parents, qui n'ont plus de temps et assez d'énergie à leur consacrer. Alors que pour le bon équilibre de tous les membres de la famille, ils devraient les écouter, leur parler et échanger avec eux. Après vous, ce sont donc vos proches, vos enfants qui sont touchés par le stress.

Et inutile de vous précipiter sur le café, le tabac, l'alcool, les somnifères, ou les anxiolytiques… ce sont de faux amis. Vous pouvez consulter pour apprendre à gérer ce stress, mais il y a déjà des habitudes, des comportements qui sont à adopter pour terrasser cet ennemi intime qui vous pompe votre énergie, votre joie de vivre et vous gâche la vie.

Le stress, je lui tords le cou

Le stress est une réaction normale et bénéfique activant notre capacité d'adaptation et notre système immunitaire en situation de problème, danger ressenti. Alors que certaines personnes vont être déstabilisées et ressentir les effets indésirables physiques, émotionnels, psychologiques et comportementaux décrits auparavant, d'autres vont réussir à gérer leur stress en évacuant la tension.
Voici quelques-unes de leurs méthodes.

  • Bien dans ma tête, bien dans mon corps

L'objectif est de retrouver la sérénité et l'équilibre en prenant aussi bien soin de son corps que de son mental. Je dorlote donc mon corps et mon esprit

  • Je fais du sport

Vous êtes fatigué(e), épuisé(e), déprimé(e)...et pourtant si vous voulez retrouver du tonus, il faut bouger. Faites de l'exercice (marche, jogging, vélo, natation...). Les exercices physiques libèrent des endorphines qui déclenchent la sensation de bien-être, et permettent d'améliorer la coordination et la concentration. 30 minutes par jour d'exercice physique à un rythme soutenu augmente la production d'endorphines jusqu'à 5 fois la quantité normale. Et pour les vrais réfractaires au sport, sachez que les endorphines sont également libérées naturellement après un orgasme, ce qui explique la détente, la relaxation et même l'envie de dormir que l'on ressent après un acte sexuel.

  • Je pense à moi

La formule est paradoxale : pour être généreux, il faut savoir être égoïste. Si vous voulez être disponible pour les autres, accordez-vous dans votre planning du temps pour vous. Allez chez le coiffeur, chez l'esthéticienne, faites des courses, allez au cinéma, écoutez de la musique, bouquinez et profitez ainsi de ces parcours interminables en transports en commun. L'objectif est de vous faire plaisir, alors à vous de trouver votre activité favorite : lecture, jardinage, peinture.... Le cerveau travaille même lorsqu'il est à l'arrêt.

  • Je change de système de valeurs : « ou » plutôt que « et »

Très souvent le stress vient de notre insatisfaction. On n'est pas content parce que l'on n'a pas terminé un travail, on n'a pas fait tout ce que l'on voulait faire,....
Apprenez à faire des choix, à sélectionner et ne faire que les tâches prioritaires. Savoir dire « non », transformer le « et » en « ou ceci ou cela » vous apportera un confort dans votre organisation. On laisse le travail au travail et on favorise avant de se coucher les activités relaxantes.

  • Le perfection n'existe pas

La perfection n'existe pas, ni pour vous, ni pour les autres. Alors ne la cherchez pas. Celui qui veut la perfection, ne fait rien.

  • La bouteille à moitié pleine plutôt qu'à moitié vide

On a tous envie de dire « emmenez-moi au pays de mes rêves ». Mais très souvent la réalité l'est déjà, sauf que l'on ne s'en aperçoit pas. Le simple fait de pouvoir marcher, courir, respirer, déguster un plat, rencontrer des amis...c'est le pays des merveilles, la vie. Apprendre à relativiser, à prendre de la distance et à apprécier ces petits moments de bonheur apporte également beaucoup de bien-être.

  • Mon stress, mon coach de vie

Au final, la durée des transports, la difficulté du travail sont bien toujours là. Mais ça ne dépend le plus souvent que de nous de les reconsidérer pour les intégrer dans notre pays des merveilles. Ainsi la marche du matin pour aller prendre le bus ou la course dans les escaliers, il ne tient qu'à vous de les transformer en pratiques sportives. Et les petites difficultés dans le travail, profitez-en pour apprendre, changer et arriver à les maîtriser.

Conclusion : à chacun de faire de son stress son coach de vie.
Le stress, j'en fais mon affaire, élémentaire mon cher Watson !


Crédit photo : dietmaroc.over-blog

L.C Journaliste pour CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Stress Cortisol