Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le jogging rendrait plus intelligent
Le jogging rendrait plus intelligent
note des lecteurs
date et réactions
21 juin 2013
Auteur de l'article
Jean-Yves Dionne, 44 articles (Expert-conseil)

Jean-Yves Dionne

Expert-conseil
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
44
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le jogging rendrait plus intelligent

Le jogging rendrait plus intelligent

Jogging et intelligence. Curieuse association, n’est-ce pas ?

Il semble pourtant que le jogging entraine une activation de certaines régions du cerveau. Des chercheurs ont évalué, dans divers protocoles et à l’aide d’appareils différents, l’activité du cerveau chez des coureurs réguliers. Par exemple, à l’aide d’une imagerie sophistiquée nommée tomographie par émission de positons (TEP), Tashiro et ses collaborateurs ont pu constaté que, durant le jogging, certaines régions spécifiques « s’allument ». Ces régions sont associées à la motricité et à l’intégration des diverses sensations. Ainsi, le jogging améliorerait l’intégration des stimulus sensoriels.(1)

Dans une seconde étude, les chercheurs ont noté que le jogging améliore la performance d’une autre partie du cerveau associée à la prise de décision et à la mémoire de travail spatiale.(2)

D’autres chercheurs ont évalué le potentiel électrique nommé P300 (http://fr.wikipedia.org/wiki/P300 ou http://en.wikipedia.org/wiki/P300_(neuroscience) qui est associé aux processus cognitifs ou, si vous préférez, aux processus d’apprentissage. Chez des joggeurs entrainés, ce potentiel a été mesuré avant et après 30 minutes de jogging. Le P300 a augmenté significativement après l’exercice, comparativement aux mesures prises avant.(3)

Vous vous demandez probablement si ces effets sur le cerveau sont associés spécifiquement au jogging ou si l’exercice en général est aussi bénéfique. Selon une autre étude, il semble que ces effets soient surtout fonction de l’intensité et de la fréquence de l’activité physique. En effet, les chercheurs ont noté que les personnes qui pratiquent régulièrement plus de 5 heures d’activité physique aérobique par semaine ont un P300 plus ample que celles qui en font moins.(4)

Alors, je ne sais pas pour vous, mais moi, je m’en vais courir dehors !

Santé !

- See more at : http://www.jydionne.com/le-jogging-...

Jogging et intelligence. Curieuse association, n’est-ce pas ? - See more at : http://www.jydionne.com/le-jogging-...

Il semble pourtant que le jogging entraîne une activation de certaines régions du cerveau. Des chercheurs ont évalué, dans divers protocoles et à l’aide d’appareils différents, l’activité du cerveau chez des coureurs réguliers. Par exemple, à l’aide d’une imagerie sophistiquée nommée tomographie par émission de positons (TEP), Tashiro et ses collaborateurs ont pu constaté que, durant le jogging, certaines régions spécifiques « s’allument ». Ces régions sont associées à la motricité et à l’intégration des diverses sensations. Ainsi, le jogging améliorerait l’intégration des stimulus sensoriels.(1)

Dans une seconde étude, les chercheurs ont noté que le jogging améliore la performance d’une autre partie du cerveau associée à la prise de décision et à la mémoire de travail spatiale.(2)

D’autres chercheurs ont évalué le potentiel électrique nommé P300 (http://fr.wikipedia.org/wiki/P300 ou http://en.wikipedia.org/wiki/P300_(...) qui est associé aux processus cognitifs ou, si vous préférez, aux processus d’apprentissage. Chez des joggeurs entrainés, ce potentiel a été mesuré avant et après 30 minutes de jogging. Le P300 a augmenté significativement après l’exercice, comparativement aux mesures prises avant.(3)

Vous vous demandez probablement si ces effets sur le cerveau sont associés spécifiquement au jogging ou si l’exercice en général est aussi bénéfique. Selon une autre étude, il semble que ces effets soient surtout fonction de l’intensité et de la fréquence de l’activité physique. En effet, les chercheurs ont noté que les personnes qui pratiquent régulièrement plus de 5 heures d’activité physique aérobique par semaine ont un P300 plus ample que celles qui en font moins.(4)

Alors, je ne sais pas pour vous, mais moi, je m’en vais courir dehors !

Santé !
 

Jean-Yves Dionne, Pharmacien, expert conseil en produits de santé naturels www.jydionne.com Franchement Santé

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Jogging Intelligence