Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La chirurgie de l’hypertrophie mammaire
La chirurgie de l'hypertrophie mammaire
note des lecteurs
date et réactions
16 juin 2014
Auteur de l'article
DrDavid, 2 articles (Rédacteur)

DrDavid

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

La chirurgie de l’hypertrophie mammaire

La chirurgie de l'hypertrophie mammaire

En cas d'hypertrophie mammaire, une chirurgie de réduction mammaire peut-être envisagée.

En chirurgie esthétique des seins, le cas le plus rencontré est l'augmentation mammaire. Le cas contraire se présente pourtant. L'hypertrophie mammaire est un volume des seins trop important en comparaison avec la morphologie de la patiente. Les seins hypertrophiques sont, en général, affaissés et parfois asymétriques. Le coupable ? Elle peut apparaître suite à une grossesse ou due au processus naturel de vieillissement. L'hypertrophie mammaire peut être très handicapante (problèmes fonctionnels mais aussi gêne psychologique). C'est pour cette raison que son traitement par chirurgie peut être pris en charge par la sécurité sociale.
 

La chirurgie, solution contre l'hypertrophie mammaire

Le but recherché par l'intervention chirurgicale est de redonner aux seins un aspect ferme et naturel, plus conforme à la morphologie de la patiente tout en prenant en compte les désirs de cette dernière. Le principe de la réduction mammaire repose sur l'ablation de l'excès de tissu glandulaire et la remontée les seins. Pour cela, trois incisions sont faites sur le sein : une incision horizontale au niveau du contour inférieur du sein (la base du sein), une incision verticale partant de la base pour aboutir à l'auréole et une dernière incision en forme de cercle autour l'auréole. La chirurgie de réduction mammaire peut se faire dès la fin de la puberté (au delà de 16 ans). Après sa réalisation, il n'y a aucun risque à tomber enceinte ou à allaiter, même s'il faut attendre six mois après l'intervention.
 

La préparation de l'intervention

La procédure classique de préparation d'une chirurgie est suivie. Ainsi, un bilan préopératoire est réalisé et une consultation avec l'anesthésiste est organisée 48 heures avant l'opération. En plus de cette procédure, une radiographie des seins est faite. Pour les fumeuses, les médecins conseillent fortement d'arrêter le tabac un mois au moins avant l'intervention mais aussi pendant un mois après. En effet, le tabac ralentit la cicatrisation. Recommandation classique : aucun médicament contenant de l'aspirine ne doit être pris dans les dix jours précédant la chirurgie.
 

Le déroulement de l'intervention

La chirurgie de réduction mammaire nécessite une hospitalisation qui, toutefois, n'excède pas 3 jours. L'intervention commence par une anesthésie générale pour endormir la patiente. La durée de l'intervention dépend beaucoup de l'importance de l'hypertrophie mais on peut la situer entre deux et quatre heures. L'opération se conclut par la pose d'un soutien-gorge, qui est, en fait, un pansement modelant. Les douleurs sont légères après l’intervention même si la patiente doit prendre des antalgiques. On note l'apparition d'ecchymoses sur les seins. Après la sortie, un soutien-gorge est mis en place et il devra être porté en permanence pendant un mois. On peut espérer une guérison totale au bout de deux mois.
 

Le résultat

La qualité du résultat ne peut se juger qu'un an après la chirurgie. Durant cette première année des consultations de surveillance sont effectuées tous les trois à six mois. La réduction mammaire a un retentissement sur l'état de santé général de la patiente, réduisant du coup son poids et lui permettant de mieux s'adonner au sport. Elle a aussi un effet psychologique. La principale insatisfaction concernant cette chirurgie pourrait venir des cicatrices, qui, normalement, devraient s'atténuer avec le temps.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté