Accueil du site
> Forme & Beauté > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Colorations chimiques : des risques bien réels !
Colorations chimiques : des risques bien réels !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 mars 2010
Auteur de l'article
A.C., 22 articles (Journaliste)

A.C.

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
22
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Colorations chimiques : des risques bien réels !

Colorations chimiques : des risques bien réels !

Les colorations chimiques, contenant du PPD (paraphénylènediamine) constitue un véritable danger pour les consommatrices.

La coloration est un des gestes de beauté les plus répandus, en effet près de 60% des femmes de plus de 18 ans y ont recours... Pourtant, elle n'est pas sans risque pour la santé, un de ses constituants le paraphénylènediamine (ou PPD) serait à l'origine de nombreux problèmes allant de la simple irritation au cancer.

Les différents types de colorations chimiques

Elles sont divisées en trois catégories selon leur durée et leur mode d'action sur le cheveu : permanentes, semi-permanentes et temporaires.

1. Les colorations permanentes

Les colorations de type permanentes sont généralement utilisées pour couvrir intégralement les cheveux blancs. Elles présentent l'avantage de ne pas filer shampooings après shampooings. Elles agissent grâce à un procédé chimique appelé oxydation, obtenu en mélangeant ammoniaque et eau oxygénée. Lorsque ce mélange est appliqué sur la chevelure, il a pour effet d'écarter les écailles du cheveu et de faciliter ainsi la pénétration de la couleur en profondeur. Cette pratique est utilisée dans la plupart des salons de coiffure et dans certains produits vendus dans le commerce.

2. Les colorations semi-permanentes

Cette catégorie de colorations chimiques s'avèrent nettement moins agressive pour le cheveu que la précédente. En effet, la couleur ne fait que se déposer sur les écailles du cheveu sans avoir recours à l'oxydation. Elle s'estompe un peu plus à chaque lavage. Elle est majoritairement utilisée pour ajouter des reflets dans la chevelure ou légèrement modifier la couleur d'origine. Elle reste également efficace contre les signes du temps puisqu'elle couvre à plus de 50 % les cheveux blancs.

3. Les colorations temporaires

Ces dernières sont considérées comme le moyen le plus inoffensif de raviver l'éclat d'une couleur ou d'apporter une touche de fantaisie à votre coiffure. Il s'agit le plus souvent de lotions de coiffage fabriquées à partir de composés de synthèse (provenant généralement de l'industrie textile)qui réagissent à la lumière pour apporter les reflets désirés.

Les dangers des colorations chimiques

Sur la question, les études s'enchaînent et ne se ressemblent pas ! Les scientifiques n'arrivent toujours pas à se mettre d'accord sur les possibles effets des colorations.

1. Cancer

L'étude qui a lancé la controverse est parue le 15 février 2001 dans les colonnes de l'"International Journal of Cancer". Elle mettait en évidence la relation entre cancer de la vessie chez les femmes et nombre de colorations par mois. Sur 1574 patientes traitées, 879 d'entre elles se teignaient les cheveux au moins une fois par mois, d'où la conclusion de l'étude selon laquelle les femmes ayant recours à la coloration permanente serait deux fois plus exposées au risque d'attraper un cancer de la vessie que les autres.

2. Allergies

Si la responsabilité des colorations chimiques dans l'apparition de cancers n'a pas encore été complètement démontrée, il reste évident que les composants de ces teintures sont dangereux. Le premier à être mis en cause ? Le PPD (paraphénylènediamine) qui provoque de violentes réactions allergiques.

Le Groupement d’Etude et de Recherche en Dermato-Allergologies (GERDA) a émis un rapport inquiétant à ce sujet lors de son congrès annuel en octobre 2008 : 30% des utilisatrices de colorations chimiques sont allergiques à au moins un composé et 80% d’entre elles, à trois composés. L'allergène numéro un était le PPD. Et les allergies mentionnées n'ont rien à voir avec quelques rougeurs passagères, certaines femmes auraient été "scalpées par brûlures chimiques" comme l'explique le Dr Le Coz dans son rapport « Les intolérances aux teintures capillaires et leur mise au point allergologique ».

3. Gêne respiratoire et asthme

Toujours selon le Dr Le Coz, les produits chimiques contenus dans les colorations entraînent rapidement, en moins d'une heure, de graves troubles respiratoires pouvant causer la mort s'ils ne sont pas traités à temps.

Rappelons enfin que le PPD est interdit dans les cosmétiques qui sont directement en contact avec la peau et qu'il est seulement autorisé dans les produits capillaires à hauteur de 6%.

L'émergence de la coloration végétale

Les consommatrices réticentes à l'utilisation de produits agressifs se tournent de plus en plus vers les produits bios. De nombreuses marques s'engagent à proposer des colorations naturelles, respectueuses de l'environnement, à l'instar de Terre de couleur. Cependant, les produits naturels comportent également un risque d'allergie notable chez certains sujets...

Faut-il arrêter de se teindre les cheveux ? Bien sûr que non, mais il est peut-être préférable d'appliquer un principe de précaution et de toujours tester le produit en petite quantité avant de l'utiliser sur sa tête.

SOURCES

  • http://www.femininbio.com/beaute/cheveux/colorations-chimiques-attention-danger.html

    http://www.lamaisonbio.com/les-colorations-capilaires-chimiques-quest-ce-quon-risque

    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/cheveux/loupe_coloration.html

    http://www.bio-info.be/pages/popupexpression/Gare_aux_colorations.htm
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté