Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Augmentation mammaire et risques : quelle technique privilégier ?
Augmentation mammaire et risques : quelle technique privilégier ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 février 2013
Auteur de l'article
Docteur Séchaud, 4 articles (Chirurgien plasticien, Paris)

Docteur Séchaud

Chirurgien plasticien, Paris
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

Augmentation mammaire et risques : quelle technique privilégier ?

Augmentation mammaire et risques : quelle technique privilégier ?

L’augmentation mammaire par implants mammaires repose sur différentes techniques qui se différencient par 3 types d’incisions possibles et différentes au niveau du sein de la patiente, nécessaires pour introduire la prothèse :

  1. Incision (trans) axillaire : cicatrice dans le creux de l’aisselle du bras
  2. Incision (peri) aréolaire : cicatrice localisée dans l’aréole du sein (mamelon)
  3. Incision sous-mammaire : la cicatrice dans le sillon sous-mammaire (pli inférieur de la poitrine)

implants mammaires - transaxillaire, aérolaire et sous-mammaire

Le choix de l’incision pour placer la prothèse anatomique pour ne doit pas être uniquement guidé par le choix de la localisation de la cicatrice mais aussi par des objectifs de résultat naturel et de sécurité de l'opération, notamment par rapport aux complication et risques potentiels qui pouvant se produire après une augmentation mammaire.

Depuis plus de cinq ans, 80% des cas d'une chirurgie d'augmentations mammaires que je réalise par pose d’implants (prothèses) mammaires anatomiques se fait par la voie sous-mammaire. En effet, cette technique présente l’avantage

  • Du point de vue technique, d’obtenir un résultat plus naturel ainsi que de limiter les risque augmentations mammaires ratée en comparaison des 2 autres techniques – car plus précise
  • Du point de vue sanitaire et des suites opératoire : coque mammaire, douleurs et risques d’infection minimisés

Ce retour d’expérience personnel et éprouvé, en tant que chirurgien esthétique pratiquant régulièrement des opérations d’augmentation du volume des seins, vient d’ailleurs d’être confirmée par une étude américaine récente qui compare les taux de complications suite à la pose de prothèses mammaires par les voies axillaire, aréolaire et sous-mammaire.
Elle conclue sur une diminution considérable du pourcentage de « coques », d’hématomes et d’infections post-opératoires par la technique sous-mammaire.


>> Lire l’article complet du Dr Séchaud sur la diminution des risques de l’augmentation mammaire par la technique sous-mammaire

Docteur Jean-Louis Séchaud Chirurgien Plasticien à Paris
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté