Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Activer les défenses naturelles
Activer les défenses naturelles
note des lecteurs
date et réactions
3 novembre 2015
Auteur de l'article
Votre santé par la nature, 47 articles (Naturopathe)

Votre santé par la nature

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
47
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Activer les défenses naturelles

Activer les défenses naturelles

En bref, la santé naturelle, c’est la santé de nos mitochondries. Et voilà le hic, car nos mitochondries sont au nombre de dix millions de milliards. Or, si chacune produit ce que nous attendons tous, l’ATP, l’adénosine triphosphate, l’énergie, elles produisent toutes également.des milliers de radicaux libres. Le calcul n’est pas facile à faire, il faut multiplier dix millions de milliards par 1000, soit un nombre pharaonique de radicaux libres qu’il faut neutraliser.

 

Une autre question se pose, comment une gélule d'antioxydants de vitamine C, E, ou autre, peut à elle seule neutraliser cette armée.

Mais là encore, la vie est bien faite et notre corps est une pure merveille car c'est lui qui va produire ses propres antioxydants, à la demande. Nos cellules ont la capacité de synthétiser des enzymes antioxydantes lorsque le besoin s'en fait sentir. Un taux élevé de radicaux libres active automatiquement une protéine spécifique dans le noyau cellulaire, appelée Nrf2, dont le rôle principal est d'ouvrir la porte à la production d'antioxydants plus performants naturellement fabriqués par l'organisme et d'enzymes de détoxification.

Pour rendre le circuit performant, comment activer la production du Nrf2 ?

De récentes études ont permis d'identifier une multitude de facteurs pouvant activer la production du Nrf2 pour stimuler des gènes capables de produire de puissants antioxydants et des enzymes de détoxification. Le dr LING GAO, de l'université Vanderbilt (Nashville, Tennessee) a découvert que, lorsque les acides gras oméga-3 EPA et DHA (poissons gras) sont oxydés, la production de Nrf2 est activée. Comme le dit le dr : "Nos travaux confirment l'hypothèse selon laquelle la formation de composés dus à l'oxydation de l'EPA et DHA in vivo peut atteindre des concentrations suffisantes pour stimuler la production de Nrf2 et activer les mécanismes de détoxification.

Là encore, la restriction calorique favorise également l'activation du Nrf2. Lorsqu'on donne à des animaux de labo une alimentation pauvre en calories, d'une part, ils vivent plus longtemps (protection par les antioxydants) et d'autre part, ils résistent mieux au développement de plusieurs types de cancer. Jeûne et jeûne intermittent entrent donc dans ce cadre de stimulation de la production de Nrf2.

Plusieurs autres composés naturels activent également la production du Nrf2 et donc la lutte contre l'oxydation. Parmi eux, nous trouvons la curcumine naturellement présente dans le curcuma, l'extrait de thé vert, la silymarine (extraite du chardon Marie), l'extrait de bacopa, le DHA, le sulforaphane(présent dans le brocoli), et l'ashvagandha,. Chacune de ces substances stimule la production d'antioxydants dans l'organisme, notamment le Glutathion (le roi des antioxydants). Et pour les accros au café, rassurez-vous, il compte parmi les produits qui activent le plus la production de Nrf2. Quelques substances à ne surtout pas négliger : l'huile de noix de coco (TCM), super carburant, réduit l'inflammation, l'acide alpha-lipoïque, puissant anti-oxydant, serait bénéfique contre les séquelles d'AVC, et la vitamine D qui protège les neurones contre les radicaux libres et diminue l'inflammation.

Cette activation du Nrf2 stimule la synthèse de différentes substances chimiques qui protègent l'organisme, favorisent la détoxification et réduisent l'inflammation.

Donc en résumé pour activer les défenses de l'organisme : Le jeûne, le jeûne intermittent, l'alimentation peu glucidique, la restriction calorique, l'activité physique, le sommeil, et les substances que nous venons de voir.

Pour en revenir à nos mitochondries, car ce sont elles qui régulent nos performances et notre énergie et en particulier celle de notre cerveau, le must pour les aider, c'est le jeûne. Il ne faut pas oublier que notre cerveau ne représente que 2,5% de notre poids total, mais il consomme par contre 22% de l'énergie totale dépensée par l'organisme. Le dr Perlmutter signale que le cerveau humain consomme environ 350% d'énergie supplémentaire par rapport à celui des autres anthropoïdes, notamment des gorilles, des orangs-outans et des chimpanzés.

Lorsque la nourriture vient à manquer, le corps humain a l'étonnante capacité de convertir les lipides en énergie. La graisse est dégradée en corps cétoniques, notamment en bêta-hydroxybutyrate, une substance utilisée par le cerveau lors d'une carence en glucose. Ce mécanisme est un argument irréfutable lorsqu'on évoque les bienfaits du jeûne en général et du jeûne intermittent. En fait, lors de périodes de privation, le cerveau est encore mieux nourri, ce qui est assez incroyable. Lorsqu'il y a pénurie de nourriture, au bout de 3 jours environ, le foie commence à utiliser les graisses stockées dans le corps pour fabriquer des substances cétoniques. Le bêta-hydroxybutyrate (le principal corps cétonique) devient alors une source d'énergie essentielle pour le cerveau et nos facultés cognitives ne sont pas seulement conservées, mais aussi dynamisées. Car ce bêta-hydroxybutyrate est une super source d'énergie capable de produire plus d'adénosine triphosphate (ATP) que le glucose. Il protège les neurones contre les maladies d'Alzheimer et de Parkinson. Ceux qui ont jeûné ont pu s'en rendre compte. Lorsque l'on jeûne, la puissance du mental est phénoménale, l'esprit créatif, l'imagination, la clarté, les sens, tout est sublimé.

Le jeûne ou la restriction calorique active donc le Nrf2 qui aide à la détoxification et à une diminution de l'inflammation (antioxydants).

Lorsque ces substances cétoniques sont métabolisées par le cerveau pour être utilisées comme énergie, le processus de mort cellulaire programmée (apoptose) est amoindri, alors que les gènes des mitochondries sont activés, ce qui se traduit par une réplication mitochondriale. En clair, le jeûne favorise la production d'énergie, protège le cerveau et le rend plus performant et nous garde donc en bonne santé.

Le rappel ne serait pas complet si nous ne mettions pas à l'honneur notreintestin grêle. Vous qui suivez ce blog vous savez depuis longtemps l'importance qu'il a sur notre santé. C'est là que tout se crée, tout se transforme, pour nous apporter tous les éléments nécessaires à une santé optimale. Vous savez aussi que notre ventre est notre deuxième cerveau. Exemple, vous avez du stress et aussitôt vous avez la diarrhée. Donc nécessité de purifier ce milieu (jeûne, jeûne intermittent, monodiète, alimentation sans glucides, probiotiques, prébiotiques). Notre cerveau ne sera en bonne santé que si l'intestin grêle l'est.

Source : "Ces glucides qui menacent notre cerveau de dr David Perlmutter" Editions Marabout


Retrouvez tous mes articles sur mon blog : Votre santé par la nature

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Forme & Beauté
Mots-clés :
Vitamine D Calories Jeûne