Accueil du site
> Dossiers > La pilule en question
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une femme porte plainte contre Bayer pour sa pilule contraceptive
Une femme porte plainte contre Bayer pour sa pilule contraceptive
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 décembre 2012
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une femme porte plainte contre Bayer pour sa pilule contraceptive

Une femme porte plainte contre Bayer pour sa pilule contraceptive

Une jeune femme âgée de 25 ans, Marion Larat, a porté plainte le 14 décembre contre le groupe pharmaceutique Bayer, l’accusant d’être à l’origine de l’accident vasculaire cérébral (AVC) qui l’a frappée en 2006. Selon la plaignante, c’est la pilule de troisième génération proposée par le groupe qui est la cause de l’AVC, qui l’a rendue handicapée. L’action en justice est une première en France, même si Bayer a déjà essuyé des procédures similaires aux Etats-Unis.

Une jeune femme brune du nom de Marion Larat a porté plainte contre le directeur général de Bayer Santé pour "atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine". En cause, la pilule de troisième génération commercialisée par la groupe qui, selon les dires de la plaignante, est à l’origine du handicap à 65% dont elle est victime depuis son AVC le 13 juin 2006, et qui l’a plongé dans le coma. La plainte, déposée au parquet de Bobigny le 14 décembre, vise non seulement Bayer mais aussi l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui, aux dires des avocats, et plus précisément de Me Jean-Christophe Coubris, « n’a pas demandé le retrait de la pilule en question du marché, malgré le principe de précaution ».
 
André Larat, le père de la victime, s’est entretenu avec des journalistes pour apporter son point de vue : « Cette pilule ne sert strictement à rien, et elle est dangereuse. Il faudra qu’on nous explique un jour pourquoi elle a été remboursée. Ma fille a fait son AVC seulement trois mois après avoir commencé à prendre la pilule. Elle est certes sauvée, mais elle souffre depuis de nombreuses séquelles, dont des troubles du langage et de la mémoire. Elle est fatigable au dernier degré et développe des crampes ».

Toujours selon l’intéressé, « le comble est qu’il n’a jamais été proposé à Marion un dépistage de facteur de coagulation avant la prise de la pilule. Même la demande d’antécédents familiaux n’a pas été faite ». Jean-Christophe Coubris ajoute pour sa part que « les pilules de troisième génération ne sont pas seulement dangereuses, elles ont aussi moins d’efficacité que les autres ». Même si Marisol Touraine a annoncé cette année la fin du remboursement par la Sécurité sociale des pilules contraceptives de troisième génération (qui prendra effet le 30 septembre 2013), nombreuses sont les personnes qui se demandent pourquoi cette pilule n’a pas été retirée du marché. Aux Etats-Unis, Bayer doit faire face à 13 500 plaintes, déposées dans le cadre de la pilule YAZ, que le laboratoire commercialise.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté