Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un enfant de plus en plus tard
Un enfant de plus en plus tard
note des lecteurs
date et réactions
13 mai 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Un enfant de plus en plus tard

Un enfant de plus en plus tard

30 ans : c’est l’âge moyen de la première grossesse en France aujourd’hui. Loin d’être un phénomène nouveau, une étude de l’INED révèle pourtant que cet âge record n’avait jamais été atteint depuis un siècle, si l’on excepte la première guerre mondiale. Selon l’INSEE, les parisiennes seraient même les championnes de l’Hexagone puisqu’elles mettent au monde leur premier bébé à 31 ans et 4 mois en moyenne.

En 1970, les françaises avaient un enfant à 24 ans. En 2009, cet âge moyen atteint 30 ans. Il ne cesse d’augmenter selon l’enquête de l’INED conduite par Gilles Pinson et publiée en mars dans le « Bulletin d’information scientifique » Population et société.
La France, qui compte pourtant parmi les pays les plus féconds d’Europe, joue les prolongations en matière d’âge à la maternité. Parmi les raisons invoquées, Gilles Pinson associe le « report des maternités » à l’allongement de la durée des études, la progression de l’emploi féminin et la nécessité d’avoir un emploi stable, un logement, ainsi qu’une vie de couple. Loin derrière les pays de l’est comme la Roumanie, la Pologne ou la Bulgarie avec la venue d’un premier enfant vers 26 ans, la France se situe pourtant devant les Pays-Bas, l’Italie ou l’Irlande qui atteignent une moyenne d’âge de 31 ans.
Autre disparité : celle révélée par l’INSEE en 2009 : les parisiennes mettent au monde leur premier enfant à 31 ans et 4 mois en moyenne, alors que ce chiffre est de 29 ans et 7 mois pour les provinciales. La capitale compte plus de femmes cadres supérieures (21,6 % en moyenne) avec des salaires en moyenne plus élevés et un niveau d’étude supérieur plus important qu’en province. Ces faits peuvent-ils expliquer la différence ?
Il n’en reste pas moins cette question que pose Gilles Pinson dans son étude : « Le report des maternités va-t-il se poursuivre ? ». La fécondité décline avec l’âge, c’est le message que vient de lancer le Collège national des gynécologues et obstétriciens français à travers une campagne de prévention. Trois chiffres interpellent : la fécondité à 25 ans est de 25 %. Elle passe à 12% à 35 ans puis à 6 % à 42 ans.

La rédaction CareVox

SOURCES

  • « L’âge moyen à la maternité atteint 30 ans » Population et Société – n° 465 - Gilles Pinson – Mars 2010 INSEE : Bilan démographique 2009
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par docteur vincent (IP:xxx.xx0.66.248) le 15 mai 2010 a 21H01
docteur vincent (Visiteur)

Beaucoup de mes patientes craignent que des postes intéressants leur file sous le nez, puis quand elles l’ont elles ne veulent pas être mal vue en ayant un bébé. Tout cela recule la maternité. Pour moi c’est la raison principale car j’ai aussi une kyrielle de jeunes femmes entre 20 et 25 ans enceintes ou avec un bébé... ou même deux. Et cela rime avec emploi pas qualifié, et peu d’études.