Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Quelques "images" en mots sur l’ablation, la pose de la petite prothèse provisoire
Quelques "images" en mots sur l'ablation, la pose de la petite prothèse provisoire
note des lecteurs
date et réactions
10 avril 2012
Auteur de l'article
Doucediva, 7 articles (Rédacteur)

Doucediva

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
7
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Quelques "images" en mots sur l’ablation, la pose de la petite prothèse provisoire

Quelques "images" en mots sur l'ablation, la pose de la petite prothèse provisoire

COMME JE L’AI VÉCU PERSONNELLEMENT.

Aujourd’hui c’est avec un délicieux plaisir que je caresse mes seins, mon corps dans le bain, ou en m’habillant tout simplement, que je « savoure » osons les mots, ma «  poitrine reconstruite ».

Bonjour et bienvenue à ma nouvelle silhouette, Bonjour ma féminité oubliée.
C'est si doux, si rassurant, si séduisant à mes yeux, si séduisant sous la douceur de mes mains, sous la douceur des mains de l'homme de ma vie.

Et pourtant ce matin là d'août, jour de l'ablation et de la mise en place d'une petite prothèse provisoire, dans mon esprit, rien ne paraissait si évident, rien ne paraissait si éblouissant.

L'opération s'était merveilleusement bien passée. Je sortais petit à petit de mon sommeil en milieu d'après-midi, « enrubannée » dans un « plastron » de bandages, tel un paquet cadeau d'anniversaire.
Quel emballage de cadeau étrange !!!

L'anesthésie avait fait des miracles, je n'étais ni malade, ni incommodée. C'était agréable.

Hormis les douleurs normales, dues aux postures, mon corps ne me faisait pas souffrir. Mes seins « dormaient », tranquillement cachés pour l'instant.
Allongée dans mon lit sans bouger, je me sentais bien.
Rapidement, je me surpris le jour suivant à me débrouiller pour me doucher, à me mouvoir ensuite tous les jours un peu plus.

Au final, mon buste ne présentait aucun hématome. En plus de la compétence de mon chirurgien, certainement les doses d'arnica que j'avais prises avant et après l'opération avaient elles aidé....

Bien entendu, mon corps n'était pas réparé. La prothèse était petite, provisoire. Je ne pouvais l'oublier. Le miroir de la salle de bain, me le rappelait. Je ne devais pas perdre de vue, qu'il m'était donnée de faire une reconstruction dans l'année qui suivait si tout se passait bien.
Et pourquoi tout ne se passerait il pas bien ??????
Je n'en doutais point.

Le parcours de ces jours qui allaient venir, n'était physiquement pas facile. Mais d'autres gens malades connaissaient des « galères » bien pires, des femmes avaient subi l'ablation sans possibilité de reconstruction je ne l'oubliais pas. J'essayais encore et encore de me résonner, de relativiser. C'était en attendant, une étape supplémentaire de « franchie ». J'avançais, nous avancions !

Pourtant, tout ce temps, je ne cessais dans la rue, dans la vie, de poser mes yeux sur les décolletés, sur les seins des femmes en les enviant, en les jalousant, défauts absents de mon caractère habituellement. Un peu de patience.......encore...
Le plus dur était derrière moi, derrière nous.... ! Je dis souvent, "Nous", car le cancer du sein et ses suites, sont bien évidemment liés à l'intimité la plus secrète, la plus complice du couple et se vivent à 2.

J'entamais dans la foulée un traitement du Tamoxifène sur plusieurs années. La liste des effets secondaires étaient effrayantes, mais pour mon "confort", je les ignorais volontairement dans ma tête.

Je reprenais le travail pour occuper mon esprit 2 mois après.

J'eus la chance dans mes derniers jours de congés avant la reprise d'accompagner l'Homme de ma Vie en Afrique pendant 2 semaines pour un déplacement. C'était une première pour moi. Je n'avais jamais passé la "barre" de l'Equateur....
Je fus chouchoutée par mon Amoureux et par tous. Je rencontrai même les pygmées au fin fond de la jungle au Congo, sur les bord du fleuve de la Sangha, les arbres majestueux dans le sentier botanique, la culture africaine, les marchés, la nourriture etc......

Quel beau voyage après un si lourd périple, quelle belle THERAPIE. Je revins requinquée pour reprendre mon rythme de travail normal en bonne forme enfin..... presque... physiquement !

Le regard de bons nombres de mes collègues se posaient sur mes seins.....par curiosité !!!!! J'en étais gênée....pour l'instant !
Je me rattraperais lors de la reconstruction finale !!!

"Nous tendons nos mains vers vous, pour guérir vos seins, de tous les maux malins" DouceDiva www.doucediva.skyrock.com

SOURCES

  • www.doucediva.skyrock.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sein Témoignage Prothèse