Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Prothèses PIP : Un médecin et une clinique condamnés en Espagne
Prothèses PIP : Un médecin et une clinique condamnés en Espagne
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 février 2012
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Prothèses PIP : Un médecin et une clinique condamnés en Espagne

Prothèses PIP : Un médecin et une clinique condamnés en Espagne

La justice espagnole a condamné le 16 janvier dernier un chirurgien esthétique et une clinique privée à indemniser une patiente dont l’un des implants mammaires, provenant de la société PIP, s’est rompu, pour défaut d’information sur les risques.

Alors que le scandale des implants défectueux de la société varoise Poly Implant Prothèse bat encore de tous ses feux, une première a eu lieu en Espagne. La nouvelle a été communiquée le 7 février dernier, mais les faits remontent au 16 janvier. Ce jour là, le tribunal de Madrid a condamné un chirurgien esthétique du nom de Tomas Linares et une clinique privée, le centre madrilène Menorca , à verser des dommages et intérêts à une patiente qui s’était fait poser en avril 2001 des implants siglés PIP. L’un d’eux s’était rompu sept ans plus tard, en mars 2008. Le médecin et la clinique, qui se sont vus reprochés « un manque au devoir d’information sur les risques », se voient ainsi contraints de verser la somme de 7455 euros à la porteuse des implants défectueux.

Selon le tribunal de Madrid, l’information communiquée par les services de la clinique Menorca à la patiente « ne faisait, en aucune manière, référence à la possibilité d’une rupture des implants, ce qui est un risque inhérent à l’opération  ». Pour rappel, le scandale des implants PIP avait gagné le monde entier fin 2011 après qu’il fut révélé qu’un nombre important de ces prothèses aient rompu. Ces dernières étaient remplies d’un gel de silicone irritant pour les tissus. Si les implants étaient fabriqués dans l’hexagone, il étaient destinés à l’exportation pour 84% d’entre eux. On estime à près de 450 000 le nombre de femmes porteuses des produits de PIP dans le monde. Plusieurs pays, dont la France, l’Allemagne, la Belgique ou les Pays-Bas, ont recommandé de retirer ces implants. Le fondateur de PIP, Jean-Claude Mas, a été mis en examen pour « blessures involontaires ».

Photo : Le Centre clinique Menorca, à Madrid.

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté