Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Prothèses PIP : J’ai de la peine avec Swissmedic
Prothèses PIP : J'ai de la peine avec Swissmedic
note des lecteurs
date et réactions
12 janvier 2012
Auteur de l'article
Docteur Bertrand Buchs, 17 articles (Médecin rhumatologue)

Docteur Bertrand Buchs

Médecin rhumatologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Prothèses PIP : J’ai de la peine avec Swissmedic

Prothèses PIP : J'ai de la peine avec Swissmedic

Les autorités sanitaires allemandes et néerlandaises se sont alignées sur la France, en recommandant un retrait des implants mammaires PIP, les autorités britanniques ayant pour leur part choisi de rembourser le retrait aux porteuses opérées à la suite d’un cancer du sein.

Et de l’autre côté du lac Léman ? Il n’est pas question de retrait en Suisse en raison d’une absence de données faisant état d’un "risque accru de cancer". Swissmedic (l’institut suisse des produits thérapeutiques) conseille simplement aux patientes porteuses des produits PIP d’effectuer un examen de routine tous les six mois, et de contacter leur chirurgien en cas de problème. Le docteur Bertrand Buchs, vice-président de l’Association des médecins de Genève, livre son sentiment.

Prothèse du sein PIP, il est urgent d’attendre.

A la bernoise, donc plus lent qu’à la vaudoise.

Il n’y pas le feu au lac.

On constate, on ausculte et si ça pète on remplace.

Franchement, j’ai de la peine à suivre.

On nous a fait tout « un caca nerveux » avec la grippe chochonesque.

Campagne de vaccination en urgence. Risque mortel. Et patati patata, du vent.

Et là, on laisse 200 à 300 femmes en Suisse dans l’angoisse.

Je ne suis pas gynéco ni plasticien, mais ce que je sais comme rhumato, c’est que le silicone peut poser de graves problèmes s’il se promène dans le corps.

Le risque de maladie auto-immune (le corps qui attaque ses propres constituants) est très significativement augmenté. Ces maladies s’appellent, dans ma spécialité, des collagénoses.

Le simple principe de précaution exige le remplacement.

Un point, c’est tout.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté