Accueil du site
> Dossiers > La pilule en question
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pilule de 3ème génération : nouvelle plainte
Pilule de 3ème génération : nouvelle plainte
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 janvier 2013 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Pilule de 3ème génération : nouvelle plainte

Pilule de 3ème génération : nouvelle plainte

Après Marion Larat, une jeune femme de 25 ans victime d’un accident vasculaire cérébral qui a porté plainte contre Bayer le 14 décembre dernier, a fait une adepte. C’est désormais au tour de Mylène Adam, âgée de 24 ans et victime d’une thrombophlébite le 3 juillet dernier, de poursuivre le laboratoire allemand. Dans les deux cas, c’est la pilule de 3ème génération qui est tenue pour responsable et visée.

En faisant des recherches sur Internet, Mylène Adam, une petite femme brune de 24 ans, s’est rendue compte que sa pilule contraceptive, du nom de Yaz et fabriquée par le laboratoire Bayer, avait déjà fait l’objet de 15 000 plaintes aux Etats-Unis. Pour elle, il n’y a plus de mystère. Victime le 3 juillet dernier d’une thrombophlébite cérébrale -un caillot de sang a bouché une veine dans son cerveau qui n’était plus irrigué. Bref, elle a frôlé la mort-, la jeune femme originaire des environs de Nancy écoute les avis de son neurologue et de plusieurs médecins : « C’est du à votre pilule ». Il n’en faut pas plus pour que Mylène Adam se retourne contre le laboratoire Bayer, qui commercialise la pilule, du nom de Yaz, et prescrite par son gynécologue en décembre 2011.

Elle se souvient qu’à ce moment-là « ni le pharmacien ni le médecin n’ont donné d’informations sur des risques encourus ». Une plainte a ainsi été déposée au parquet de Bobigny pour « atteinte à l’intégrité de la personne humaine ». La jeune femme indique aujourd’hui ne plus souffrir des suites de l’accident vasculaire cérébral survenu l’an dernier mais, dit-elle, elle veut « donner l’exemple et se battre pour toutes celles qui sont plus lourdement handicapées à cause d’une pilule de 3ème ou 4ème génération ». Selon son avocat, Me Jean-Christophe Coubris (qui défend également Marion Larat), il y aurait 300 dossiers de victimes à l’heure actuelle, qui pourraient déboucher prochainement sur des dizaines de plaintes.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par denz (IP:xxx.xx9.150.51) le 17 janvier 2013 a 10H52
denz (Visiteur)

Je comprends et j’admets ces plaintes des usagers, mais je trouve que les utilisatrices de la pilule sont bien "légères" et ne veulent prendre dans la pilule que ce qui les "arrange" ! En effet et malgré les recommandations/interdictions mentionnées dans la notice ou par les personnels médicaux, combien d’utilisatrices fument en prenant la pilule ??? Et pourtant ce risque cumulé est nettement plus grave et important que celui par la prise de la pilule de 3e génération ! De cela personne ne s’en émeut ...et encore moins les consommatrices ! Parce que la pilule même si elle est prescrite à des bien-portant, elle comporte comme tout médicament des contre-indication en l’occurrence sévères .....

0 vote
(IP:xxx.xx1.5.29) le 29 janvier 2013 a 16H03
 (Visiteur)

il y a deux ans j’ai été victime d’une aphasie et pendant mon hospitalisation les médecins ont diagnostiqué un AIT qui est une forme minime d’avc, ne fumant pas et étant en très bonne santé, aucune explication n’a pu être donné si ce n’est avec l’échographie cardiaque qui a révélé un ASIA anevrisme du septum interauriculaire, à l’issue de cet accident tout le corps médical a conseillé de ne plus prendre la pillule (il s’agissait de Varnoline) , aujourd’hui j’ai l’impression que les choses s’éclaircissent enfin, car même si je n’ai aucune conséquence physique , cela a entraîné chez moi bcp de stress et d’inquiétudes faute d’explication.