Accueil du site
> Femmes & Grossesses > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Obésité maternelle : les risques de malformations pour le fœtus
Obésité maternelle : les risques de malformations pour le fœtus
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er juillet 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Obésité maternelle : les risques de malformations pour le fœtus

Obésité maternelle : les risques de malformations pour le fœtus

Aux Etats-Unis, où près d’un tiers des femmes de 15 ans et plus sont obèses, une nouvelle étude de du NIH de l’Etat de New-York vient de mettre en corrélation obésité pendant la grossesse et risque de malformations cardiaques chez le nouveau-né.

Obésité maternelle et grossesse ne font pas bon ménage. On connaissait déjà les risques accrus de diabète et de surpoids pour l’enfant à naître, ainsi que les complications pour la mère : taux plus élevé de césarienne ou hypertension. 

Aux Etats-Unis, 1 femme enceinte sur 5 est obèse. Partant de ce constat, le NIH (National Institute of Health) de l’Etat de New-York, les scientifiques du NICHD (l’Institut pour la santé de l’enfant et du développement humain) et le département de Santé de l’Etat de New-York ont compilé les registres des 1,5 millions de naissances ayant eu lieu sur une période de 11 ans. Ils ont également analysé les données provenant du registre des malformations congénitales de l’Etat. Le résultat de leur étude montre que le risque de donner naissance à un enfant avec une malformation congénitale cardiaque augmente en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC). Ce dernier doit normalement être situé entre 18 et 25. Une femme est considérée en surpoids si cet indice est compris entre 25 et 29,9 et obèse si l’IMC est supérieur à 30.

Or chez les femmes obèses, le risque de malformations cardiaques augmente de 11% par rapport à celles dont l’IMC est normal. Ce risque passe à 33 % pour un IMC supérieur à 40.

Retrouver un poids normal avant de démarrer une grossesse pourrait considérablement réduire ce risque. C’est le conseil que donnent les auteurs de l’étude en guise de conclusion.

La rédaction CareVox

SOURCES

  • National Institute of health du 26 avril 2010 en ligne sur le site : www.nih.gov
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Grossesse Obésité