Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Nutrition, poids et fertilité chez la femme
Nutrition, poids et fertilité chez la femme
note des lecteurs
date et réactions
19 juin 2015
Auteur de l'article
Institut Benjamin Delessert, 16 articles (Rédacteur)

Institut Benjamin Delessert

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Nutrition, poids et fertilité chez la femme

Nutrition, poids et fertilité chez la femme

Cet article est tiré de l’intervention d’Isabelle Cédrin-Durnerin (Service de Médecine de la reproduction, Hôpital Jean Verdier, Bondy) lors de la Journée Annuelle Benjamin Delessert du 30 janvier 2015.

Le surpoids et l’obésité atteignent près d’un tiers des femmes en âge de procréer en France. Il est bien démontré que l’obésité féminine altère tant la fertilité naturelle que les résultats des traitements de l’infertilité.
Cependant cette altération est modifiable et réversible. Par ailleurs, l’obésité et la nutrition au moment de la conception peuvent avoir un effet transgénérationnel qu’il est important de connaître, tant sur la santé que la fertilité des descendants. Ainsi, il s’agit d’un problème de santé publique. La prévention de ces conditions et l’information des patientes sont primordiales.

La fertilité naturelle
Poids, nutrition et mode de vie
Le surpoids augmente le risque d’infertilité par trouble de l’ovulation avec un risque très augmenté si l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30 kg/m². Cependant, indépendamment du poids, il existe un rôle
important de la nutrition et du type de régime alimentaire : il a été montré un effet néfaste de la consommation excessive d’acide gras (fast food), de glucides à fort index glycémique (sucres, soda), et de protéines animales (viande rouge). Au contraire, le régime méditerranéen est associé à une meilleure fertilité. De même, l’activité physique et le mode de vie jouent un rôle clef dans l’amélioration des troubles de l’ovulation chez les patientes en surpoids ou obèse.

Rôle de l’histoire du poids : de la naissance à la conception
Un surpoids à n’importe quel moment de la vie de la femme peut avoir un impact sur sa fécondité naturelle. Dès la naissance, le poids est corrélé à la fertilité ultérieure, avec une fécondabilité naturelle diminuée chez les femmes ayant un petit poids à la naissance [1]. Le poids à l’adolescence et chez l’adulte jeune affecte l’âge de la première grossesse, chez l’homme comme chez la femme. Enfin, au moment de la conception, le surpoids et l’obésité diminue la fécondabilité naturelle. Cet impact est plus marqué chez les femmes nullipares [2] et si l’homme présente également une obésité [3].

Le Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
SOPK et syndrome métabolique
Bien qu’aucun élément du syndrome métabolique ne fasse partie des critères diagnostiques du SOPK, cette pathologie ovarienne est souvent considérée comme une maladie métabolique. En effet, une insulino-résistance et une obésité sont retrouvées chez une majeure partie des patientes et près de 1/3 de ces femmes ont une intolérance au glucose ou un diabète patent. Ainsi, un syndrome métabolique est présent chez 8 à 46% des patientes présentant un SOPK et doit systématiquement être recherché dans cette population.
Pour rappel, en 2005, la Fédération Internationale du Diabète (FID) a proposé une nouvelle définition associant systématiquement un tour de taille > 80 cm pour les femmes européennes à 2 des critères suivant : HTA (>130-85 mmHg) (>130-85 mmHg), Hypertriglycéridémie (>1.5 g/l), diminution du HDL cholestérol (<0.5 g/l) et/ou une glycémie à jeun > 1g/L. La mesure du tour de taille est considérée comme un élément majeur du syndrome métabolique car il reflète l’adiposité abdominale et l’insulinorésistance. Celle-ci est un facteur primordial à l’origine de l’anovulation.
Par ailleurs, non seulement l’obésité et l’insulino-résistance sont des facteurs à l’origine de l’anovulation, mais ils ont également un impact majeur sur la prise en charge du SOPK.
En effet, ce sont des facteurs de risque de :
- résistance au citrate de clomiphène
- seuil de FSH élevé
- échec de drilling
- fausses couches spontanées (multiplication par 5 du risque de FCS)
- complications de la grossesse

Prise en charge du SOPK
La prise en charge de l’obésité et de l’insulino-résistance fait partie inté-
grante du traitement de l’anovulation dans le SOPK. Ainsi, une restriction
calorique associée à un exercice physique peut permettre le rétablissement d’une ovulation spontanée.
En effet, il a été montré qu’une perte de poids de 5 à 10 % suffit pour améliorer les chances de grossesse spontanée ou induite. Par ailleurs, les modifications du style de vie au long cours sont primordiales afin de prévenir les complications à long terme du syndrome métabolique

Les résultats en assistance médicale à la procréation (AMP
Bien qu’obésité et surpoids soient associés directement à l’infertilité par le biais des troubles de l’ovulation, la majorité des patientes infertiles obèses ou en surpoids le sont pour les mêmes causes que les femmes de poids normal. L’obésité est un alors un cofacteur qu’il faut prendre en compte dans la prise en charge de l’infertilité. En effet, le surpoids et l’obésité diminuent les chances de naissance suite à un traitement d’AMP, et ce essentiellement à cause d’une augmentation importante (multiplication par 2) du risque de fausses couches spontanées [4,5]. Cependant, ils diminuent également les chances d’obtention d’une grossesse [6]. Les mécanismes à l’origine de l’augmentation du risque FCS et de la diminution des chances de grossesse sont mal élucidés et controversés. Chez les patientes bénéficiant d’un don d’ovocytes, il ne semble pas qu’il y ait d’impact de l’IMC de la donneuse sur les chances de grossesse et l’évolution de celle-ci alors qu’il existe une diminution du taux de grossesses débutantes en fonction de l’IMC de la receveuse. Ainsi il semblerait que l’impact soit essentiellement lié à un trouble de l’implantation et non à la qualité ovocytaire. Cependant, certaines études ou modèles animaux suggèrent un impact de l’obésité sur la qualité ovocytaire lié à un stress oxydatif [7,8] alors que des études utilisant l’analyse morphocinétique des embryons ne retrouvent pas d’effet de l’IMC sur la qualité embryonnaire [9].
 
Quoi qu’il en soit, il est primordial d’informer les patientes qui rentrent dans un programme d’AMP des conséquences de l’obésité sur les résultats des traitements et sur les complications obstétricales. Les modifications du mode de vie, incluant régime alimentaire, règles hygiéno-diététiques et surtout exercice physique doivent faire partie intégrante de notre prise en charge des couples en AMP car ceux-ci améliorent les chances de grossesses et diminuent les risque de fausses couches. Enfin, la prise en charge de l’obésité chez les patientes en cours d’AMP doit également intégrer les autres paramètres pronostiques importants comme la réserve ovarienne ou l’âge de la patiente. 

SOURCES

  • [1] E. A. Nohr et al « Waiting time to pregnancy according to maternal birthweight and prepregnancy BMI », Hum. Reprod. Oxf. Engl., janv. 2009.
    [2] L. A. Wise, et al « An internet-based prospective study of body size and time-to-pregnancy », Hum. Reprod. Oxf. Engl., 2010.
    [3] C. H. Ramlau-Hansen et al « Subfecundity in overweight and obese couples », Hum. Reprod. Oxf. Engl., 2007.
    [4] V. Rittenberg et al « Effect of body mass index on IVF treatment outcome: an updated systematic review and meta-analysis », Reprod. Biomed. Online,. 2011.
    [5] M. Metwally et al « Does high body mass index increase the risk of miscarriage after spontaneous and assisted conception? A metaanalysis of the evidence », Fertil. Steril.,. 2008.
    [6] B. Luke et al « The effect of increasing obesity on the response to and outcome of assisted reproductive technology: a national study », Fertil. Steril., 2011.
    [7] L. L.-Y. Wu et al « The impact of obesity on oocytes: evidence for lipotoxicity mechanisms », Reprod. Fertil. Dev., 2011.
    [8] N. Igosheva et al « Maternal diet-induced obesity alters mitochondrial activity and redox status in mouse oocytes and zygotes », PloS One, 2010.
    [9] J. Bellver et al « Similar morphokinetic patterns in embryos derived from obese and normoweight infertile women: a time-lapse study », Hum. Reprod. Oxf. Engl., 2013
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté