Accueil du site
> Femmes & Grossesses > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Maroc : Des avortements en haute mer ?
Maroc : Des avortements en haute mer ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
4 octobre 2012
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Maroc : Des avortements en haute mer ?

Maroc : Des avortements en haute mer ?

Le “bateau pour l’avortement” de l’ONG néerlandaise Women on Waves, qui pratique des avortements dans les eaux internationales, prévoit d’accoster en ce 4 octobre au port de plaisance Marina Smir, au Maroc. Mais le ministère marocain de la Santé, qui a demandé la veille aux autorités d’interdire ce débarquement, fait tout pour que le navire ne puisse s’approcher du quai. C’est la première fois que l’ONG tente de proposer des avortements dans un pays musulman, et l’acte médical demeure interdit au Maroc.

L’initiative de l’ONG néerlandaise Women on Waves (WOW), qui sillonne les mers en bateau avec à bord un arsenal médical pour aider les femmes à avorter, avait été encouragée au Maroc par le Mouvement collectif pour les libertés individuelles (Mali), une association marocaine défendant des libertés au sens large. Va-t-on assister à des avortements de femmes marocaines au large des côtes ? Cette fois-ci, le poisson est sans doute un peu trop gros pour le navire. Habitué à mener ce type d’opérations au large de l’Irlande, de la Pologne, du Portugal et de l’Espagne, malgré l’exaspération des milieux conservateurs de ces pays sur terre ferme, le challenge est cette-fois bien plus "périlleux" pour WOW : C’est la première fois que le bateau a fixé le cap sur un pays musulman, qui plus est dirigé par un gouvernement à majorité islamiste. Et comme on pouvait l’imaginer, il n’est pas question pour le ministère marocain de la Santé que le “bateau pour l’avortement” accoste au port de plaisance de Marina Smir, où le capitaine de l’ONG entend larguer les amarres en ce 4 octobre.

Gunilla Kleiverga, une gynécologue membre de l’équipage du “bateau pour l’avortement”, a déclaré à l’AFP que « les autorités marocaines ont fermé le port et un navire de guerre bouche l’entrée des quais ». L’AFP a de son côté confirmé que « de nombreux journalistes ont vu l’accès au port interdit, officiellement en raison de manœuvres militaires ». Selon Rebecca Gomperts, fondatrice de l’ONG, l’avortement est pratiqué clandestinement au Maroc par 600 à 800 femmes chaque jour, et 78 femmes sont mortes l’an dernier des suites d’une mauvaise pratique de cet acte. Seules les femmes ayant des moyens conséquents y seraient en mesure de bénéficier d’une qualité de soins correcte.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté