Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Lien mère-enfant : j’t’ai dans la peau !
Lien mère-enfant: j't'ai dans la peau !
note des lecteurs
date et réactions
28 décembre 2012
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Lien mère-enfant : j’t’ai dans la peau !

Lien mère-enfant: j't'ai dans la peau !

Des scientifiques découvrent des cellules foetales vivantes dans les cerveaux des mamans. Le lien entre la mère et l'enfant est encore plus profond qu'on ne le pensait. 

Des chercheurs[1] viennent de découvrir des cellules fœtales microchimériques dans le corps de la mère et il reste à en connaître la finalité biologique. Il existe quelques possibilités intéressantes. Par exemple, les cellules fœtales microchimériques sont similaires aux cellules souches en ce qu'elles sont en mesure de devenir des tissus variables selon les besoins et peuvent donc aider à une réparation.

Un groupe de recherche travaillant sur cette possibilité a suivi l'activité des cellules fœtales microchimériques présentes dans une maman rate après que son cœur maternel ait été blessé : ils ont découvert que des cellules fœtales ont migré vers le cœur maternel, qu’elles se sont différenciées en cellules cardiaques et ont aidé à réparer les dégâts.

Dans les études animales, les cellules microchimériques ont été trouvées dans les cerveaux maternels où elles sont devenues des cellules nerveuses, ce qui suggère qu'elles pourraient être fonctionnellement intégrées dans le cerveau. Il est possible que la même chose puisse être vraie dans le cerveau humain.

Ces cellules microchimériques peuvent également influer sur le système immunitaire. Une cellule foetale microchimérique issue d’une grossesse est reconnue par le système immunitaire de la mère comme appartenant à la mère, car le fœtus est génétiquement identique pour moitié de sa mère, mais en partie étrangère, en raison de la contribution génétique du père.

Cela peut inciter le système immunitaire à être attentif aux cellules qui sont partiellement semblables à lui-même, mais avec quelques différences génétiques.

SOURCES

  • [1] Robert Martone est le chef de file en neurosciences domaine thérapeutique pour le Centre d'excellence de biomarqueurs Covance situé à Greenfield,Indiana 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Bébé Enceinte