Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les nausées de la grossesse seraient-elles héréditaires ?
Les nausées de la grossesse seraient-elles héréditaires ?
note des lecteurs
date et réactions
18 août 2010
Auteur de l'article
R. Bartet, 52 articles (Journaliste )

R. Bartet

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
52
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les nausées de la grossesse seraient-elles héréditaires ?

Les nausées de la grossesse seraient-elles héréditaires ?

Une femme enceinte sur deux a déjà rencontré, au cours du premier trimestre de sa grossesse les fameuses nausées matinales, accompagnées parfois de vomissements. Désagréables, ces symptômes prennent parfois une forme grave chez certaines femmes. On parle alors d’hyperémésie. Or une étude norvégienne vient de démontrer que l’hyperémésie pouvait être héréditaire se transmettant de mères en filles.

Si 50 à 90 % des femmes enceintes souffrent des nausées matinales, 1% des grossesses se traduisent elles par des nausées et vomissements répétés et constants, durant le plus souvent jusqu’à l’accouchement.
L’hyperémésie est même parfois responsable de déshydratation, et d’une perte de poids importante. Certaines femmes doivent parfois être hospitalisées durant leur grossesse.


L’hyperémésie n’est pas spécialement déclenchée par les hormones de grossesse, mais elle pourrait s’expliquer par l’hérédité. C’est en tout cas ce que vient de démontrer une équipe de scientifiques norvégiens et dont le journal le British médical Journal se fait écho dans son numéro du 30 avril.
L’Institut de santé public norvégien a en effet épluché les dossiers médicaux de 544 087 mères et de leurs filles enceintes sur plusieurs décennies. Les filles dont les mères souffraient de ces fameuses nausées présenteraient 3 % de risques en plus de souffrir de ce trouble, contre 1,1 % pour les autres. Le génotype maternel influencerait fortement ces maux de la grossesse, même si des facteurs environnementaux ne peuvent être exclus.


Alors pour prendre son mal en patience, on peut répéter ces petits conseils qui peuvent-être utiles : privilégiez les aliments froids et gazeux (soda, limonade…) plutôt que ceux riches et lourds à digérer. Mieux vaut fractionner les repas et manger de petites quantités toutes les deux heures. Essayez de grignoter biscuits ou biscottes avant de vous lever. Enfin, le gingembre n’a plus à prouver son efficacité.
Si vous avez une fille, répétez-lui ces suggestions. Elle risque d’en avoir besoin durant sa grossesse !

SOURCES

  • The British medical journal du 30 avril 2010
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté