Accueil du site
> Femmes & Grossesses > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le stérilet ou l’oublié de la contraception
Le stérilet ou l'oublié de la contraception
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 février 2013
Auteur de l'article
Jean Lellouche, 21 articles (Rédacteur)

Jean Lellouche

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
21
nombre de commentaires
0
nombre de votes
49

Le stérilet ou l’oublié de la contraception

Le stérilet ou l'oublié de la contraception

Dans un dernier sondage réalisé aux Etats-Unis par la revue médicale Contraception, il est apparu que la majorité de la population féminine n’avait qu’une connaissance superficielle – pour ne pas dire erronée – de l’usage du dispositif intra-utérin (DIU), autrement dit le stérilet.

Cette enquête a été réalisée d’octobre 2008 à avril 2010 et elle a porté sur 1626 femmes âgées de 18 à 50 ans. Ces dernières ont été interrogées à l’occasion de leur visite dans une clinique de Pennsylvanie. Il a ainsi été relevé que la plupart des participantes à l’étude ignoraient que le DIU, en terme de contraception, avait un taux de réussite supérieur à la pilule, de l’ordre de 99,5%. De même, elles pensaient à tort que le stérilet augmentait le risque de développer une infection.

Le docteur Lisa Callegari de l’Universite de Washington et qui a dirigé les travaux, s’interroge sur cette perception et se demande « si les femmes font trop confiance à la pilule ou se méfient trop du DIU ».

Une méconnaissance totale

Selon les résultats du sondage, seules 5% des femmes utilisaient un stérilet à cette période. 20% seulement de l’échantillon interrogé savait que le DIU était plus efficace que la contraception orale dans la prévention de la grossesse. Enfin, deux femmes sur trois ignoraient que sur une durée de trois ans, le stérilet revenait beaucoup moins cher que la pilule.

Ces croyances infondées peuvent être transposées à la situation actuelle en France.

En effet, bon nombre d’idées reçues se retrouvent dès que l’on commence à évoquer le dispositif intra-utérin. S’il est utilisé par environ une femme sexuellement active sur cinq au total, ce pourcentage tombe à 4% chez les moins de 30 ans et à 2,4% chez les femmes sans enfant. Pourtant, il faut le rappeler, le stérilet (en cuivre ou hormonal) peut être utilisé à tous les âges, selon les recommandations de la Haute Autorité de la Santé, que la femme ait eu des enfants ou non. De plus, le DIU en cuivre coûte une trentaine d’euros, peut être laissé pendant cinq ans et est remboursé à 65% par l’Assurance Maladie.

La mauvaise réputation

Le seul élément « contraignant » est la pose du stérilet, qui nécessite donc un rendez-vous chez le gynécologue, ainsi que la possible gêne d’un corps étranger inséré dans l’organisme.

Si la pilule contraceptive peut donc à ce titre représenter de prime abord une méthode plus adaptée aux adolescentes, le DIU est pleinement reconnu par les autorités sanitaires comme fiable à plus de 99%, sans danger pour la santé des femmes, conçu pour tous les âges et pour tous les profils d'utilisatrices.

Aux Etats-Unis, le stérilet a aussi mauvaise presse en raison du scandale lié par le Dalkon Shield au début des années soixante-dix. Ce DIU, l’un des premiers du genre, coûta en effet la vie à 18 personnes et fut retiré de la vente en 1974. 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Contraception