Accueil du site
> Femmes & Grossesses > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La Belgique annonce la FIV à moins de 200 euros
La Belgique annonce la FIV à moins de 200 euros
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 juillet 2013
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La Belgique annonce la FIV à moins de 200 euros

La Belgique annonce la FIV à moins de 200 euros

Des chercheurs belges de L’Université de Hasselt et de l’hôpital Limbourgeois de Genk ont mis au point une technique de fécondation in vitro unique en son genre : Les incubateurs classiques sont remplacés par deux tubes de verre. Il s’agit d’une méthode low cost, dont le coût ne dépasserait pas 200 euros. Rappellons qu’en France le prix d’une fécondation in vitro, prise en charge par l’Assurance maladie, varie entre 3 100 et 4 100 euros. Les scientifiques parlent d’« espoir pour le tiers-monde ».

Le professeur Willem Ombelet, un scientifique flamand à l’origine de la fondation de la Genk Institute for Fertility Technology, devenu responsable du Département d’obstétrique et de gynécologie des hôpitaux de Genk, a mis sur pied en 2010 un programme de recherche international à but non lucratif du nom de The Egg Walking et qui s’efforce de mettre en œuvre des projets pour palier à l’infertilité dans les pays pauvres. Aujourd’hui, l’optimisme est de rigueur. Willem Ombelet s’est confié : « 12 bébés en parfaite santé sont déjà nés grâce à notre nouvelle technique de fécondation in vitro. Nous avons donc la preuve que cette nouvelle méthode peut être efficace à travers le monde entier ».
 
Pour y parvenir, les chercheurs associés ont travaillé sur un système de culture portatif et ne nécessitant pas d’infrastructure high-tech. Il a suffi d’une méthode faisant appel à des matériaux peu coûteux et ne demandant pas le recours à des incubateurs spécifiques et complexes. Elke Klerkx, qui a présenté récemment le projet au congrès de la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE) précise pour sa part que «  les chercheurs impliqués produisent du dioxyde de carbone à l'aide d'acide citrique et de bicarbonate de soude qu’ils injectent dans le milieu de culture par une seringue pour ajuster le pH ». Résultat : un matériel constitué de deux tubes de verre scellés. Et le coût n’est que de 200 euros pour les candidats.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
FIV Belgique